Changer d'édition

Les nouvelles pistes cyclables en salle d'attente
Luxembourg 4 min. 25.05.2020

Les nouvelles pistes cyclables en salle d'attente

A Bruxelles, Paris ou encore Milan, le virus a permis aux municipalités de donner un coup de pédale à la mobilité douce. Pas encore à Luxembourg-Ville.

Les nouvelles pistes cyclables en salle d'attente

A Bruxelles, Paris ou encore Milan, le virus a permis aux municipalités de donner un coup de pédale à la mobilité douce. Pas encore à Luxembourg-Ville.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 25.05.2020

Les nouvelles pistes cyclables en salle d'attente

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Plusieurs municipalités, en Europe comme de l'autre côté de l’Atlantique, ont profité du virus pour accélérer la mise en place d'infrastructures dédiées à la mobilité douce. Si le Luxembourg prône habituellement les alternatives à la voiture, le silence semble toutefois de mise au sein du gouvernement. Du moins, pour le moment.

Et si l'usage du vélo sortait renforcé par la pandémie ? Que ce soit à Paris, Berlin ou Rome, les infrastructures dédiées à la petite reine fleurissent afin d'offrir une alternative aux transports en commun, potentielle source de contamination au covid-19. Des aménagements conséquents, puisqu'ils atteignent plusieurs dizaines de kilomètres dans certaines villes comme à Bruxelles (40 km), New York (60 km) ou Bogota (100 km). 

Mais au Luxembourg à et Luxembourg-Ville en particulier, de telles mesures se font attendre. Pourtant, «c'est le moment parfait pour avancer vers la mobilité douce», regrette Monique Goldschmit, à la tête de Lëtzebuerger Vëlos-Initiativ (LVI), qui évoque un trafic automobile «idéal pour tester» puisque moins dense qu'à l'accoutumée

Et cette dernière de demander une «nouvelle distribution de l'espace public pour les cyclistes et les piétons, même temporaire». Car avec le virus, souligne-t-elle, le nombre de cyclistes a «presque doublé, voire plus par endroits». Selon les données de l'administration des Ponts et Chaussées, ce mode de transport a été boosté depuis le début de la pandémie sur l'ensemble du territoire.

Un attrait nouveau qui, dans les circonstances actuelles, ne va pas de pair avec les gestes barrières prônés par le gouvernement. «Il n'est presque plus possible de rouler», constate Monique Goldschmit, évoquant des pistes cyclables bondées à Luxembourg-ville. Au point que l'afflux de deux-roues sur les infrastructures existantes ne permet pas de maintenir des distances de sécurité avec les piétons et autres cyclistes. 

Une réalité qui n'a pas échappé aux partis politiques. Dans la capitale, le parti d'opposition Déi Gréng a ainsi déposé une motion au conseil communal le 18 mai dernier qui demande à ce que soit élaboré «un concept» portant sur des «adaptations et améliorations de la mobilité active» d'ici le mois de juillet. Contacté, Patrick Goldschmidt (DP), échevin en charge de la Mobilité, n'a cependant pas été en mesure de s'exprimer. 

Prime doublée pour les vélos électriques

Au niveau national, Déi Gréng reste en revanche bien silencieux. Un paradoxe pour le parti qui prône la mobilité douce. Si la problématique se trouve bien en effet au cœur de l'accord de coalition du gouvernement, François Bausch (Déi Gréng), ministre de la Mobilité, se fait très discret. Interrogé sur la question la semaine dernière, le ministre de la Mobilité affirmait auprès du Luxemburger Wort souhaiter mettre en place des dispositifs visant à voir se multiplier les bicyclettes dans le paysage luxembourgeois.

Si certains s'attendaient à des annonces concernant la mise en place de nouvelles pistes cyclables temporaires, comme celles qui fleurissent un peu partout à travers le monde, ils ont été déçus. Mercredi, le vice-Premier ministre a indiqué la revalorisation de la prime destinée à l'acquisition d'un vélo électrique. De 300 euros, cette dernière atteindra désormais 600 euros pour les véhicules achetés jusqu'au 31 mars 2021.

Un coup de pouce financier qui devrait accélérer le nombre de vélos en circulation, alors même que le réseau de pistes cyclables est amené à évoluer. Mais à l'horizon 2023, selon les plans annoncés avant la pandémie par le gouvernement. De 600 kilomètres opérationnels à l'heure actuelle, le réseau devrait presque doubler  d'ici trois ans pour atteindre 1.102 km. Un chiffre qui pourrait toutefois, à l'avenir, être revu à la hausse.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Limpertsberg tient sa première piste pour vélos
Bien qu'il se prête topographiquement au trafic des deux-roues, le quartier résidentiel n'a toujours pas de piste cyclable digne de ce nom. Mais ça va changer. Le conseil communal vient d'avaliser le tracé un peu sinueux qui traversera tout le quartier, du nord au sud. Le voici.
Contresens Gegenverkehr 
Limpertsberg Pilotprojekt Tempo-30-Zone 
Langsamverkehr Fahrrad Rad 
Velo 
18. September 2006
Les cinq écueils des vélotafeurs au Luxembourg
Tout salarié qui enfourche sa petite reine pour pédaler jusqu'à son travail change sa perception du déplacement. Très vite, il est confronté à des réalités pratiques et des situations dangereuses. Le 4e volet de notre série pointe cinq grands obstacles.
Les prémices du vélotaf dans la mobilité douce
En attendant l'extension du réseau cyclable national, les morceaux manquants en Ville et la piste cyclable bidirectionnelle longeant le tracé du tram, les vélotaffeurs prennent leur courage à deux mains pour pédaler jusqu'au boulot. Notre série de la semaine.
«Les pistes cyclables autour de la gare sont idiotes»
S'ils apprécient la nouvelle piste bidirectionnelle de l'avenue de la gare, les cyclistes chevronnés restent très critiques sur le réseau cyclable entre Ville-Haute et quartier de la gare. En cause: la dangerosité et les morceaux manquants du puzzle.
Sur deux roues à Luxembourg: Bausch face aux twittos à vélo
Ils forment une petite communauté de cyclistes branchés sur les réseaux sociaux et s'adressent directement au ministre quand ça coince sur les pistes cyclables de Luxembourg. Face aux «twittos à vélo», François Bausch a pédalé dans le bon sens cette semaine. Nous étions avec eux!