Changer d'édition

Les maîtres-chiens arrivent en prison
Luxembourg 3 min. 11.05.2021

Les maîtres-chiens arrivent en prison

L'efficacité du flair des chiens en matière de détection de stupéfiants n'est plus à démontrer.

Les maîtres-chiens arrivent en prison

L'efficacité du flair des chiens en matière de détection de stupéfiants n'est plus à démontrer.
Photo : REUTERS
Luxembourg 3 min. 11.05.2021

Les maîtres-chiens arrivent en prison

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Deux ou trois agents cynophiles débuteront leur travail au sein des deux centres pénitentiaires luxembourgeois dès la rentrée. Leur objectif premier étant la détection des drogues circulant parmi les détenus.

La drogue circule en prison. Ce n'est pas une nouveauté, et déjà par le passé le ministère de la Justice avait tenté de stopper le phénomène notamment avec l'expérimentation d'un appareil détecteur de stupéfiants. Mais aussi performant que soit «JONSCAN», les autorités reconnaissent que son acquisition «ne constitue pas une piste prioritaire en matière de lutte contre les stupéfiants». Aussi, retour à une méthode qui a fait ses preuves : le chien renifleur! Enfin, plutôt le binôme animal et maître-chien.


Le Centre pénitentiaire d'Uerschterhaff sera d'une capacité maximale de 400 détenus.
La «pierre angulaire» du système carcéral ouvrira en 2023
Alors que la commission de la Justice visite ce mercredi la future prison de Sanem, l'administration pénitentiaire assure que le timing d'ouverture sera respecté. Si des agents seront sur place dès le mois de mai prochain, les premiers détenus n'arriveront que dans deux ans.

Officiellement, «l'unité cynotechnique de l'administration pénitentiaire est en voie de mise en place». Interrogée sur le sujet par les députés LSAP Mars di Bartolomeo et Dan Biancalana, la ministre de la Justice a même confirmé l'embauche de «deux à trois agents pénitentiaires comme maîtres-chiens au plus tard pour le mois d'août». Et si les autorités vont choisir minutieusement ces personnels, les critères de recrutement ne seront pas uniquement basés sur les aptitudes professionnelles des individus ou l'espace disponible pour leur compagnon canin dans leur appartement.

A poste sensible, recrutement méticuleux. Tout d'abord, l'Inspection antidrogues et produits sensibles des douanes sera mise à contribution et étudiera les profils des candidats. Elle qui gère déjà les chiens de dépistage en service sur le pays a l'expérience dans le domaine. Mais les postulants devront aussi se soumettre à des «tests de personnalité». Pas question d'intégrer des individus ''fragiles'' qui, demain, seront en contact permanent avec des substances psychotropes interdites. La tentation est parfois tentante... 

Avant de patrouiller dans les couloirs des deux centres pénitentiaires du pays, les maîtres-chiens seront également «soumis à une phase d'observation». Ils interviendront ainsi auprès de la brigade cynotechnique de la douane qui «constatera leur aptitude à cette tâche spécifique». Enfin, une série de tests permettra aussi à l'administration de vérifier l'aptitude des potentiels embauchés à gérer un chien de dépistage sur une durée prolongée de dix ans au moins. 

Une fois intégrés, le duo ou le trio de maîtres-chiens «seront actifs 24h/7», souhaite Sam Tanson. A charge pour les directeurs des deux prisons de gérer le calendrier des interventions de l'équipe qui, pour des raisons pratiques d'hébergement des animaux sera basée à Givenich. 

Et que va devenir «JONSCAN», prêté jusque-là par une prison allemande? Son usage apparaît bien limité, et ses jours pourraient être comptés. Car comme l'explique la ministre de la Justice, il ne «constitue pas un détecteur de substances illicites au sens classique du terme». En effet, cette technologie ne repère pas la présence de produits stupéfiants sur une personne ou à un endroit précis (contrairement à un chien). Elle sert plutôt à identifier un produit stupéfiant saisi, et encore pas tous. Plutôt des cannabinoïdes synthétiques. 

«Or, il est un fait que ce type de drogues ne circule presque pas dans les centres pénitentiaires luxembourgeois, contrairement aux cannabinoïdes normaux», reconnaît Sam Tanson. La piste d'une acquisition définitive est donc loin d'être confirmée, après un an de tests à Schrassig.

  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les résidents du centre pénitentiaire de Schrassig seront vaccinés ensemble et en priorité, confirment les deux ministres de la Santé et de la Justice ce lundi. Le personnel devra en revanche attendre de recevoir une invitation personnelle.
In Zeiten der Corona-Pandemie sind die Häftlinge mit ihren Bedingungen unzufrieden.
Le ministre Henri Kox reconnait que peu de toxicomanes de la Grande Région viennent s'approvisionner au Luxembourg. Henri Kox estime toutefois que nombre de dealers, eux, résident dans les pays voisins. En France particulièrement.
Lokales,Hundestaffel der Douane, Drogensuchhunde. Gepäck-Personendurchsuche nach Drogen.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Depuis ce lundi, le centre pénitentiaire de Luxembourg est officiellement dirigé par une femme. Une première dans l'histoire de la prison de Schrassig qui va connaître, dans les prochaines années, de profonds changements. Joke Van der Stricht explique lesquels.
Gefängnis - Prison - gefangenschaft - strafvollzug - Schrassig - Gefangener  - prisonnier-Détenu - Uhaft - u-haft -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le ministère de la Justice entend lutter contre la présence, le trafic et l'abus de stupéfiants en milieu carcéral. Bien que cet objectif apparaisse plutôt irréaliste, une série de recommandations en ce sens a été présentée par l'Ombudsman aux députés ce mercredi.
Lokales,Centre penitentiaire,Prison, Schrassig, Gefängnis. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Lors d'une visite dans un centre de détention, si une personne refuse de se soumettre au contrôle de ses vêtements et de ses poches après un signal du portique détecteur métaux, l'accès au détenu lui est refusé.
Gefängnis Schrassig - strafvollzug - En Dag mat engem Giichtchen - Prison - gefängniswärter - Gardien de Prison - Gefangener - prisonnier - untersuchungshaft - détention provisoire - U-Haft -    Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort