Changer d'édition

Les livres comme échappatoires à la pandémie
Luxembourg 3 min. 12.03.2021

Les livres comme échappatoires à la pandémie

Depuis le début de la crise, les romans pour «s'enfuir dans la lecture» restent les plus plébiscités par les clients, affirme la libraire Elmira Najafi.

Les livres comme échappatoires à la pandémie

Depuis le début de la crise, les romans pour «s'enfuir dans la lecture» restent les plus plébiscités par les clients, affirme la libraire Elmira Najafi.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 12.03.2021

Les livres comme échappatoires à la pandémie

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Depuis un an, et à défaut de pouvoir voyager, nombre de résidents s'évadent grâce à la littérature, constate la Fédération des libraires. Une bonne nouvelle pour un secteur fragilisé ces dernières années par les e-books et la concurrence des géants des ventes en ligne.

Face au blues de la pandémie, à chacun son antidote. Si certains se tournent vers les jeux de société, la cuisine ou le vélo, d'autres ont trouvé refuge dans les livres. Ces douze derniers mois, «beaucoup ont retrouvé le plaisir de lire», s'enthousiasme Anne Diderich, présidente de la Fédération luxembourgeoise des libraires, sans toutefois avancer de chiffres.

Anne Diderich, présidente de la Fédération luxembourgeoise des libraires.
Anne Diderich, présidente de la Fédération luxembourgeoise des libraires.
Photo: Anne Diderich

A défaut de pouvoir voyager, c'est donc par la littérature que se sont évadés les résidents. Mais exit les essais politiques et autres ouvrages philosophiques, les gens veulent «des bouquins pour se divertir», souligne la libraire. En d'autres termes, des romans et autres livres «un peu légers» pour «s'enfuir dans la lecture», précise de son côté Elmira Najafi, à la tête d'Alinéa

Un désir d'évasion à tout prix, confinement et autres restrictions sanitaires obligent. Ainsi, si les éditions de poche - moins chères, mais arrivant plus tardivement sur les étals - sont habituellement plébiscitées par les clients, la crise sanitaire a changé la donne. «Nous avons vendu beaucoup de nouveautés», assure Paul Ernster, project manager de la librairie éponyme. Conséquence, «le panier moyen a augmenté». 


EU-Kommissar Nicolas Schmit sagt, dass der digitale Wandel sozial gestaltet werden muss.
Permettre à tous «d'acquérir de nouvelles compétences»
Alors que la crise sanitaire accélère la numérisation du monde du travail, le commissaire européen Nicolas Schmit revient sur les compétences nécessaires pour le marché du travail de demain et la manière dont l'Union européenne peut façonner le changement numérique sans distorsions sociales.

Autre effet de la pandémie, le virus a permis à certaines librairies de développer de nouvelles stratégies de vente, allant du click&collect à la livraison à domicile.  «Pour certains, ça a été un véritable coup d'accélération pour se mettre à la digitalisation», affirme ainsi Anne Diderich. 

Mais sur internet, la concurrence est rude. Alors pour se distinguer de l'ogre Amazon - «qui fait partie du paysage», note celle qui est également libraire - certains libraires ont tout misé sur leur atout principal : l'expérience client. Dès le début du confinement en mars dernier, et à défaut de pouvoir accueillir la clientèle en magasin, «nous avons pris nos libraires pour conseiller les clients par téléphone et par email», détaille Paul Ernster. Une formule gagnante que l'entreprise compte bien «maintenir sur le long terme».

La pandémie a donc paradoxalement redonné un second souffle au monde du livre. «Nous avons bien travaillé», se félicite ainsi la présidente de la Fédération, fière d'affirmer que tous les emplois du secteur ont ainsi pu être préservés. 


Lokales, Pressekonferenz Stadt Luxemburg “Mon Quartier – Mon Commerce “ / “ Mäi Quartier – Mäi Buttek“  Avenue de la Gare, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La vague de faillites ne frappe toujours pas
Bien qu'attendues «dans les mois à venir», les fermetures massives d'entreprises en raison de la crise sanitaire n'ont pas eu lieu en janvier, indique mercredi le Statec. Seules 120 sociétés ont ainsi mis la clé sous la porte, contre 154 un an plus tôt.

Et bien que les ventes en ligne ne suffisent pas à combler la dizaine de semaines de fermeture au printemps dernier, les libraires ont néanmoins remporté un pari bien plus complexe. Celui de séduire de nouveaux adeptes des romans et autres vieux grimoires à l'heure où le secteur reste fragilisé par les e-books et la concurrence des géants des ventes en ligne.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La FEDIL appelle ce mardi à la mise en œuvre urgente «des solutions existantes». Par là, la fédération entend poser les jalons d'un «retour rapide à la normale». Tout en limitant les dégâts économiques.
The forecast for the IT and technology sectors was made in a study by industry lobby group FEDIL
Bien qu'attendues «dans les mois à venir», les fermetures massives d'entreprises en raison de la crise sanitaire n'ont pas eu lieu en janvier, indique mercredi le Statec. Seules 120 sociétés ont ainsi mis la clé sous la porte, contre 154 un an plus tôt.
Lokales, Pressekonferenz Stadt Luxemburg “Mon Quartier – Mon Commerce “ / “ Mäi Quartier – Mäi Buttek“  Avenue de la Gare, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Si le confinement visait à protéger la santé des habitants, ces huit semaines d'isolement forcé ont aussi eu des effets négatifs sur leur bien-être, révèle une étude du Statec publiée jeudi. Un tiers des résidents se disent impactés.