Changer d'édition

Les masques chirurgicaux «made in Luxembourg» en vogue

30.09.2020

Mise en place durant le printemps, la ligne de production de protections buccales de Santé Services tourne à plein régime. Les responsables de l'entreprise attendent à présent le feu vert pour la fabrication de protections FFP2.

(ER avec dho) - Avec 20.000 masques produits par jour, Santé Services SA a rapidement trouvé son rythme de croisière. Touchée de plein fouet par la pandémie de coronavirus, cette entreprise multiservice pour les soins de santé, est parvenue à se réorienter et à élargir ses activités en produisant des masques chirurgicaux «made in Luxembourg».

Un bel exemple de reconversion que Xavier Bettel et Lex Delles ont tenu à mettre à l'honneur. Les deux ministres DP ont visité le conteneur de 600 m2 qui sert d'usine de production dans l'ancien atelier de reliure du groupe Saint-Paul à Gasperich. 


Et le masque devint «so fashion»
Le duo à la tête de l'atelier de mode vol(t)age a créé toute une collection de masques chic. Un accessoire inattendu au milieu de la collection 2020.

Afin de répondre aux exigences d'hygiène, la température des lieux doit rester constante, soit 20 degrés et une surpression nécessaire des lieux, histoire qu'aucune particule ne pénètre dans la pièce. La machine, plutôt grande, crache 28 masques à la minute mais la capacité peut être augmentée à 90.

Tous les composants du masque sont assemblés de manière automatique. Seul l'emballage final est fait manuellement. «Tous les matériaux utilisés proviennent d'Europe à l'exception de l'élastique qui vient d'Asie», se félicite Michel Schuetz, directeur des services de santé des Hôpitaux Robert Schuman. 

Une success story qui a pourtant connu une mise en route particulièrement laborieuse. Si la machine a été achetée le 1er avril, elle a été livrée en plusieurs morceaux avant d'être assemblée durant le mois de mai. A cause de la pandémie de covid-19, aucun expert étranger n'a pu apporter son aide aux responsables de l'entreprise. «Nous avons essayé de comprendre les instructions chinoises d'utilisation des programmes de traduction sur nos téléphones portables. Ensuite, il a fallu s'assurer que la machine était conforme aux normes de Luxcontrol», se souvient Michel Schuetz. 


Peters Sports, fabricant masque aidé par le minidtère de l'Economie/ Nico Peters/ Peters Sports Howald/ 09.09.2020/ Photo : Caroline Martin ©
La production de masques peine à prendre
Pour ne plus compter seulement sur des fournisseurs étrangers, l'Etat a décidé d'octroyer une prime à ceux qui choisissaient d'orienter leur activité vers la production de masques. Seuls deux projets ont été soutenus.

La certification des masques a finalement été obtenue en août. Mais Santé Services ne manque pas d'idées. «Grâce à la subvention de 200.000 euros accordée par le gouvernement, nous avons investi dans une autre machine qui servira à produire des masques FFP2.» La certification de ces masques de protection est attendue prochainement, la production devrait être effective dans trois à quatre semaines.  

Outre Santé Services SA, la firme Peters Sports a également été soutenue par le gouvernement dans l'achat d'une machine pour fournir en grande quantité des «buff». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.

Sur le même sujet

Le masque peut «perturber les repères» des tout-petits
Utilisée pour lutter contre la propagation du covid-19, la protection buccale dispose aussi de son revers de la médaille, tel que l'impossibilité de voir les expressions faciales des interlocuteurs. Une communication non verbale pourtant indispensable au développement de l'enfant, estiment des spécialistes du CHL.
Crèche 3 Pommes
Un masque jeté, une amende dressée
Abandonnée dans les rues ou dans la nature, la protection buccale constitue une pollution bien délicate à éliminer. Face au nombre croissant de masques chirurgicaux trainant au sol, le ministère de l'Environnement envisage de sanctionner les fautifs.
Tout savoir sur les masques «faits maison»
Le port du masque est un «geste de barrière additionnel» pour combattre la propagation du coronavirus. Y compris pour les gens en bonne santé. Comment en fabriquer un soi-même ? Quand le porter ? Faut-il le laver ? Réponses.
Lokales, Corona-Virus, Stéphanie Damm-Krauss näht Stoffmasken mit ihrer Tochter Charlie, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort