Changer d'édition

Les jeunes apprennent à lutter contre les fake news
Luxembourg 4 min. 10.12.2021 Cet article est archivé
Education au Luxembourg

Les jeunes apprennent à lutter contre les fake news

Depuis la rentrée de septembre 2021, 18 lycées luxembourgeois dispensent des cours de «sciences numériques».
Education au Luxembourg

Les jeunes apprennent à lutter contre les fake news

Depuis la rentrée de septembre 2021, 18 lycées luxembourgeois dispensent des cours de «sciences numériques».
Photo : dpa
Luxembourg 4 min. 10.12.2021 Cet article est archivé
Education au Luxembourg

Les jeunes apprennent à lutter contre les fake news

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Les adolescents luxembourgeois n'ont pas échappé à la propagation des fausses informations entourant la pandémie. Mais contrairement à leurs aînés, ils sont majoritairement mieux préparés à les affronter.

Effets indésirables liés aux vaccins, restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés, apparition d'un nouveau variant... La pandémie, c'est aussi autant de nouvelles qui jouent et influent sur les émotions. Partagées sur les réseaux sociaux, ces informations se trouvent parfois être totalement erronées, ce qui ne les empêche pas de circuler. L'apparition du covid sur la planète s'est bel et bien accompagnée de la propagation d'un second virus, celui de la désinformation.


Trois fake news sur les vaccins à la loupe
Modification de l'ADN, mortalité des enfants, infertilité... la Dr Anna Chioti, cheffe de la division de la pharmacie et des médicaments, décrypte en vidéo trois idées reçues sur la vaccination contre le covid.

«Des fausses informations, il y en a toujours eu. Mais maintenant, avec les réseaux sociaux, elles sont beaucoup plus visibles, même si elles ne sont pas forcément plus nombreuses», déplore Karin Weyer, directrice de Respect.lu. Un constat qui a poussé le centre de lutte contre la radicalisation à ouvrir une nouvelle formation à destination du personnel des écoles et des éducateurs en septembre 2021. Son thème : les théories du complot. «L'idée est d'apprendre aux participants ce qu'est le complotisme, comment il fonctionne et quel est son rôle dans la radicalisation.»

Une fois formés, les professionnels du monde de l'éducation peuvent plus facilement engager la conversation avec leurs élèves, afin de les aider à développer un esprit critique face aux informations qui circulent. «C'est très important d'en parler, de travailler avec les jeunes sur ce qu'est la désinformation et sur ce que l'on peut dire ou pas sur les réseaux sociaux, puisqu'ils en sont des utilisateurs quotidiens», appuie Karin Weyer. 


In der Grundschule setzen die Schüler sich im Zyklus 4.1 mit dem Programmieren auseinander. Im Herbst wird das Coding auf die Zyklen 1 bis 3 ausgeweitet und im Secondaire startet eine Pilotphase zur Einführung des Fachs "Digital sciences".
Les sciences numériques invitées pour la rentrée
Ce sera LA nouveauté de la prochaine rentrée scolaire. Dès septembre, les élèves du secondaire luxembourgeois vont être sensibilisés au digital

Si cette sensibilisation peut s'effectuer tout au long de l'année dans les différentes matières qui composent le cursus des écoliers, elle trouve particulièrement sa place dans un nouveau cours initié à la rentrée 2021. Les «sciences numériques» ont fait leur apparition au programme dans 18 classes de septième du pays. «Le fait qu'il y ait autant de lycées pilotes, alors que nous pensions avoir seulement trois ou quatre demandes, démontre bien qu'il y a un fort besoin sur le terrain», se réjouit Claire Flammang, coordinatrice de ce nouvel enseignement pour le Service de coordination de la recherche et de l'innovation pédagogiques et technologiques (Script).

Aux côtés de la robotique, de l'intelligence artificielle ou encore de l'échange des données, le thème de l'information - et de la désinformation - est donc abordé avec les élèves. Une manière de sensibiliser les lycéens sur leur utilisation des outils numériques. «C'est une branche qui leur permet de découvrir les coulisses des médias, et ainsi de mieux comprendre le contenu qui est proposé à la consommation. Ils peuvent ensuite développer un esprit critique grâce à leur base de connaissances», poursuit la professeure.

