Changer d'édition

Les jeunes agriculteurs expriment leur ras-le-bol
Luxembourg 3 min. 16.09.2022
Loi agricole

Les jeunes agriculteurs expriment leur ras-le-bol

La botte rouge et la croix verte symbolisent la mort des exploitations agricoles vertes.
Loi agricole

Les jeunes agriculteurs expriment leur ras-le-bol

La botte rouge et la croix verte symbolisent la mort des exploitations agricoles vertes.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 16.09.2022
Loi agricole

Les jeunes agriculteurs expriment leur ras-le-bol

Michèle GANTENBEIN
Michèle GANTENBEIN
Dans la nuit de jeudi à vendredi, les jeunes agriculteurs et les jeunes viticulteurs ont dressé des croix vertes et des bottes rouges le long des routes. Ils sont en colère à cause de la nouvelle loi agricole.

Tôt vendredi matin, plus d'un automobiliste a dû s'étonner de voir des croix vertes avec des bottes rouges installées le long des routes. Derrière cette action se trouvent la Lëtzebuerger Landjugend a Jongbaueren, les Jongwënzer (jeunes vignerons) de Vinsmoselle et le service Jeunesse Lëtzebuerger Bauerejugend de la Centrale paysanne. Ils ont créé et peint entre 300 et 400 croix au cours des derniers jours et les ont érigées dans la nuit de jeudi à vendredi dans tout le pays.

Des explications ont été données lors d'une conférence de presse vendredi matin sur la place Clairefontaine, devant le ministère de l'Agriculture. «La botte rouge suspendue à l'envers et qui ne sert plus à rien symbolise la mort sans frein des exploitations vertes et la 'flemme' des jeunes agriculteurs à s'engager dans l'agriculture», a déclaré le président des Jeunes agriculteurs, Luc Emering.

Marthe Burg et Luc Emering de la Jeunesse Agricole Lëtzebuerge a Jongbaueren ainsi que Joé Biver et Charel Kayl du Service Jeunesse Lëtzebuerger Bauerejugend de la Bauernzentrale (de gauche à droite) sont d'avis que "l'agriculture a besoin d'un ministre qui défende les intérêts des agriculteurs et de l'agriculture".
Marthe Burg et Luc Emering de la Jeunesse Agricole Lëtzebuerge a Jongbaueren ainsi que Joé Biver et Charel Kayl du Service Jeunesse Lëtzebuerger Bauerejugend de la Bauernzentrale (de gauche à droite) sont d'avis que "l'agriculture a besoin d'un ministre qui défende les intérêts des agriculteurs et de l'agriculture".
Photo: Guy Jallay

La pierre d'achoppement est la nouvelle loi agricole que le ministre de l'Agriculture Claude Haagen (LSAP) a envoyée début août sur le chemin des instances. Ils peuvent s'identifier en partie à la nouvelle loi, a déclaré Luc Emering, mais pas sur tous les points et surtout pas «sur la manière dont la loi a été élaborée». Ils ne peuvent pas y adhérer.


21.3. Beringen / Mersch PK Cactus Fleisch Label / Landwirtschaft / Fleisch / Rind  Foto: Guy Jallay
Le Luxembourg vise 20% d'agriculture bio en 2025
La nouvelle Politique agricole commune (Pac) européenne entrera en vigueur le 1er janvier prochain, pour cinq ans. Dans ce cadre, le plan stratégique luxembourgeois est validé: les objectifs et financements sont connus.

Les jeunes agriculteurs et les jeunes viticulteurs ne se sentent pas pris au sérieux, le temps et l'énergie qu'ils ont consacrés à une contribution «constructive» ne sont pas valorisés. «Tous les efforts, les suggestions et les réunions avec les syndicats ont été froidement ignorés, toutes les propositions ont été jetées à la poubelle», a expliqué Luc Emering. 

Avec cette action, les jeunes agriculteurs et jeunes viticulteurs ne veulent pas seulement attirer l'attention du public sur leurs angoisses existentielles, mais aussi transmettre une dernière fois leurs revendications au ministre Haagen. S'il les ignore à nouveau, «il faut s'attendre à ce que le secteur se défende rapidement», a déclaré Luc Emering, qui a laissé entendre que l'ampleur du phénomène était telle que le ministre de l'Agriculture n'aurait rien à lui envier. 

Entre 300 et 400 croix à la botte rouge ont été érigées dans la nuit de jeudi à vendredi, notamment le long des routes, pour attirer l'attention sur l'angoisse existentielle des jeunes agriculteurs.
Entre 300 et 400 croix à la botte rouge ont été érigées dans la nuit de jeudi à vendredi, notamment le long des routes, pour attirer l'attention sur l'angoisse existentielle des jeunes agriculteurs.
Photo: Guy Jallay

Les jeunes agriculteurs et les jeunes viticulteurs demandent un sommet agricole rapide avec le ministre de l'Agriculture et le Premier ministre Xavier Bettel (DP), avec la loi agricole comme point principal. Dans la loi agricole, les agriculteurs sont particulièrement choqués par les articles 6 et 7 qui prévoient l'introduction d'un plafonnement du cheptel et d'une autorisation pour l'agrandir si la limite fixée par la loi est dépassée. Ces points n'ont à aucun moment été discutés, a déclaré Joé Biver du service Jeunesse Lëtzebuerger Bauerejugend de la Centrale paysanne. «Nous voulons que le ministre nous explique comment cette décision a été prise et sur quelle base scientifique repose chacun des aspects de ces articles». Les trois organisations souhaitent que ces deux articles fassent l'objet d'une nouvelle discussion intensive avec le secteur.

Les jeunes agriculteurs craignent pour leur existence si la loi sur l'agriculture entre en vigueur comme prévu.
Les jeunes agriculteurs craignent pour leur existence si la loi sur l'agriculture entre en vigueur comme prévu.
Photo: Guy Jallay

Les organisations de jeunesse sont également mécontentes de l'assouplissement de l'accès à la profession et demandent dans ce contexte des critères plus stricts pour l'obtention des primes. Ils demandent en outre une «juste rémunération des services rendus par une agriculture respectueuse de l'environnement et du climat» par une augmentation du budget national. Le plafonnement prévu du cheptel et la limitation de la production de denrées alimentaires d'origine animale qui en résulte ont pour conséquence que davantage de denrées alimentaires doivent être importées de pays tiers. Ceux-ci devraient au moins répondre aux normes de l'UE, telle est une autre revendication. 

Les jeunes viticulteurs se sentent également désavantagés par la loi agricole sur divers points et demandent un échange ouvert avec le ministre sur ces points.

Les trois organisations de jeunes ont lancé un appel à toutes les autres associations agricoles pour qu'elles participent à l'action. Elles ont fixé un ultimatum au ministre : s'il ne se montre pas prêt à discuter d'ici le 3 octobre, d'autres actions suivront. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les jeunes agriculteurs se sont entretenus avec le ministre de l'Agriculture Claude Haagen au sujet de la loi agricole. Le point de discorde est l'obligation d'obtenir une autorisation pour l'agrandissement des exploitations.
IPO , ITV Claude Haagen , seit 100 Tagen Sozial-und Landwirtschaftsminister , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort