Changer d'édition

«Les jeunes ont peur de cette guerre et ont besoin d'explications»
Luxembourg 3 min. 16.03.2022 Cet article est archivé
Sensibilisation à l'école

«Les jeunes ont peur de cette guerre et ont besoin d'explications»

Les ados ont peur pour l'avenir et ont besoin de réponses, selon le Centre pour l’éducation à la citoyenneté.
Sensibilisation à l'école

«Les jeunes ont peur de cette guerre et ont besoin d'explications»

Les ados ont peur pour l'avenir et ont besoin de réponses, selon le Centre pour l’éducation à la citoyenneté.
Photo: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Luxembourg 3 min. 16.03.2022 Cet article est archivé
Sensibilisation à l'école

«Les jeunes ont peur de cette guerre et ont besoin d'explications»

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Comment parler de la guerre en Ukraine aux plus jeunes générations? Le Centre pour l’éducation à la citoyenneté mène un projet de sensibilisation auprès des écoles.

La guerre se déroulant actuellement en Ukraine est un sujet ô combien délicat. En parler aux plus jeunes générations peut se révéler être une tâche délicate et périlleuse. C'est dans ce contexte que le Centre luxembourgeois pour l’éducation à la citoyenneté (Fondation Zentrum fir politesch Bildung) a décidé d'agir auprès des plus jeunes étudiants en fournissant une «boîte à outils» à leurs enseignants permettant de répondre, sans dramatisation, aux interrogations des plus jeunes générations. «En temps de crise, le plus important est que les adultes (parents, enseignants, éducateurs) rassurent et orientent les enfants. La thématisation de ce sujet préoccupant dans les classes incite également à la cohésion dans notre école», a notamment expliqué Claude Meisch (DP), le ministre de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse.


(de g. à dr. ) Roberta Metsola, présidente du Parlement européen ; Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d’État
«L'Europe doit se montrer plus unie que jamais»
Roberta Metsola a été reçue par le Grand-Duc ce mardi matin. Elle a participé également à une réunion de travail avec le Premier ministre et s'est adressé aux députés à la Chambre, en soulignant l'importance de la solidarité européenne contre à la guerre en Ukraine.

«Nous devons donner aux élèves le temps et l'espace nécessaires pour parler de leurs sentiments et de leurs besoins, de leurs peurs et nous devons leur apporter des informations objectives sur la guerre. Avant tout, nous devons leur donner de l'espoir». Le directeur du Centre pour l’éducation à la citoyenneté, Marc Schoentgen, est à la manœuvre derrière ce projet. «Nous sommes une fondation qui n'existe que depuis cinq ans. C'est la première fois que nous vivons une guerre depuis la création de celle-ci. C'est un sacré défi pour nous car on ressent que les jeunes sont perdus», entame l'intéressé. «Il faut donc pouvoir donner des outils et du matériel didactique aux enseignants ainsi qu'aux éducateurs pour qu'ils puissent s'orienter et trouver des informations fiables pour qu'ils puissent les transmettre à leurs élèves.»

Une réponse filtrée, fiable et adéquate

Mais plus qu'un simple relais d'informations fiables, la mission du Centre pour l’éducation à la citoyenneté est de pouvoir guider les enseignants et leur faire prendre conscience des angoisses de leurs élèves. «Les plus jeunes ne comprennent pas la situation actuelle, pourquoi des hommes en tuent d'autres. Ils se questionnent également sur l'afflux récent des réfugiés, sans oublier de possibles conflits en classe du fait qu'un élève aurait des origines russes ou non. Il est important que toutes ces questions soient thématisées en classe pour qu'elles soient filtrées et qu'une réponse adéquate, fiable et sans dramatisation soit donnée aux élèves. Le débat peut ensuite se poursuivre à la maison, avec les parents.»


In this handout picture taken and released by the Ukrainian Presidency Press Office early on March 14, 2022, Ukrainian President Volodymyr Zelensky delivers a video address in Kyiv. - Ukrainian President Volodymyr Zelensky on March 14 urged NATO to impose a no-fly zone over his country or see its member states attacked by Russia. (Photo by Handout / UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / Ukrainian presidential press service " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Nouvel entretien téléphonique entre Bettel et Zelensky
Après s'être entretenu avec Vladimir Poutine ce lundi, le Premier ministre a échangé par téléphone avec Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, à la demande de celui-ci.

Bref, la fondation tente d'éveiller l'esprit critique des jeunes luxembourgeois. Une tâche bien plus difficile qu'il n'y paraît au regard de la masse d'informations disponibles sur le sujet sur le web, que ce soit dans les médias traditionnels ou sur les réseaux sociaux. «Ce qui est évident pour nous ne l'est peut-être pas forcément pour les plus jeunes. L'important est de pouvoir démêler le vrai du faux et de pouvoir répondre aux interrogations des élèves qui entrent dans la préadolescence et qui commencent à prendre conscience du monde qui les entoure. Une bonne partie d'entre eux ont conscience que nous sommes dans une période de crise. Ils ont peur pour l'avenir et ont besoin de réponses», admet Marc Schoentgen. 

Des ressources disponibles

Pour y parvenir, les enseignants disposent donc de ressources et des outils d'analyse critique permettant d'aborder la guerre en Ukraine dans un contexte historique, géographique et géopolitique large via le site internet du Centre pour l’éducation à la citoyenneté. «Cela passe notamment par des parallèles avec des conflits passés comme la Deuxième Guerre mondiale, où la propagande était très présente également. On informe également sur la manière d'expliquer les choses: informer tout en gérant ses propres émotions, parler avec précaution aux enfants sans évoquer de détails pesants ainsi que sur les différentes manières d'apaiser les angoisses des plus jeunes. Quoi qu'il en soit, c'est un travail de sensibilisation qui va au-delà de la crise actuelle.»

Les premiers retours sur cette «boîte à outils» sont en tout cas positifs. «Les élèves posent tous les jours des questions dans certaines classes et les enseignants sont nombreux à nous solliciter également. De notre côté, nous sommes prêts à assumer notre rôle et continuer notre travail d'éducation à la citoyenneté», conclut Marc Schoentgen.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les ministres des Finances de l'UE se réunissent ce lundi à Bruxelles pour évaluer l'impact de la guerre en Ukraine sur l'économie européenne. Yuriko Backes plaide pour plus d'investissements dans les énergies renouvelables.
02.02.2022 Yuriko Backes , Finanzminister , Finanzministerin , Portät , interview  Foto : Marc Wilwert / Luxemburger Wort