Changer d'édition

«Les mobilités douces n'excluent pas la voiture»
Luxembourg 1 3 min. 09.09.2021
François Bausch

«Les mobilités douces n'excluent pas la voiture»

Reconnaissant ces limites à l'usage de transports sans carbone, François Bausch indique que «des solutions et idées nouvelles» seront présentées lors de la présentation du Plan national de mobilité 2025.
François Bausch

«Les mobilités douces n'excluent pas la voiture»

Reconnaissant ces limites à l'usage de transports sans carbone, François Bausch indique que «des solutions et idées nouvelles» seront présentées lors de la présentation du Plan national de mobilité 2025.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 1 3 min. 09.09.2021
François Bausch

«Les mobilités douces n'excluent pas la voiture»

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Présentant ce jeudi le programme des journées européennes de la mobilité, le ministre de tutelle a invité les communes à faire «davantage d'efforts» pour promouvoir le train, le vélo ou le tram. Sans pour autant bannir totalement les autres moyens de transport.

Une vingtaine de communes à travers le Grand-Duché se sont engagées à promouvoir l'usage du train, du tram ou du vélo du 16 au 22 septembre pour la semaine européenne de la mobilité. Pour cette 20e édition, le programme présenté ce jeudi par le ministre de tutelle François Bausch (Déi Gréng), reste relativement similaire aux années passées. La journée sans voiture sera notamment reconduite, même si la plupart des villes participantes ont décidé de l'organiser... un dimanche, le 19 septembre.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

«Il y aura tout de même un impact», assure François Bausch, qui rappelle que l'évènement vise avant tout à «promouvoir des alternatives à la voiture». L'idée: laisser plus souvent son véhicule dans le garage, pour lui préférer un ou plusieurs modes de transport à faible émission carbone.

Mais le ministre déplore le faible investissement de «certaines grandes villes», qui «manquent d'imagination». «Cette semaine européenne doit être l'occasion de tester des choses, de proposer des solutions pour réduire notre empreinte carbone», souligne-t-il. Fermer des rues et des boulevards à la circulation, distribuer 1.000 sacoches remplies de goodies aux cyclistes comme la Ville de Luxembourg, fermer des parkings au profit des terrasses de restaurants... Dans la tête du ministre, les idées ne manquent pas. 

Pour autant à ce stade, pas question de bannir totalement les véhicules diesel ou essence du paysage. «Les mobilités douces n'excluent pas la voiture», affirme François Bausch. Plutôt que «diaboliser» ce mode de transport, le ministre mise sur le développement de «solutions multimodales alternatives», citant par exemple l'élargissement de l'autoroute du côté d'Esch. Le projet, qui doit voir le jour en décembre 2022, comprendra un tram rapide, une voie express pour les cyclistes et deux voies de circulation réservées aux bus et covoiturage.

Reste qu'à ce stade se passer totalement de la voiture au Luxembourg est plutôt un idéal futur qu'une réalité. Alors que d'un côté les associations de cyclistes pointent du doigt des problèmes de sécurité et un manque d'infrastructures, les résidents et frontaliers subissent les chantiers des CFL liés au déploiement de la Nordstad, sans voir les avantages du pôle multimodal, prévu pour 2035. Quant au tram, le tronçon reliant la capitale à Bonnevoie ne devrait pas être inauguré avant septembre 2022. Soit dans un an. 

Reconnaissant ces limites à l'usage de transports sans carbone, François Bausch indique que «des solutions et idées nouvelles» seront présentées lors de la présentation du Plan national de mobilité 2025. Celui-ci devrait être détaillé «fin 2021». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A compter du 15 septembre, les CFL entament la quatrième phase de leurs travaux au sein de la gare et sur les connexions ferroviaires au nord du pays. Des chantiers qui devraient notamment parasiter les trajets entre le Grand-Duché et le royaume, au moins jusqu'au 12 décembre.
Illustration, Bahnhof, CFL, Zug, Züge, Tourismus Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Le Mouvement écologique (Méco) a entrepris de référencer les zones problématiques du réseau cyclable luxembourgeois. Et chacun peut contribuer en signalant les points noirs qu'il a pu croiser sur sa route.
Lokales, mobiliteit, Mobilität, Vélo, Fahrrad, Fußgänger, Auto, Bus, piétons, piéton, Radweg, piste cyclable, Cycliste,  Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Plusieurs centaines d'adeptes du deux-roues ont répondu à l'appel de l'association ProVelo samedi. Objectif: mettre en lumière le manque de sécurité des infrastructures cyclistes à Luxembourg-Ville.
manifestation ProVelo - Vëlosmanifestatioun an der Stad - Luxembourg - Ville -  - 05/06/2021 - photo: claude piscitelli
Le Luxembourg compte faire du territoire de Diekirch son troisième pôle de développement d'ici 14 ans. Mais avant même d'y rassembler activités économiques, services et (plus de) population, il convient d'en prévoir les dessertes.
B7 Ausbau A7 bei Ettelbruck
En plus de la création d'un nouvel arrêt et d'un pôle multimodal, la future mise en service du tronçon qui reliera la gare centrale au lycée technique de Bonnevoie, va également être l'occasion de découvrir le tracé de la nouvelle N3. Inauguration prévue en septembre 2022.
A l'horizon 2030, les deux principaux pôles d'activité du Luxembourg devraient être connectés par un tram rapide, des voies réservées au covoiturage ou bien encore une piste cyclable. De quoi «déplacer des personnes et non des voitures», selon le slogan de François Bausch.
Einen Monat Tram in Kirchberg, Luxtram, le 08 Janvier 2018. Photo: Chris Karaba