Changer d'édition

Les ventes d'occasions ne compensent pas les pertes
Luxembourg 3 min. 19.11.2021 Cet article est archivé
Marché automobile

Les ventes d'occasions ne compensent pas les pertes

Seulement 2.952 nouvelles immatriculations ont été enregistrées au Luxembourg au mois d'octobre 2021.
Marché automobile

Les ventes d'occasions ne compensent pas les pertes

Seulement 2.952 nouvelles immatriculations ont été enregistrées au Luxembourg au mois d'octobre 2021.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 19.11.2021 Cet article est archivé
Marché automobile

Les ventes d'occasions ne compensent pas les pertes

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Elles sont en chute libre dans toute l'Europe et le Luxembourg n'échappe pas à la tendance. Les immatriculations de véhicules neufs ont baissé de 25% en octobre par rapport aux chiffres 2020 qui n'étaient déjà pas bien hauts.

Les carnets de commandes des concessionnaires luxembourgeois ne sont certes pas au mieux, mais pas vides. Pourtant, le secteur automobile ne réussit pas à quitter le marasme qui lui colle à la carrosserie depuis début 2020. Après les fermetures des concessions liées à l'épidémie, voilà la pénurie de composants électroniques qui freine (voire stoppe) tout espoir de reprise. Du coup, les garages accusent des délais de livraison toujours plus longs. «Tout ce qui va être vendu aujourd'hui va être livré. Mais pour la très grande majorité des modèles, cela se fera d'ici plusieurs mois. Certains véhicules affichent des délais de livraison d'un an. Cela varie terriblement d'une marque à une autre», explique Philippe Mersch, président de la Fédération des distributeurs automobiles et de la mobilité (Fedamo).


Les livraisons automobiles frôlent le point mort
Même si le marché du neuf redémarre quelque peu, les concessionnaires auto voient un nouvel obstacle leur bloquer la route : le manque de composants électroniques allonge considérablement les délais de livraison.

Conséquence directe de ces problèmes d'approvisionnement, l'immatriculation de véhicules continue de chuter au Luxembourg. Avec 2.952 nouvelles immatriculations, octobre 2021 enregistre ainsi une baisse de 25% par rapport à l'an dernier. «Si on regarde en 2019, qui était une année plus représentative, on est même à 40% de baisse des immatriculations sur cette même période. Ce chiffre permet de voir dans quelle situation dramatique se trouve la profession aujourd'hui.»

Ce net ralentissement de l'activité ne reste pas sans effet sur les quelque 5.000 salariés de la branche. S'ils peuvent pour l'instant prétendre au chômage partiel, la situation des vendeurs, préparateurs, mécaniciens et autres personnels chargés de l'administration reste imprévisible pour 2022. Signé en février 2021, un plan de maintien dans l'emploi sectoriel (d'abord mis en place jusque juin) a été prolongé jusqu'au 31 décembre. «Pour ce qui est de l'an prochain, les démarches se préparent au niveau du gouvernement pour le rendre attentif sur notre situation», indique le président de la Fedamo.

Mais Philippe Mersch ne se fait guère d'illusion : le secteur automobile ne connaîtra aucune amélioration avant mi-2022, a minima.

Et il ne faut pas compter sur le marché de l'occasion pour espérer remonter la pente. «Si nous ne livrons pas de voitures neuves, nous ne reprenons pas les véhicules précédents non plus.» Du coup, dans cette gamme-là aussi, les professionnels de l'auto voient leur offre fondre. Cela alors que les véhicules proposés par les particuliers eux s'échangent plus vite, mais aussi à des niveaux de transaction plus élevés. 

 A défaut de trouver des modèles avec déjà quelques kilomètres au compteur à négocier localement, certains concessionnaires luxembourgeois n'ont pas tardé à se tourner vers le marché étranger. Mais de l'autre côté des frontières, les "bonnes occasions'' ne courent pas les rues. Du coup, ce marché des voitures de seconde main voit ses prix partir à la hausse. Plus de demandes que d'offres. 

Le Luxembourg reste tout de même le moins à plaindre de ses voisins. En Allemagne, Belgique ou en France, la chute des immatriculations au mois d'octobre 2021 a été plus vertigineuse encore : -35% par rapport à octobre 2020. Et dans son ensemble, le marché européen du neuf accuse une baisse de 30%. «Il s'agit du nombre d'immatriculations le plus bas, au niveau européen, depuis que l'on a ces statistiques. C'est quand même assez impressionnant...» Préoccupant serait le juste terme même.

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Après une seconde année maussade côté nouvelles immatriculations, le secteur automobile luxembourgeois n'est pas au mieux à l'heure de redémarrer deux nouvelles semaines de promotions. Mais le moral pourrait remonter dans les tours à compter du 24 janvier.
HANDOUT - Zum Themendienst-Bericht von Thomas Geiger vom 4. M‰rz 2020: Schˆne digitale Aussichten: Der gekr¸mmte Riesenbildschirm der Studie i4 soll auch im Serienfahrzeug von BMW eingebaut werden. Foto: BMW AG/dpa-tmn - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung im Zusammenhang mit dem genannten Text und nur bei vollst‰ndiger Nennung des vorstehenden Credits - Honorarfrei nur f¸r Bezieher des dpa-Themendienstes +++ dpa-Themendienst +++
Un tiers des voitures neuves vendues entre juillet et septembre 2021 étaient des modèles hybrides en Europe. Depuis trois ans, leurs ventes ont été multipliées par cinq au Luxembourg.
Si le nombre d'immatriculations au mois de juin a atteint son meilleur score depuis le mois de février, avec une baisse de «seulement» 10,6% par rapport à 2019, la Fedamo estime que ce regain d'activité constitue un trompe-l’œil et se prépare à une baisse du chiffre d'affaires de 500 millions d'euros sur 2020.
Lokales, Autofestival 2020, Jaguar, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Depuis vendredi et jusqu'à ce dimanche soir, les garages luxembourgeois organisent l'AutoOccasiounsFestival. Ils proposent en grande partie les véhicules repris pendant l'Autofestival et alimentent un marché de l'occasion qui ne cesse de croître.
L’Autofestival 2016 se profile, une occasion en or pour la grosse centaine de concessionnaires et garagistes qui misent sur cet événement pour (re)lancer leurs ventes.
Alors que la plupart des marchés européens et mondiaux ont enregistré en 2015 une nette progression des immatriculations de véhicules neufs, le Luxembourg a, à l’opposé, enclenché la marche arrière avec un recul franc et massif