Changer d'édition

Les jeunes parlent aux jeunes de leur santé mentale
Luxembourg 2 min. 17.05.2021

Les jeunes parlent aux jeunes de leur santé mentale

La campagne vise à sensibiliser les jeunes et les diriger vers les services compétents.

Les jeunes parlent aux jeunes de leur santé mentale

La campagne vise à sensibiliser les jeunes et les diriger vers les services compétents.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 17.05.2021

Les jeunes parlent aux jeunes de leur santé mentale

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Dans le cadre de la campagne #act4support, des adolescents cherchent à sensibiliser leurs pairs sur la nécessité de demander un soutien psychologique. Via une carte postale, distribuée dès lundi, ils veulent leur faire connaître les moyens à leur disposition.

Sur un fond cartonné noir, les mots «You are stronger than you think» (Tu es plus fort que tu ne le crois) sont écrits dans des couleurs lumineuses. Si l'idée paraît toute simple, le message lui se veut puissant. Derrière cette carte postale, les membres de la Conférence nationale des élèves du Luxembourg, l’Union nationale des étudiants du Luxembourg, du Conseil national de la jeunesse du Luxembourg et du parlement des jeunes entendent sensibiliser leurs semblables à la santé mentale. 

Cette carte postale doit véhiculer un message positif, rappelant que demander de l'aide ne doit pas être tabou.
Cette carte postale doit véhiculer un message positif, rappelant que demander de l'aide ne doit pas être tabou.
Image: CePas

Au verso de cette «carte boomerang», ces quatre organismes ont listé les personnes et services auxquels les jeunes peuvent faire appel en cas de mal-être ou de détresse. Parents, amis, les services psycho-sociaux d'accompagnement scolaires ou la helpline de l'Office national de l'enfance y figurent notamment. 

L'objectif: que la santé mentale «ne soit plus un tabou» et que les jeunes puissent évoquer «leur stress», «leur perte de motivation» ou « leur sentiment de perdre pied» sans crainte. Ecrits en luxembourgeois, français et anglais, 70.000 exemplaires seront distribués dès lundi dans les écoles, les maisons de jeunes, ou encore les cinémas. 

Cette démarche, coordonnée par le centre psycho-social et d'accompagnement scolaires (Cepas) et le ministère de l'Education nationale, s'inscrit dans la volonté du gouvernement de faire de la santé mentale une de ses priorités dans la lutte contre le covid. En effet, depuis le début de la pandémie le Cepas a enregistré une hausse de 15% des idées suicidaires chez les adolescents. L'association Kanner Jugend Telefon notait en début d'année une hausse de 30% des sollicitations en un an.


La prise en charge de la santé mentale dans l'impasse
Suite à une nouvelle réunion concernant le remboursement de la psychothérapie, Fapsylux a quitté la table des négociations. La fédération représentant les psychothérapeutes indique n'avoir trouvé aucun accord avec la CNS.

Outre cette campagne de sensibilisation, le gouvernement a également lancé des cours de premier soin en santé mentale, dont deux sont réservés aux jeunes. En tout, 6.000 résidents d'ici 2025, et 18.000 d'ici 2030 devraient être formés à ces nouveaux gestes de premier secours.

  • Pour trouver de l'aide: La Hepline 8002-9393 ou Le Kanner-Jugendtelefon 11611

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour pallier le manque de personnel qualifié face à la hausse des maladies mentales, l'Etat va proposer aux volontaires d'apprendre les gestes de premiers secours psychologiques. Le but: former 6.000 citoyens d'ici 2025.
Suite à une nouvelle réunion concernant le remboursement de la psychothérapie, Fapsylux a quitté la table des négociations. La fédération représentant les psychothérapeutes indique n'avoir trouvé aucun accord avec la CNS.
Depuis plusieurs mois, les professionnels de santé alertent sur l'impact des restrictions sanitaires sur la santé mentale, et notamment l'augmentation des pensées morbides. Un phénomène qui toucherait particulièrement les adolescents.
Traditionnel indicateur de la situation dans les entreprises, le «Quality of work index» de la Chambre des salariés, publié mercredi, fait état d'une «dégradation considérable» de la situation au Luxembourg en 2020. Conséquence directe de la pandémie et de ses effets collatéraux.
WI,Vorstellung Pressekonferenz Quality of Work Index.Nora Back, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Alors que la pandémie sanitaire frappe le pays depuis près d'un an, les jeunes générations sont de plus en plus touchées psychologiquement. Une situation préoccupante que constatent les professionnels de santé au quotidien.
Au Luxembourg, entre 70 et 80 personnes se donnent volontairement la mort chaque année. Le taux des tentatives de suicide serait lui 10 à 20 fois supérieur.