Changer d'édition

Les liens commerciaux du Luxembourg avec le Qatar
Luxembourg 5 9 min. 21.11.2022
Malgré les critiques

Les liens commerciaux du Luxembourg avec le Qatar

La Coupe du monde au Qatar débute ce dimanche 20 novembre.
Malgré les critiques

Les liens commerciaux du Luxembourg avec le Qatar

La Coupe du monde au Qatar débute ce dimanche 20 novembre.
Photo: AFP
Luxembourg 5 9 min. 21.11.2022
Malgré les critiques

Les liens commerciaux du Luxembourg avec le Qatar

Yannick HANSEN
Yannick HANSEN
Le Luxembourg est fier de ses positions progressistes en matière de droits de l'homme, mais entretient des liens commerciaux étroits avec le Qatar et d'autres gouvernements autocratiques.

Le Luxembourg a peut-être protesté bruyamment contre les travailleurs migrants qui sont morts en construisant les stades de la Coupe du monde du Qatar, mais les vestiges d'une intense aventure commerciale entre les deux pays sont encore très répandus au Grand-Duché.


World Cup banners hang over the street in Doha on November 14, 2022 ahead of the Qatar 2022 FIFA World Cup football tournament. (Photo by ADRIAN DENNIS / AFP)
Face aux critiques européennes, le Qatar passe à l'offensive
Début octobre, la presse qatarie, étroitement liée au pouvoir, a commencé à évoquer une «conspiration systématique» des médias européens.

La Quintet Private Bank, par exemple, propriété de la famille royale qatarie, affiche son siège sur le majestueux boulevard Royal de la capitale, aux côtés d'une foule de banques issues d'une autre autocratie, bien plus puissante : la Chine.

«Il y a un grand risque à faire des affaires avec des pays qui ne sont pas dignes de confiance, mais il est également illusoire de penser que, si l'on parle de valeurs et de démocraties, on ne pourrait faire des affaires qu'avec l'Europe», a déclaré Cindy Tereba, directrice des affaires internationales du groupe d'affaires Chambre de commerce, dans une interview.

D'autres liens entre l'hôte de la Coupe du monde et le Luxembourg - qui ne s'est jamais qualifié pour le tournoi - permettent à la compagnie aérienne du Qatar d'exploiter son activité de fret depuis l'aéroport de Findel, tandis qu'une unité opaque du fonds souverain de l'émirat fait transiter des milliards de dollars par le Luxembourg.


Politik , Partei DP , Xavier BETTEL , PremierMinister  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Propos homophobes: Bettel demande des comptes au Qatar
Sur la ZDF ce mardi, un ancien joueur qatari a qualifié l'homosexualité de «dommage mental». Des propos qui n'ont pas manqué de faire réagir le Premier ministre luxembourgeois.

Du côté politique, les choses ne sont pas aussi douces. Le Premier ministre Xavier Bettel (DP), qui  est homosexuel, a mis au pied du mur un responsable qatari de la Coupe du monde qui avait qualifié l'homosexualité de «lésion cérébrale». Aucun homme politique luxembourgeois ne sera présent, pas plus que le Grand-Duc, qui avait pourtant assisté aux Jeux olympiques de Pékin, tout aussi controversés.

Le Qatar, péninsule riche en gaz qui s'avance dans le golfe Persique à partir de l'Arabie saoudite, est connu pour accueillir le groupe de médias Al Jazeera et pour avoir soutenu les mouvements d'opposition pendant le printemps arabe, ce qui lui a valu les faveurs de l'Occident, mais a entraîné des relations difficiles avec certains de ses puissants voisins. 

Lorsque Doha a été accusé de financer le terrorisme, les États-Unis et d'autres pays arabes ont brièvement rompu leurs relations diplomatiques en 2017, et le Qatar n'a jamais pu se défaire des allégations selon lesquelles il aurait soudoyé des responsables de la FIFA pour obtenir l'un des plus grands événements sportifs du monde. L'année dernière, The Guardian a rapporté que plus de 6.000 travailleurs migrants étaient morts sur les chantiers de construction des nouveaux stades et autres bâtiments.


Public viewing Portugal - Iran à Luxembourg le 25 juin 2018
Ces communes qui n'installeront pas d'écran géant
À une quarantaine de jours du début de la grand-messe du football mondial, plusieurs communes luxembourgeoises ont d'ores et déjà fait une croix sur un tel dispositif, par boycott ou tout simplement par économie d'énergie?

Les groupes de défense des droits de l'homme ont également critiqué le Qatar pour son traitement des personnes LGBTQ, qui risquent la peine de mort si elles affichent publiquement leur sexualité. Dans ce qui semble également être un signe de protestation, la ville de Luxembourg ne diffusera pas les jeux sur des écrans géants, affirmant vouloir économiser de l'énergie.

Des atouts pour le trophée

Les liens commerciaux entre le Luxembourg et le Qatar remontent au milieu des années 2000, lorsque le ministre des Finances de l'époque, Luc Frieden - un chrétien-démocrate sous le Premier ministre Jean-Claude Juncker - a activement recherché ce partenariat.

À la suite de la crise financière qui a atteint son apogée en 2008, le Qatar a injecté des milliards dans les banques occidentales, notamment dans la banque britannique Barclays, la sauvant ainsi du gouffre. En 2011 et 2013, l'émirat a racheté des participations dans deux banques luxembourgeoises en difficulté pour des clients fortunés : KBL - aujourd'hui Quintet - et la Banque Internationale à Luxembourg (BIL), pour une valeur combinée de 1,7 milliard d'euros.

Le siège de Quintet Private Bank à Luxembourg-ville
Le siège de Quintet Private Bank à Luxembourg-ville
Photo: Quintet

Cinq ans plus tard, Doha a vendu la BIL à la Chine, réalisant un bénéfice de plus de 700 millions d'euros. La famille royale qatarie possède toujours Quintet, bien que la banque n'ait pas été une vache à lait, perdant 110 millions d'euros en 2021, après une perte de 20 millions d'euros en 2020.

Un porte-parole de Quintet a souligné que l'achat de KBL a été réalisé par le biais d'un véhicule d'investissement privé, Precision Capital, qui appartient en retour à un membre de la famille royale du Qatar au pouvoir, et qui possède actuellement la banque.

Le Qatar a également eu un lien éphémère avec Cargolux. Qatar Airways a acheté une participation de 35 % dans le transporteur de fret phare du Luxembourg en 2011, mais l'a revendue à un opérateur d'aviation chinois à peine deux ans plus tard, après que les copropriétaires qataris se soient brouillés avec l'État luxembourgeois et les syndicats au sujet du maintien des emplois.

Tamim bin Hamad Al Thani, dirigeant du Qatar.
Tamim bin Hamad Al Thani, dirigeant du Qatar.
Photo: Shutterstock

«On ne peut pas dire que les Qataris sont arrivés très vite et repartis très vite. Si vous regardez les trois investissements [KBL, BIL et Cargolux], vous voyez qu'ils sont très différents et qu'ils se sont déroulés différemment», a déclaré M. Tereba de la Chambre de commerce. La stratégie du Qatar a consisté à acheter des actifs lorsqu'ils étaient bon marché et à les revendre lorsqu'ils se sont redressés, a-t-elle ajouté.  

Qatar Airways exploite toujours ses propres vols de fret au départ du Luxembourg, avec six vols à destination de Doha prévus la semaine prochaine, selon le site web de la compagnie.

Qatar Airways assure la liaison entre Luxembourg et Doha
Qatar Airways assure la liaison entre Luxembourg et Doha
Photo: Serge Braun

Les statistiques soulignent le ralentissement des relations commerciales entre les deux pays. En 2012 - l'année suivant le rachat de KBL - les entités luxembourgeoises ont investi 245 millions d'euros au Qatar, mais ce chiffre est tombé à seulement 3 millions d'euros deux ans plus tard et s'est établi à 6 millions d'euros l'année dernière, selon les données fournies par la Banque centrale. 

Après une ruée vers les lucratifs contrats de construction de la Coupe du monde au Qatar au début des années 2010, le boom s'est estompé, a expliqué M. Tereba. 

Une grande partie de cet argent trouve maintenant son chemin vers les Émirats arabes unis (EAU), dans lesquels le Luxembourg a investi 8,3 milliards d'euros rien que l'année dernière. 

«Les marchés des Émirats arabes unis sont - sur la base du seul nombre d'habitants - plus intéressants pour les entreprises luxembourgeoises, qui ont également un meilleur accès à d'autres pays de la région du Golfe», a déclaré un porte-parole du ministère de l'économie, interrogé sur les raisons de cet abandon du Qatar.

Ne regardez pas maintenant

Les liens commerciaux du Luxembourg avec des régimes autoritaires comme les Émirats arabes unis et la Chine sont en contradiction avec la position progressiste en matière de droits de l'homme dont le pays est fier. Pas plus tard que la semaine dernière, le Parlement européen a déclaré que le Grand-Duché jouait un rôle central en tant que catalyseur de sociétés de logiciels espions hors de contrôle.

C'est également là que se trouve le géant du porno Mindgeek, la société mère de Pornhub, qui a dû se défendre devant les tribunaux à la suite de plaintes déposées par des victimes d'abus sexuels sur des enfants qui affirmaient que la société avait diffusé les vidéos de leurs viols à l'âge de 14 et 16 ans.

Une directive très attendue de Bruxelles sur la diligence raisonnable, qui devrait garantir que les entreprises respectent les droits de l'homme et les normes environnementales, ne concernera que quatre entreprises sur mille au Grand-Duché, selon les critiques.

L'industrie luxembourgeoise des fonds d'investissement, qui représente 5.000 milliards d'euros, sera totalement exclue de la directive, ce pour quoi le Grand-Duché a fait activement pression, a déclaré le ministre des affaires étrangères Jean Asselborn (LSAP) à la télévision cette semaine, ajoutant qu'il ne pouvait pas «réinventer le Luxembourg» en modifiant sa dépendance à l'égard du secteur financier.

Le Qatar, dont le fonds souverain contient environ 450 milliards de livres sterling - avec des actifs tels que le grand magasin londonien Harrods et le club de football français Paris Saint-Germain - détient 11,6 milliards de livres sterling au Luxembourg par le biais d'un véhicule appelé Qatar Holding Luxembourg II, enregistré à une adresse notoire où des centaines de sociétés fictives sont basées dans un seul immeuble de la banlieue de Luxembourg.

L'unité luxembourgeoise détenait des participations dans le constructeur automobile allemand Volkswagen et le géant énergétique espagnol Iberdrola d'une valeur combinée de 8,7 milliards d'euros à la fin de 2019, selon le registre des entreprises. Elle n'a soumis aucun dépôt cette année, et aucun compte annuel pour les années 2020 et 2021. Le registre des entreprises n'a pas voulu dire si la holding est en conformité avec ses obligations de déclaration.

La coquille du Qatar est l'une des plus de 45.000 sociétés holding de ce type au Luxembourg. Elle n'a payé que 32 millions d'euros d'impôts en 2019 pour un bénéfice de 735 millions d'euros, en raison du fait que les holdings sont largement exonérées de l'impôt sur les sociétés au Luxembourg.

 Ni le chien de garde du secteur, la CSSF, ni l'agence nationale des statistiques ne détenaient de chiffres indiquant la taille des actifs qataris dans les fonds enregistrés au Luxembourg. La banque centrale a déclaré qu'elle disposait de ces données, mais qu'elle ne les publierait pas.

«Dans le passé, nous n'avons pas prêté suffisamment attention [aux droits de l'homme] et nous sommes entrés sur ces marchés de manière trop opportuniste», a déclaré M. Tereba. L'année prochaine, la Chambre de commerce se rendra en Arabie saoudite pour une mission commerciale.

Cet article a été publié pour la première fois sur luxtimes.lu
(traduction tb)

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La loi européenne sur le blanchiment d'argent est donc partiellement illégale : les données des propriétaires économiques des sociétés ne doivent pas être accessibles au public.
Que ce soit dans le transport aérien, le domaine bancaire ou le secteur industriel, les conséquences directes de l'épidémie restent légères au Luxembourg. Mais les entreprises suivent de près l'évolution de la situation. Tour d'horizon.
De nombreux appareils de la compagnie Cargolux sont cloués sur le tarmac du Findel depuis plusieurs jours
Innovation, digitalisation et accompagnement personnalisé: Geoffroy Bazin, CEO de BGL BNP Paribas, précise la stratégie de la banque, qui fête ce lundi 17 juin, un siècle d'existence.
Geoffrey Bazin, CEO BGL BNP Paribas - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Officiellement, le Luxembourg souhaite ardemment que le Royaume-Uni reste dans l'UE. Mais en coulisses, l'importante place financière de ce pays fondateur de l'Union est bien décidée à ne pas laisser passer les opportunités d'un éventuel "Brexit".
Brexit:  le Luxembourg pourrait y gagner, anticipent certains analystes à mi-voix.