Changer d'édition

Les patrouilles privées continuent de diviser
Luxembourg 3 min. 08.09.2021
Violences au quartier Gare

Les patrouilles privées continuent de diviser

Les députés déi Lénk et Piraten préféreraient notamment que la Ville fasse davantage appel à des «street workers» pour apaiser les tensions de manière pacifique.
Violences au quartier Gare

Les patrouilles privées continuent de diviser

Les députés déi Lénk et Piraten préféreraient notamment que la Ville fasse davantage appel à des «street workers» pour apaiser les tensions de manière pacifique.
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 08.09.2021
Violences au quartier Gare

Les patrouilles privées continuent de diviser

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Réunies une nouvelle fois mercredi pour discuter de l'insécurité au sein du quartier Gare, opposition et majorité s'accordent sur la nécessité de renforcer les effectifs policiers dans cette zone sensible. Mais les solutions envisagées divergent.

La rixe de l'avenue de la Gare reste le sujet de cette pré-rentrée. Après les déclarations de la bourgmestre de la capitale Lydie Polfer (DP) et la réponse du ministre de la Sécurité intérieure Henri Kox (Déi Gréng), c'est au tour des députés de se positionner. 


CDP ville de Luxembourg Lydie Polfer sur Incident Avenue de la gare. Luxembourg le 06.09.2021 Photo Christophe Olinger
«La situation du quartier Gare est très préoccupante»
Moins de 48 heures après l'incident qui a opposé deux individus à une équipe de gardiennage payée par la Ville samedi soir avenue de la Gare, la bourgmestre de la capitale défend son choix de recourir à une société privée pour assurer l'ordre public. Et renvoie la balle au gouvernement.

Réunis mercredi en commission parlementaire à la demande de déi Lénk et Piraten, élus d'opposition et de la majorité sont tombés d'accord: la situation ne peut plus durer. Tous évoquent une «escalade de la violence» ces dernières semaines. «Ces attaques en pleine journée sont inacceptables», assure Laurent Mosar (CSV), enjoignant l'Etat à «prendre ses responsabilités». 

Comme lui, Claude Lamberty (DP) évoque la nécessité «d'une présence policière accrue», tandis que déi Lenk, Déi Greng et Piraten appellent le ministère de tutelle à «renforcer les effectifs» policiers sur place. «Lydie Polfer l'a dit elle-même, s'il y avait davantage d'agents de police, elle n'aurait pas eu à engager des sociétés privées», souligne Laurent Mosar, également échevin de la capitale. La bourgmestre de Luxembourg-Ville se serait même engagée à «renoncer à ces contrats si l'effectif policier s'avérait suffisant», rapporte Stéphanie Empain (Déi Gréng).

La présidente de la commission de la sécurité intérieure souligne d'ailleurs qu'Henri Kox a rappelé son intention d'embaucher «600 nouveaux agents d'ici 2023», notamment pour pallier cette insécurité dans le quartier Gare ou à Differdange. Mais en attendant, les opinions divergent quant aux solutions à mettre en place d'ici là. 

Piraten, déi Lénk et Déi Gréng plaident notamment pour mettre fin au contrat liant la Ville à l'agence de gardiennage G4S. Pour Sven Clement, cet énième épisode de violence prouve que les agents de sécurité «ne sont pas la solution». «Au contraire, il semblerait que les choses se soient envenimées quand la Ville a engagé ses flics privés», souligne le chef de file des Piraten, ajoutant que «ces patrouilles sont l'une des causes du problème du quartier Gare». 


Srec Police Drogen Rue de Strasbourg Bahnhofsviertel
«Le Luxembourg reste et restera un Etat de droit»
Mis une nouvelle fois en demeure par la bourgmestre de la capitale de renforcer «les moyens humains, matériels et légaux» des policiers, le ministre de la Sécurité intérieure réitère mardi sa volonté de lutter contre la criminalité dans le quartier Gare. Mais rappelle que «cela prend du temps».

Un argument contesté par Laurent Mosar, qui s'appuie notamment sur le sondage réalisé par la commune, où le recours aux sociétés privées avait été plébiscité. «Cette situation n'est pas la responsabilité des agents de sécurité privés, mais des trafiquants de drogues qu'ils dérangent justement», affirme le député CSV.

Reste que le rôle et les droits de ces agents restent encore flous. Une situation qui devrait être résolue prochainement: la ministre de la Justice, Sam Tanson (Déi Gréng) a indiqué pendant la réunion qu'«une réforme était en cours pour clarifier le cadre législatif», rapporte Claude Lamberty.

Evoqué pour la deuxième fois à la Chambre, ce débat pourrait être prochainement élargi à Taina Bofferding (LSAP). Absente de la réunion à laquelle elle était pourtant conviée, la ministre de l'Intérieur s'était engagée en février à ce que des agents municipaux prennent le relais des sociétés privées, en prenant en charge «les petits délits». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Mis une nouvelle fois en demeure par la bourgmestre de la capitale de renforcer «les moyens humains, matériels et légaux» des policiers, le ministre de la Sécurité intérieure réitère mardi sa volonté de lutter contre la criminalité dans le quartier Gare. Mais rappelle que «cela prend du temps».
Srec Police Drogen Rue de Strasbourg Bahnhofsviertel
Moins de 48 heures après l'incident qui a opposé deux individus à une équipe de gardiennage payée par la Ville samedi soir avenue de la Gare, la bourgmestre de la capitale défend son choix de recourir à une société privée pour assurer l'ordre public. Et renvoie la balle au gouvernement.
CDP ville de Luxembourg Lydie Polfer sur Incident Avenue de la gare. Luxembourg le 06.09.2021 Photo Christophe Olinger
Un agent de sécurité incapable de maîtriser son chien, l'animal muselière baissée ne lâchant pas un passant : l'incident qui s'est déroulé samedi soir aux alentours de la gare centrale de la capitale n'a pas fini de faire parler.
Suite à la décision de Lydie Polfer (DP) de continuer à faire appel à des sociétés de gardiennage privées, deux élus déi Lénk de la capitale ont déposé un recours devant le tribunal administratif. Un autre concerne la ministre de l'Intérieur.
Tram, Gare de Luxembourg, Bahnhof Luxemburg
Face à ce qu'elle estime être une priorité pour les habitants du quartier Gare, la bourgmestre de la capitale en appelle au gouvernement pour renforcer les patrouilles de police. En attendant d'obtenir gain de cause, elle entend continuer de faire appel à des sociétés de sécurité privées.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Constatant (encore) le manque de policiers déployés dans la capitale, la bourgmestre a annoncé avoir signé un nouveau contrat de six mois pour maintenir les patrouilles autour de la gare centrale, à Bonnevoie et en Ville-Haute.
Lokales,Bushaltestellen an der Rocade de Bonnevoie.Bahnhof Luxemburg,öffentlicher Transport,Passerelle Bonneweg-Gare. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort