Changer d'édition

Les IRM de la discorde
Luxembourg 2 min. 07.01.2020

Les IRM de la discorde

Dès juin 2020, le Luxembourg disposera de 11 IRM.

Les IRM de la discorde

Dès juin 2020, le Luxembourg disposera de 11 IRM.
Photo: Anouk Anthony
Luxembourg 2 min. 07.01.2020

Les IRM de la discorde

La Caisse nationale de Santé (CNS) rechigne à apporter sa part du financement des quatre nouveaux appareils d'imagerie par résonance magnétique installés dans le pays. Une situation qui ne devrait pas impacter les patients, assure la Fédération des hôpitaux luxembourgeois (FHL).

(JFC) - «Un blocage inacceptable.» C'est en ces termes sans équivoque que Marc Hastert, secrétaire général de la FHL, qualifie l'hésitation de la CNS à assumer financièrement sa part dans l'acquisition des quatre nouvelles IRM. Cité par nos confrères du Quotidien, le représentant du secteur hospitalier assure que cette situation porte sur un montant de 480.000 euros, soit 20% des frais d'acquisition des nouveaux équipements. Le 1,9 million d'euros restant est à charge du ministère de la Santé.  

A en croire Marc Hastert, la CNS aurait justifié sa position par «la demande d'analyses supplémentaires» avant de trancher. Contacté par nos soins, Jérôme Roux, public relations du département communication de la CNS, rétorque que «dans le cadre d'un groupe de travail, les établissements hospitaliers, la division de la radioprotection de la Direction de la Santé et la CNS sont en train de préciser et de recenser les critères de bonne utilisation des équipements d'imagerie médicale.» Et d'ajouter que c'est seulement «à l'issue de ces discussions que la CNS pourra procéder à la prise en charge des frais d'exploitation.»

Vu que seul l'appareil dévolu au Centre hospitalier du Nord à Ettelbruck n'est pas encore opérationnel à ce jour, ce contretemps n'entraîne «aucune répercussion sur le patient», assure Marc Hastert. Ce dernier entend toutefois que «la situation soit clarifiée au plus vite», car «le financement des équipements doit encore être validé par la Commission permanente du secteur hospitalier.» Surtout qu'aux 2,4 millions de frais d'acquisition proprement dits, s'ajoute une enveloppe supplémentaire d'environ trois millions d'euros pour couvrir les coûts d'infrastructure des quatre IRM.


Jeden Tag profitieren bereits zwischen 20 und 29 Menschen vom neuen MRT.
Un troisième IRM en service au CHL
Pour réduire les délais d’attente des patients pour cet examen, le Centre hospitalier de Luxembourg a réceptionné, ce mardi, un nouvel appareil d'imagerie par résonance magnétique.

Rappelons qu'en juin 2018, le gouvernement luxembourgeois de l'époque avait validé l'acquisition de nouveaux équipements IRM à 600.000 euros pièce. L'idée était de réduire drastiquement les délais d’attente des patients pour cet examen permettant un examen poussé des organes internes. Selon les derniers chiffres disponibles, la CNS avait comptabilisé quelque 49.000 examens IRM sur une année, soit une moyenne d'environ 200 par jour.

Au total, le Luxembourg comptera onze IRM dès le mois de juin prochain. Hasard du calendrier, celui du centre hospitalier Emile Mayrisch à Esch est inauguré... ce mardi, tandis que les appareils de l'hôpital Kirchberg et du CHL sont déjà opérationnels, respectivement depuis juillet et octobre dernier.  


Sur le même sujet

La CNS payera sa part pour les nouvelles IRM
Il n'y a plus d'incertitudes quant au financement des quatre nouveaux appareils d'imagerie par résonance magnétique. L'Etat payera 80%, le reste sera à la charge de la CNS, annonce vendredi le ministère de la Sécurité sociale.
Un troisième IRM en service au CHL
Pour réduire les délais d’attente des patients pour cet examen, le Centre hospitalier de Luxembourg a réceptionné, ce mardi, un nouvel appareil d'imagerie par résonance magnétique.
Jeden Tag profitieren bereits zwischen 20 und 29 Menschen vom neuen MRT.
Quand l'IRM tombe du ciel à Esch-sur-Alzette
Le centre hospitalier d'Esch-sur-Alzette dispose désormais d'un nouvel appareil d'imagerie par résonance magnétique. Et c'est de façon spectaculaire que l'outil médical a été livré.
Les médecins tirent la sonnette d'alarme
L'AMMD est très préoccupée par la pénurie annoncée de médecins au Luxembourg et prévient qu'à l'horizon 2030 la situation pourrait devenir catastrophique. Les médecins et dentistes attendent surtout des réponses de leurs deux ministres de tutelle.
Un appareil d'IRM cardiaque supplémentaire
A l'heure actuelle, seuls deux appareils permettent de faire des IRM cardiaques sur tout le territoire du Luxembourg. Et le délai d'attente des patients se compte en semaines. D'ici la fin de l'année, un troisième scanner doit être opérationnel.