Changer d'édition

Les pétitions publiques toujours aussi populaires
Luxembourg 3 min. 11.07.2019

Les pétitions publiques toujours aussi populaires

La députée Nancy Arendt et le président de la Chambre, Fernand Etgen, apprécient le contact direct qu'offrent les pétitions publiques avec les préoccupations des Luxembourgeois.

Les pétitions publiques toujours aussi populaires

La députée Nancy Arendt et le président de la Chambre, Fernand Etgen, apprécient le contact direct qu'offrent les pétitions publiques avec les préoccupations des Luxembourgeois.
Photo: Chambre des députés
Luxembourg 3 min. 11.07.2019

Les pétitions publiques toujours aussi populaires

Pour la session parlementaire 2018-2019, 189 demandes de pétition ont déjà été validées à la Chambre. Comme depuis le lancement de cette action en 2014, le top 3 des thèmes abordés concerne la mobilité, les conditions de travail et la santé.

La Commission des pétitions n’a pas chômé ces huit derniers mois, enregistrant 189 revendications citoyennes. Et il y a de fortes probabilités pour que le chiffre de la session parlementaire 2018-2019 permette d'approcher le record de l'an dernier. À savoir: 260 pétitions enregistrées. 

Jeudi, à l’heure de présenter le bilan de la commission des pétitions, sa présidente Nancy Arendt (CSV) rappelait que depuis mars 2014, et le lancement de cette possibilité d'interpellation des parlementaires, plus de 900 demandes ont été adressées à la Chambre des députés.

Quelques textes rejetés

Au vu du flux constant de textes reçus, toutes les deux semaines environ, Nancy Arendt réunit donc les treize membres chargés d’analyser les demandes avant d’en valider la diffusion. «Nous avons rejeté quelques textes conspirationnistes ou racistes, des "fake-news". Mais la très grande majorité de ce qui nous est soumis a été déclaré recevable.» 

Sans surprise, le palmarès 2018-2019 des préoccupations exprimées par ces interpellations reste similaire à celui observé depuis cinq ans. Aux premières places figurent les sujets en lien avec la mobilité (trafic, transport public, sécurité dans le transport public), les conditions de travail (jours de congé, problème de la chaleur sur le lieu de travail), la santé (reconnaissance des médicaments alternatifs, remboursement de la CNS, flexibilité de l’ouverture des centres sportifs).

Suivent des pétitions sur l'environnement, puis sur la famille (congés pour des raisons familiales, impôts),  le fonctionnement des institutions et la justice.

Si ces grands sujets ont la faveur de ceux qui déposent un texte, paradoxalement, côté mobilisation les signataires ont parfois d'autres sujets favoris. 

Parmi les pétitions ayant atteint le seuil déclencheur d'un débat public à la Chambre, la revendication portant sur la baisse d'impôt pour les célibataires, celle contre les battues - discutée cette semaine à la Chambre - ou le texte demandant la réduction de la gratuité des services bancaires aux plus défavorisés ont ainsi largement dépassé les 4.500 signatures. Les deux premières allant même jusqu'à recueillir plus de 6.500 soutiens.

L’ouverture à toutes les idées entraîne même parfois quelques incongruités. Le meilleur exemple  a été donné le 30 janvier 2019 avec la mise sur la place publique, en simultané, de deux pétitions radicalement opposées mais portant sur le même sujet. Il s'agissait du fameux débat sur l'acceptation ou non des fumeurs en terrasses des bars et restaurants. Les pour et les contre avaient obtenu là encore suffisamment de signatures pour que les parlementaires s'emparent du dossier.


Die Diskussion um Rauchverbote sorge im Vorfeld der Anhörung für viele Kontroversen.
«Nous ne voyons pas la nécessité d'agir»
Sera-t-il bientôt interdit de fumer sur les terrasses au Luxembourg ? C'est ce que demandait la pétition 1069 mais aussi l'idée à laquelle s'opposait la pétition 1080. Les pétitionnaires des deux camps se sont retrouvés ce mercredi devant la Chambre des députés, pour en débattre.

Meilleure visibilité

La présidente de la commission veut désormais donner plus de visibilité au dispositif des pétitions publiques. À la rentrée, elle engagera un travail pour savoir comment mieux faire connaître au grand public non seulement les pétitions validées – accessibles sur le site de la Chambre – mais aussi leur suivi. 


Sur le même sujet

Dans l’air du temps, destination Eurovision
Chaque année, à pareille époque, le sujet refait surface comme un serpent de mer. Pourquoi le Grand-Duché ne participe-t-il plus au Concours Eurovision de la chanson qui réunit quelque 200 millions de téléspectateurs ?
Députés, avez-vous fait vos devoirs?
Une vidéo de la Chambre des députés circule sur le web francophone depuis quelques jours, où un militant écologiste demande aux députés s'ils ont lu le rapport du GIEC et jette un malaise.
Brice Montagne in der Chambre des Députés.