Changer d'édition

Les inégalités frappent de plus en plus le Luxembourg
Luxembourg 3 min. 15.10.2019

Les inégalités frappent de plus en plus le Luxembourg

Dix pour cent de la population touche moins de 979 euros par mois au Luxembourg.

Les inégalités frappent de plus en plus le Luxembourg

Dix pour cent de la population touche moins de 979 euros par mois au Luxembourg.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 15.10.2019

Les inégalités frappent de plus en plus le Luxembourg

Maurice FICK
Maurice FICK
Avec moins de 2013 euros par mois, 105.000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté au Luxembourg. Le nouvel état social dressé par le Statec révèle que le taux de pauvreté n'a pas augmenté l'an passé. Par contre, l'écart entre les plus riches et les plus pauvres grandit.

Dans la foulée du discours sur l'état de la Nation et des réactions politiques regrettant l'absence de mesures pour réduire les inégalités sociales et juste avant la journée internationale pour l'élimination de la pauvreté ce 17 octobre, le Statec fait le constat: «Les inégalités augmentent mais pas la pauvreté». Comme le résume ce mardi le directeur du Statec, Serge Allegrezza, en présentant le 15e rapport «Travail et cohésion sociale» à Luxembourg-Kirchberg.


Lok , PK Gemeinde Luxemburg , Mendicite a Luxembourg-Ville , Bettler , Obdachlose , Armut Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Pas un mot de Xavier Bettel sur les inégalités
Mettant en cause la «croissance qualitative» et insistant sur «les inégalités et la pauvreté qui sont en train d'augmenter énormément au Luxembourg», Robert Urbé, coordinateur de l'Almanach social chez Caritas, revient sur le discours du Premier ministre.

Au cours des dix dernières années la pauvreté est tendanciellement en augmentation d'une année à l'autre mais «c'est la première fois qu'on remarque une stagnation avec un taux de pauvreté de 18,3% en 2018. Nous étions à 18,7% en 2017», explique Jérôme Hury, responsable de la Division des statistiques sociales au Statec.

Entre 2015 et 2018 note le Statec, 29% des personnes établies au Luxembourg ont vécu au moins une année dans la pauvreté. A contrario, 71% des personnes n'ont jamais été pauvres.
Entre 2015 et 2018 note le Statec, 29% des personnes établies au Luxembourg ont vécu au moins une année dans la pauvreté. A contrario, 71% des personnes n'ont jamais été pauvres.
Photo: Shutterstock


En considérant une population totale de 613.894 habitants au 1er janvier 2019, le Statec a calculé que 105.620 personnes vivent sous le seuil de pauvreté au Luxembourg. C'est-à-dire qu'elles se débrouillent avec moins de 2013 euros par mois. 

Moins de 979 euros par mois

En moyenne, le revenu disponible pour un adulte est de 3.990 euros par mois au Grand-Duché. Mais «dix pour cent de la population touche moins de 979 euros par mois. C'est dix fois moins que les dix pour cent de la population les plus aisés qui gagnent 9.882 euros par mois», souligne Jérôme Hury.

Son meilleur indicateur d'inégalités, le «coefficient de Gini» est en hausse. C'est mauvais signe. Il n'a même jamais été aussi élevé depuis 2003. Le coefficient est de 0,33 en 2018. Sachant qu'un coefficient de 0 signifie qu'il n'y a aucune inégalité. 

Niveau de vie décent

Le Statec a calculé que pour avoir un niveau de vie décent au Luxembourg en 2019, une famille avec deux enfants devait disposer d'un minimum de 4.215 euros par mois. Sans surprise, 63% de ce budget familial permet de payer son logement (39%) et de s'alimenter (24%). Il faut y rajouter les 10% consacrés au transport.

Les dépenses incompressibles, c'est-à-dire celles auxquelles le ménage ne peut échapper parce qu'il a signé des contrats (loyer, charges, remboursements de prêts, assurances, cantine, abonnements) représentent 36% de son budget mensuel, en moyenne à l'échelle du pays. Des dépenses qui augmentent le risque de pauvreté des ménages puisque pour les foyers les plus exposés, cette part incompressible grimpe à 42% du budget.


Les prix de l'immobilier accentuent les inégalités
Pour les résidents, l'habitat constitue le poste de dépense le plus lourd. Pour les revenus les plus faibles, se loger peut même devenir un poids si lourd qu'il pousse dans la misère les ménages les plus fragiles, selon le Statec.

L'emploi n'est pas un rempart contre la pauvreté

Avoir un travail n'immunise pas totalement contre la pauvreté. Le rapport révèle que l'an passé, 13,4% des salariés étaient exposés au risque de pauvreté parce que le revenu du ménage n'est pas suffisant pour couvrir toutes les dépenses mensuelles. 

«C'est souvent le cas de ménages monoparentaux qui sont extrêmement plus exposés à la pauvreté (40,7%) et des familles avec plus de deux enfants (27,8%) que le taux moyen de 18,3%. Le risque est quatre fois plus élevé pour un chômeur que pour une personne qui travaille», résume Jérôme Hury.

Sans coup de pouce de l'Etat via les transferts sociaux (indemnités chômage, allocations familiales, etc.) «le taux de risque de pauvreté serait encore bien plus grand au Luxembourg et culminerait à 27,5%  au lieu de 18,3%», souligne le responsable des statistiques sociales au Statec. L'Institut national de la statistique et des études économiques estime que sans les chèques-services accueil, ce taux grimperait encore d'un point de pourcentage. 



Sur le même sujet

Combien faut-il gagner pour vivre décemment au Luxembourg?
Au 1er janvier 2018, un couple avec deux enfants aurait besoin de 4.079 euros par mois pour vivre décemment, c’est-à-dire satisfaire ses besoins de base et participer activement à la société. C'est le montant que dresse la dernière étude du Statec, en soulignant qu'il "s'agit d’une famille hypothétique composée de deux parents, d’une fille de 14 ans et d’un garçon de 10 ans."
Le jour de libération fiscale est un raccourci dangereux
Au Luxembourg selon l'UNICEF: En quatre ans, 8.000 enfants pauvres en plus
La pauvreté des enfants a augmenté dans 23 pays entre 2008 et 2012. Au Luxembourg, elle touchait auparavant un enfant sur cinq, elle touche désormais plus d'un enfant sur quatre. En quatre ans, 2,6 millions d’enfants sont tombés sous le seuil de pauvreté dans les pays riches, ainsi que l'indique le dernier rapport de l'organisation.