Changer d'édition

Les leçons des premiers autotests à l'école
Luxembourg 3 min. 15.04.2021

Les leçons des premiers autotests à l'école

Le ministre de l'Education, Claude Meisch (DP), a commandé 1,6 million de tests rapides. De quoi finir l'année scolaire en allouant aux classes et aux familles un kit par semaine.

Les leçons des premiers autotests à l'école

Le ministre de l'Education, Claude Meisch (DP), a commandé 1,6 million de tests rapides. De quoi finir l'année scolaire en allouant aux classes et aux familles un kit par semaine.
Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 15.04.2021

Les leçons des premiers autotests à l'école

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Deux semaines de phase-pilote, sur 6 établissements, ont suffi à convaincre le ministère de l'Education de miser sur des kits de dépistage covid pour l'ensemble des 120.000 scolaires et enseignants du pays.

Cahiers, livres, classeurs, trousses, stylos... la panoplie des élèves luxembourgeois va compter un accessoire de plus à l'issue des congés de Pâques : l'autotest. Il faudra bien qu'ils s'y fassent puisque l'objet va intégrer le quotidien de l'ensemble des scolaires jusqu'aux grandes vacances. Dans le public comme dans le privé. Et si le ministre de l'Education tient à ce déploiement, c'est bien parce qu'aux yeux de Claude Meisch (DP), la phase-pilote menée voilà quelques semaines a porté ses fruits.


12.04.2021, Niedersachsen, Hildesheim: Ein Corona-Selbsttest liegt am Platz eines Schülers in einem Klassenraum der Robert Bosch Gesamtschule Hildesheim. Der Start der verpflichtenden Corona-Selbsttests für Schülerinnen, Schüler und Lehrkräfte ist aus Sicht des Schulleitungsverbandes Niedersachsen chaotisch verlaufen. Foto: Julian Stratenschulte/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L’école belge abandonne les tests salivaires
Ce mode de dépistage avait pourtant été présenté comme un frein à la propagation du virus dans l’enseignement obligatoire.

Ainsi, pour savoir si l'emploi de ces tests antigéniques rapides faisait sens parmi la jeunesse, deux lycées (à Redange et Esch) et quatre écoles du fondamental (à Beggen, Esch, Sanem et Dudelange) ont servi de cobayes. Et l'action menée de fin mars à début avril a seulement permis de procéder à 7.100 dépistages volontaires (d'élèves et d'enseignants) et surtout a mis en évidence 5 cas positifs au covid.

 C'est peu certes, mais cette détection précoce a certainement permis d'éviter la formation de clusters. Le pire des scénarios aux yeux de l'administration scolaire qui ne rêve plus que d'une chose, d'ici le 15 juillet prochain : maintenir un maximum de cours en présentiel.

Pour Claude Meisch, l'expérimentation a été d'autant plus positive que les élèves comme le personnel scolaire se sont bien emparés des kits mis à disposition. Les services du ministère estiment ainsi que plus de 90% des jeunes concernés et 85% des enseignants ont répondu favorablement à l'appel lancé. De bon augure pour élargir l'opération maintenant à tout le territoire. 1,6 million de kits ont d'ores et déjà été commandés à cet effet.

Du retour d'expérience de la phase pilote, l'Education nationale a retenu aussi qu'il était bon de laisser à chaque établissement la liberté de s'organiser sur ce schoultesting inédit. Selon les cas, on pourra donc procéder soit par un autotesting généralisé de toute une classe, soit scinder l'opération chaque jour de la semaine. «Si un élève se révèle positif, l’enseignant contacte ses parents sur le champ.» En tous les cas, à l'issue de chaque test, le résultat est transmis aux parents ou à l'élève majeur. 

En parallèle, le ministère continuera aussi d'adresser aux familles un kit de dépistage par semaine. «Cette mesure a influencé positivement le taux de participation la semaine suivante», estime d'ailleurs Claude Meisch, heureux d'avoir pu ainsi se réconcilier avec les parents qui avaient mal vécu certains épisodes de la gestion de crise... 

Maintenant que le courant semble rétabli, l'Education nationale (et plus encore le ministère de la Santé) espère que ces tests rapides seront massivement employés. Avec cet objectif ultime : 120.000 autotests utilisés chaque semaine, soit autant qu'il y a d'élèves et de personnels au sein de la communauté scolaire luxembourgeoise.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au retour des vacances de Pâques, les autotests seront généralisés dans toutes les classes du pays, a annoncé ce jeudi Claude Meisch. Avec l'espoir d'apporter «encore plus de sécurité», mais surtout de retrouver «un peu de normalité».
ARCHIV - 08.04.2021, Niedersachsen, Hannover: ILLUSTRATION - Ein Corona-Selbsttest, fotografiert mit neben dem Etui eines Grundschülers. In zahlreichen Bundesländern geht der Unterricht nach den Osterferien mit einer Corona-Testpflicht weiter. Ohne negatives Testergebnis ist der Besuch des Unterrichts nicht möglich. (zu dpa «Corona-Test vor dem Frühstück - Für Schulkinder gelten neue Regeln») Foto: Julian Stratenschulte/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le ministère de l'Education a confirmé vouloir lancer une opération-pilote de dépistage du coronavirus par les scolaires eux-mêmes. Avant d'être déployée sur tout le pays, l'opération serait d'abord expérimentée.
First graders of the 39th Dresden primary school sit in their classroom for the first lesson following the coronavirus lockdown in Dresden, eastern Germany, on February 15, 2021, amid the novel coronavirus / COVID-19 pandemic. - In the eastern federal state of Saxony, pre-schools and primary schools have started easing their restrictions implemented in order to curb the spread of the virus. (Photo by JENS SCHLUETER / AFP)
L'obligation du masque en cours n'est pas le seul changement à venir dans les écoles luxembourgeoises. En mars, le ministère de l'Education envisage de proposer des tests de dépistage pour que jeunes et enseignants puissent contrôler leur situation covid.
Student of a graduating class at the Geschwister-Scholl school in Tuebingen, southern Germany,, conduct an antigen rapid test for COVID-19 in a class room on February 11, 2021 amid the ongoing new coronavirus pandemic. - In collaboration with the city of Tuebingen the school tests teachers and students of the graduating classes regulary free to ensure present teaching in the class room instead of online teaching. (Photo by THOMAS KIENZLE / AFP)
Le 4 mai, après sept semaines d '«assignation à résidence», les premiers écoliers luxembourgeois retourneront en classe. Mais rien ne sera plus comme avant. Entretien avec le ministre de l'Éducation, Claude Meisch (DP).
Luxtimes - Interview Claude Meisch, Foto: Chris Karaba / Luxemburger Wort