De la surinformation à la non-information

La vérification des informations est donc une thématique qui a redoublé d'importance avec la pandémie. Si les jeunes Luxembourgeois ne semblent pas être plus perméables qu'auparavant face aux fausses informations qui circulent, ils y sont davantage exposés, estime Veronica Rocha. «Les jeunes se sont beaucoup informés au début de la pandémie, puis cette surinformation s’est estompée avec le temps. Maintenant, ils sont dans une démarche plus passive», indique la responsable communication du Centre psycho-social et d’accompagnement scolaires.

Lancée en 2019, #checkyourfacts est une formation de deux heures proposée par BEE SECURE qui s'adresse à toutes les classes de lycée.
Lancée en 2019, #checkyourfacts est une formation de deux heures proposée par BEE SECURE qui s'adresse à toutes les classes de lycée.
Photo : BEE SECURE

Un constat partagé par Carmen Michels de BEE SECURE. «Nous remarquons via notre helpline, qui permet de signaler les contenus haineux, et lors de nos formations sur le terrain, que la propagation des théories du complot a particulièrement été renforcée», indique la chargée des projets de formation.

L'organisme, qui vise à promouvoir une utilisation plus sûre des technologies, intervient à la demande des enseignants dans les classes luxembourgeoises. «Le nombre de modules concernant la désinformation est resté stable avec la pandémie. Sur l'année 2020-2021, nous en avons réalisé 150», détaille Carmen Michels. 

Intitulé «check your facts» cette formation de deux heures s'est refait une beauté, incluant spécifiquement des exemples de fake news liés à la pandémie de covid. «Au cours de cette intervention, nous expliquons aux élèves comment questionner les informations en analysant des exemples récents. Le but est de créer une distance entre l'adolescent et l'information pour qu'il puisse éviter de réagir à chaud.»


(FILES) In this file photo illustration, a person looks at a smart phone with a Facebook App logo displayed on the background, on August 17, 2021, in Arlington, Virginia. - Facebook on October 8, 2021 said some users were having problems accessing its services, just days after a massive outage. "We�re aware that some people and businesses are having trouble accessing Facebook products," a spokesperson told AFP. (Photo by OLIVIER DOULIERY / AFP)
La pandémie attise la haine en ligne
Ils opposent vaccinés et non-vaccinés, anti et pro-CovidCheck. Les propos haineux sur internet sont pris très au sérieux par le parquet luxembourgeois. La justice traite chaque mois une vingtaine de signalements.

Grâce à ces différents modules, les jeunes Luxembourgeois semblent pour la plupart disposer de toutes les clés en main pour débusquer les fausses nouvelles. «Les jeunes sont habitués à multiplier leurs sources d’information pour se forger leur propre opinion», estime Veronica Rocha.

Un constat qui ne s'applique cependant pas à leurs parents, dont l'implication est pourtant primordiale pour éviter aux adolescents de tomber dans une spirale de désinformation. «Pour les adultes, il faudrait des formations, mais également des campagnes de sensibilisation sur ce qu’on n’a pas le droit de dire, et sur le fait que la liberté d’expression a des limites», avance Karin Weyer. «Facebook n’est pas le café du coin, il y a une preuve de tout propos erroné, et il peut y avoir des conséquences.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La plateforme a mis à jour ses règles d’utilisation pour enrayer la propagation de fausses informations au sujet des vaccins contre le covid-19. Sans toutefois préciser les moyens mis en oeuvre dans ce cadre.
Plusieurs grandes plateformes du net ont décidé de conjuguer leurs efforts pour combattre la désinformation en ligne sur la pandémie de coronavirus et pour promouvoir des «contenus fiables» sur la crise.
(FILES) In this file photo taken on October 01, 2019 a picture taken in Lille shows the logo of mobile app Instagram, Snapchat, Twitter, Facebook, Google and Messenger are displayed on a tablet. - The large US internet platforms have unveiled a joint effort to root out misinformation about the coronavirus pandemic, while Facebook announced a $100 million program to aid small firms impacted by the crisis.

A joint statement was issued late March16, 2020 by Facebook, Google, Twitter, Microsoft and Reddit along with Google-owned YouTube and Microsoft-owned LinkedIn. (Photo by DENIS CHARLET / AFP)
Facebook va rendre plus visibles les informations locales sur le fil d'actualités de ses utilisateurs, d'abord aux Etats-Unis puis dans d'autres pays, nouvelle déclinaison de ses actions censées limiter la désinformation et les divisions au sein de la société.
"Des informations locales contribuent à créer une communauté, sur internet comme dans la vie", écrit le patron de Facebook Mark Zuckerberg.