Changer d'édition

Les patrouilles privées restent sujet de discorde
Luxembourg 3 min. 02.03.2021 Cet article est archivé

Les patrouilles privées restent sujet de discorde

Initialement prévues le temps des fêtes, les patrouilles ont été prolongées jusqu'au mois d'avril 2021.

Les patrouilles privées restent sujet de discorde

Initialement prévues le temps des fêtes, les patrouilles ont été prolongées jusqu'au mois d'avril 2021.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 02.03.2021 Cet article est archivé

Les patrouilles privées restent sujet de discorde

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Trois des quatre partis d'opposition ont déposé une motion au conseil communal de Luxembourg s'opposant aux rondes d'agents de sécurité dans le quartier Gare notamment. Pas de quoi infléchir la position de la bourgmestre, Lydie Polfer.

L'entreprise de gardiennage choisie par la Ville de Luxembourg depuis décembre pour sillonner le quartier Gare notamment doit-elle s'arrêter ? Certainement pas pour la bourgmestre de la capitale et le conseil échevinal. «Immédiatement» à entendre les conseillers Déi Lénk, Déi Gréng et LSAP. Mais lundi, la motion déposée par les trois partis d'opposition communale n'a rien pu changer à la situation.


FRAU BERUF agent municipal paechert PHOTO ANOUK ANTONY
Des agents municipaux voués à «seconder la police»
Pour Taina Bofferding, le recours à des sociétés privées pour assurer des missions de sécurité devrait prochainement ne plus être d'actualité, la ministre de l'Intérieur plaidant pour que des fonctionnaires déjà en place, dotés de nouvelles compétences, assurent ce travail.

Pourtant, la critique est sévère. «Poudre aux yeux», «populisme», clament les uns. «Les entreprises de gardiennage n’ont pas dans leurs attributions habituelles la surveillance des voies publiques à caractère préventif. Cette mission est uniquement dévolue par le législateur à la force publique», estime Guy Foetz par exemple. Et l'élu Déi lénk dénonce «la présence de deux forces de l’ordre ou de sécurité, l’une publique et l’autre privée, entraînant un mélange de coopération et de concurrence qui mine le monopole d’État sur la force publique et la confiance du public envers la police».

Point de tout cela pour la bourgmestre qui, depuis des semaines, tente d'en finir avec cette polémique. Droite dans ses bottes, l'élue DP assume ses choix. D'autant que maintenant elle s'appuie sur le résultat d'une enquête menée auprès de 511 habitants du quartier. Pour 58% des personnes interrogées courant février, il existe bien un sentiment d'insécurité qui mine leur quotidien. Mieux encore pour la députée-maire : 68% des sondés reconnaissent que les patrouilles effectuées par une entreprise privée participent à les rassurer.

Nous ne pouvons pas attendre deux ans

Lydie Polfer, au sujet des renforts de police annoncés

Aussi, Lydie Polfer ne fait-elle que répondre avec ses moyens à l'«appel au secours» de ses concitoyens. En conseil communal, la bourgmestre a aussi rappelé qu'elle avait bien entendu le ministre de la Sécurité intérieure assurer des effectifs de police renforcés sur cette zone à problème de la capitale. «Mais nous ne pouvons pas attendre deux ans», rétorque-t-elle à Henri Kox. «Nous ne remettons pas en cause le statut de la police en tant que pouvoir public. Tout comme, nous ne voulons pas dire que la police ne fait pas son travail», a insisté Lydie Polfer justifiant une prolongation de deux mois du contrat pour ses patrouilles privées assurées par GDL Security.

Un contrat toujours qualifié d'«illégal» par l'opposition. Mais un contrat que la Ville envisage bien d'étendre au quartier voisin de Bonnevoie. Les discussions restent engagées sur le sujet, mais la bourgmestre y tient. Tout comme elle entend y faire jouer plus avant encore le rôle de médiateur aux équipes de l'asbl A vos côtés déjà en fonction autour de la gare centrale. Et cela même si ses opposants lui rappellent que ce choix «n'est pas la solution au problème». 


Illustration, CFL, Zugschienen, Rotondes, Bonnevoie, Fussgängerbrücke zwischen Bahnhof und Bonnevoie, CFL   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Apaisement recherché pour le secteur Gare-Bonnevoie
La mort tragique d'un jeune homme de 18 ans, fin janvier, a remis le quartier et ses abords sous les feux des projecteurs. L'insécurité grandissante mobilise les initiatives. Autant de la part des élus, des équipes sociales que des forces de police.

Jeudi 4 mars, Lydie Polfer a rendez-vous avec la ministre de la Santé. Il sera question de ces deux quartiers dans cette entrevue avec Paulette Lenert (LSAP) et notamment de la prise en compte de la gestion des toxicomanes sur ce secteur. Où sont par exemple les structures d'accueil promises par l'ancien ministre Etienne Schneider? Qu'en est-il de l'ouverture d'une autre ''salle de shoot'' ailleurs dans la capitale? 

Autant de questions qui feront écho à l'intervention récente à la Chambre du député François Benoy. Le conseiller communal Déi Gréng s'était déjà ému du manque de structures de prise en charge du public toxicomane. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les élus de la capitale ont à nouveau évoqué, lundi, la nécessité ou pas de faire appel à des patrouilles privées dans les rues de Luxembourg. Des débats mais sans réelles avancées.
Lok , Bahnhofsviertel , Gare , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Si les règles covid devraient rester en état, au moins, jusqu'au 14 mars, la police grand-ducale n'entend pas relâcher sa vigilance sur le respect des dispositifs sanitaires qui s'imposent. Couvre-feu compris.
Lokales,Couvre-Feu-Kontrolle der Polizei,Ausgangssperre wegen Corona,Covid,Polizeokontrolle in Lintgen. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Cet Ukrainien était recherché par toutes les polices d'Europe. Au Luxembourg, il est suspecté d'avoir dirigé un gang de vols de voitures de luxe. Mais attention avec une technique bien particulière.
Avec 68% d'opinions favorables, l'initiative du conseil échevinal d'avoir recours à une société privée pour lutter contre le sentiment d'insécurité séduit. Ce qui devrait se traduire par l'extension de la mesure à Bonnevoie.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le ministre Henri Kox reconnait que peu de toxicomanes de la Grande Région viennent s'approvisionner au Luxembourg. Henri Kox estime toutefois que nombre de dealers, eux, résident dans les pays voisins. En France particulièrement.
Lokales,Hundestaffel der Douane, Drogensuchhunde. Gepäck-Personendurchsuche nach Drogen.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'ensemble de la flotte sera équipé de vidéo-protection à l'avenir. Mais l'échevin aux transports en commun, Patrick Goldschmidt, n'a pas encore fixé le calendrier général de cette mise en place.
Les derniers modèles reçus ont été directement équipés en vidéo chez le constructeur.