Changer d'édition

Les infirmières se lassent du silence de Bettel
Luxembourg 4 min. 30.10.2020

Les infirmières se lassent du silence de Bettel

Les infirmières se lassent du silence de Bettel

Photo : Lex Kleren
Luxembourg 4 min. 30.10.2020

Les infirmières se lassent du silence de Bettel

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
En première ligne, elles le sont depuis mars. En sous-effectif et en manque de formation depuis des années. Pourtant, les infirmières du Luxembourg (représentées par l'ANIIL) ne voient toujours pas d'améliorations à l'horizon.

Anne-Marie Hanff a bien écouté le discours sur l'état de la Nation du Premier ministre. Et dans les 53 pages du discours de Xavier Bettel, elle n'a malheureusement rien retenu comme réforme qui puisse la réconforter elle, la présidente de l'Association nationale des infirmières et infirmiers du Luxembourg, ni les 800 adhérents de l'ANIIL. «L'aide à la presse, aux entreprises, les finances communales, le congé sportif, ça il en a parlé. Mais sur le devenir de notre profession, pas un mot.»

Et pourtant, les «blouses blanches» sont devenues le premier rideau dans la lutte contre l'épidémie covid. «Au front» depuis mars, et encore plus aujourd'hui. «Alors, on peut se féliciter comme le Premier ministre d'avoir acheté 90 millions de masques, 34 millions de gants, 2,5 millions de tenues de protection, quatre scanners mais qu'en est-il de ceux et celles qui doivent les utiliser? Là-dessus, silence radio», regrette Anne-Marie Hanff. Et cela même si à plusieurs reprises, son association professionnelle a tenté d'obtenir un rendez-vous auprès du chef de gouvernement.


«Une licence innovante en sciences infirmières»
La crise sanitaire a placé le personnel soignant au centre de la lutte contre le covid-19. Anne-Marie Hanff, la présidente de l’Association nationale des infirmières et infirmiers du Luxembourg (ANIL), monte à nouveau au créneau pour une réforme en urgence des modalités de formation de la profession.

Car urgence il y a d'agir pour soulager les infirmières du pays. Déjà en assurant le recrutement. «Même après la campagne express d'embauche de ces derniers jours, on peut estimer qu'il manque toujours de l'ordre de 80 postes infirmiers dans les différents établissements de santé du pays. Où va-t-on les trouver pour soulager les équipes?» Certainement plus dans l'embauche de personnels frontaliers. 

En effet, la ministre de la Santé a passé des consignes en ce sens aux centres hospitaliers pour qu'ils cessent de puiser dans la réserve de professionnels de la Grande Région au risque de mettre en péril les organisations de l'autre côté des frontières. «Quand j'ai appris les tensions que cela faisait naître dans les hôpitaux des pays voisins, j'en ai été gênée», reconnaissait d'ailleurs Paulette Lenert (LSAP) après plusieurs interpellations des autorités sanitaires belges, françaises ou allemandes. «Il faut résoudre cette dépendance. Mais dans l'immédiat, le gouvernement n'apporte pas la solution pour faire face au besoin...»

Tout comme, la porte-parole des infirmières aurait aimé entendre le Premier ministre exposer des pistes dans la formation des infirmières de demain. Le système actuellement en place ne correspond plus aux attentes des hôpitaux, mais personne ne se penche sur la question pour réformer l'offre d'enseignement au pays même.

Certes, à l'occasion, Xavier Bettel a évoqué la possibilité d'ouvrir un nouvel établissement de formation d'infirmières ou des aides-soignantes. Mais depuis, là encore, plus un mot...

On sait le département de la Moselle intéressé par la question, et son président verrait bien l'organisme s'installer sur le site français de Micheville, face à Belval. «J'en ai parlé au Premier ministre luxembourgeois, assure Patrick Weiten. Il était intéressé, et nous devons nous revoir à ce sujet.» Un début de réponse sur lequel la voix du Premier pourrait apporter de l'assurance.


Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - intensivstation  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Au tour des infirmières de compter sur les politiques»
Portées au rang d'héroïnes dans la gestion des malades du covid-19, les infirmières espèrent désormais l'écoute des gouvernants. Petite piqûre de rappel des revendications (effectif, formation, déroulement de carrière), avec Anne-Marie Hanff, présidente de l'ANIL.

«Vous savez, on ne proteste pas pour le plaisir, commente Anne-Marie Hanff. Assurer ce besoin de formation, c'est assurer la qualité de la prise en charge des malades à la hauteur de ce qui peut être fait au Grand-Duché». Et d'avancer un simple exemple, en lien avec les soins nécessaires aux patients covid actuels : «C'est bien beau de dire que nous avons 152 respirateurs prêts à fonctionner dans le pays, mais combien d'infirmiers anesthésistes luxembourgeois sont en mesure de s'en servir en réanimation? Bien peu car pour cette catégorie de personnels, 46% sont originaires de l'étranger.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Au chevet du système de santé
Connues avant la pandémie, les lacunes du système de soins au Luxembourg ont été exacerbées par l'arrivée massive de patients infectés par le covid-19. Le chantier à venir destiné à combler les manquements s'annonce pour le moins complexe. Exemple avec les infirmières.
Lokales,Die Arbeit des Pflegepersonals in Corona-Zeiten,CHL,Klinik,Hospital,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'AMMD craint «un effondrement du système de santé»
L'Association des médecins et médecins-dentistes (AMMD) appelle à davantage de transparence dans l'organisation des différents services hospitaliers et propose d'unir les efforts de tout un secteur pour éviter le naufrage.
A nurse tends to a patient infected with Covid-19 in the infectious diseases unit of the Gonesse hospital in Gonesse, north of Paris, on October 22, 2020. - The hospital of Gonesse welcomed 68 Covid patients on October 22. This is far from the 150 in the spring, but well above the 40 patients a week earlier. "We can see the rise accelerating," worries Jean Pinson, the hospital director. (Photo by Christophe ARCHAMBAULT / AFP)
Entre les lignes du changement de cap sanitaire
Inquiétudes pour les seniors, fragilité des effectifs hospitaliers et présence massive du virus dans les eaux usées: voilà certains des indicateurs qui ont poussé le gouvernement à changer son fusil d'épaule dans la traque au covid.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Wartesaal Urgence , Distanz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort