Changer d'édition

Les navetteurs en bus de l'est du pays continuent de grogner
Luxembourg 3 min. 06.01.2022
Bus RGTR

Les navetteurs en bus de l'est du pays continuent de grogner

Les lignes de bus 110 et 111, qui relient Echternach à Luxembourg-Ville (sur la photo, la gare routière de Junglinster), vont depuis décembre jusqu'à l'arrêt "Theater" au Limpertsberg.
Bus RGTR

Les navetteurs en bus de l'est du pays continuent de grogner

Les lignes de bus 110 et 111, qui relient Echternach à Luxembourg-Ville (sur la photo, la gare routière de Junglinster), vont depuis décembre jusqu'à l'arrêt "Theater" au Limpertsberg.
Photo: Irina Figut
Luxembourg 3 min. 06.01.2022
Bus RGTR

Les navetteurs en bus de l'est du pays continuent de grogner

«Pas satisfaisant» : la dernière adaptation des lignes de bus de l'est vers la capitale continue de susciter le mécontentement des usagers. Voici pourquoi.

(S.MN. avec Irina Figut) Le post Facebook a suscité l'émoi: peu avant Noël, la ville d'Echternach a publié un communiqué sur les lignes de bus 110 et 111, qui a rencontré un large écho sur le réseau social. Depuis décembre, les deux lignes RGTR passent désormais par le Kirchberg jusqu'au Glacis dans la capitale et non plus seulement jusqu'à Luxexpo comme auparavant. Un arrêt «Rout Bréck-Pafendall» est également prévu dans l'horaire adapté. 

«Il s'agit d'une amélioration notable de la liaison Echternach à Luxembourg-Ville !», a annoncé la ville abbatiale sur Facebook. Le communiqué a suscité des réactions mitigées. «Au moins un bus devrait aller à la gare car cela n'aide pas vraiment», s'est énervé un utilisateur. Alors que certains ont remercié et félicité la ville, une autre utilisatrice a écrit : «Ça reste loin de la gare centrale».

«Pas de réelle amélioration» 

En fait, les modifications des horaires de bus sur l'axe Luxembourg-Echternach dans le cadre de la réforme du RGTR font grincer des dents depuis un certain temps déjà. Les voyageurs critiquent les temps de trajet plus longs de l'est à la capitale. Cela a pour conséquence que beaucoup en reviennent à la voiture. En passant du bus au tram dans la capitale, de nombreux navetteurs et écoliers perdent du temps: pour eux, le temps de trajet s'est parfois allongé de 20 minutes le matin et d'une heure le soir après 19 heures. C'est le cas de Ben Streff. 

Cet habitant de Berdorf, qui utilisait jusqu'à présent volontiers les transports publics, doit prévoir 15 à 20 minutes de plus pour son trajet en bus en direction de Luxembourg-Ville. Même avec l'horaire adapté depuis décembre, rien ne change pour lui. «Faire circuler les bus jusqu'au Glacis n'est pas une amélioration de mon point de vue», explique-t-il clairement dans un entretien avec le Luxemburger Wort. «Pour les gens qui font des courses ou qui travaillent près du Glacis, ce sera plus pratique. Mais du point de vue du temps, cela n'apporte aucune économie». En effet, pour traverser le Kirchberg, le bus prend plus de temps que le tram. «Du point de vue du détour, cela revient au même». 

Promesses du ministère non tenues 

Auparavant, les lignes de bus 110 et 111 partaient d'Echternach et allaient jusqu'à la gare centrale de Luxembourg-Ville en passant par Dommeldange et Eich. «Les bus doivent maintenant soit emprunter cet ancien trajet, soit au moins aller jusqu'à l'arrêt Badanstalt au centre-ville», demande Ben Streff. Dès le début de l'année dernière, Monsieur Streff, qui est également président de la circonscription est du LSAP, avait attiré l'attention sur cette problématique. En mars 2021, il s'est adressé au ministère de la Mobilité pour lui demander de réexaminer la situation. 


Des cabines pour protéger les chauffeurs
Le ministre de la Mobilité envisage l'installation d'habitacles dans les bus pour garantir la sécurité des conducteurs contre les agressions physiques.

Après un entretien, le ministre François Bausch (Déi Gréng) s'est laissé convaincre par ses arguments et a promis d'introduire des modifications et de faire circuler à nouveau l'une des deux lignes concernées par l'ancien trajet. Selon Ben Streff, cette promesse n'a toutefois pas été tenue par la suite. Au lieu de cela, le ministère a annoncé que les lignes seraient prolongées jusqu'au Glacis au plus tard en décembre 2021, ce qui a été réalisé. «Ce n'est pas satisfaisant», déplore Ben Streff. Il veut à nouveau se pencher sur la problématique cette année. 

Wengler s'en prend à Bausch 

Le bourgmestre d'Echternach veut également prendre des mesures pour améliorer les liaisons de bus concernées. «Le prolongement des lignes jusqu'au Glacis n'est pas une véritable amélioration», estime Yves Wengler (CSV), qui reproche au ministre de la Mobilité Bausch «une politique des transports malhonnête». «Le ministère veut pousser à ce que le plus de gens possible prennent le tram», dit-il en référence à la réforme du RGTR qui devrait être achevée au printemps. 

En ce qui concerne l'Etat, l'administration des transports publics du ministère de la Mobilité se laisse un peu de temps pour évaluer le dernier changement: «L'adaptation des horaires de bus concernés sera discutée avec la direction après les fêtes», fait savoir une porte-parole. Reste à savoir comment la situation va évoluer.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quatre ans après sa mise en service et un an après son arrivée à la gare centrale, l'épine dorsale des transports en commun de la capitale endosse «un nouveau rôle», selon le directeur général de Luxtram. Celui d'accélérateur du développement urbain pour les décennies à venir.
Lokales,Neue Tramlinie Bahnhof Gare.Öffentlicher Transport,Micro Trottoir,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le parking-relais de Schwebach est ouvert aux abords de la RN12, au nord-ouest de Luxembourg-ville. Il peut accueillir jusqu'à 80 voitures 7/24. Un nouveau service entièrement gratuit et qui aura coûté près de deux millions d'euros.
Gratuits, bus, trains, tram le sont pour les usagers, pas pour l'Etat luxembourgeois. Ainsi pour 2022, le gouvernement prévoit 690 millions d'euros pour assurer le bon fonctionnement de ces réseaux.
Bahnhof Gare Ettelbrück Ettelbruck Zug Bahn Bus
Monter dans bus, tram ou train sans débourser le moindre euro est devenu une réalité voilà tout juste un an. Une aubaine contrariée par la crise covid. Mais ce n'est que partie remise avant l'afflux des passagers, est persuadé le ministre de la Mobilité, François Bausch.
Lokales,Neue Tramlinie Bahnhof Gare.Öffentlicher Transport,Micro Trottoir,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort