Changer d'édition

Les hôpitaux Robert-Schuman en pleine tourmente
Luxembourg 2 min. 24.02.2021

Les hôpitaux Robert-Schuman en pleine tourmente

Réservées aux personnels soignants et aux personnes de plus de 75 ans pour le moment, des doses de vaccin ont été inoculées aux membres du conseil d'administration des HRS, en contradiction avec les consignes officielles.

Les hôpitaux Robert-Schuman en pleine tourmente

Réservées aux personnels soignants et aux personnes de plus de 75 ans pour le moment, des doses de vaccin ont été inoculées aux membres du conseil d'administration des HRS, en contradiction avec les consignes officielles.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 24.02.2021

Les hôpitaux Robert-Schuman en pleine tourmente

La vaccination en priorité des membres du conseil d'administration de l'institution regroupant l'hôpital Kirchberg, la Zithaklinik, la clinique Bohler et la clinique Sainte-Marie suscite de plus en plus de critiques. Notamment de la part du monde politique.

(Jmh avec Danielle Schumacher) - Une semaine après les révélations de la Radio 100,7 sur les libertés prises par les hôpitaux Robert-Schuman (HRS) quant aux consignes de vaccination, la déflagration s'intensifie. Au cœur de la polémique, l'injection du sérum à Jean-Louis Schiltz, président du conseil d'administration, Michel Wurth et Claude Seywert, tous deux vice-présidents, alors même qu'ils ne sont pas considérés comme personnes prioritaires.


Robert-Schuman (trop) généreux sur ses vaccins
Le centre hospitalier a-t-il eu raison d'administrer des doses anti-covid à certains membres de son conseil d'administration? La question peut se poser, même si l'éventuelle entorse aux règles est loin d'être scandaleuse.

Si dans un premier temps Marc Glesener, porte-parole des HRS, avait tenté d'étouffer l'affaire en affirmant que les injections avaient été effectuées avant la communication officielle de la Fédération des hôpitaux luxembourgeois (FHL) et que ces injections étaient nécessaires car «les membres du conseil d'administration se rendent régulièrement dans les hôpitaux pour des réunions», cette position apparaît comme erronée. 

Notamment parce que les consignes fournies par la FHL l'ont été dès la mi-janvier, mais aussi et surtout que la convention signée avec le ministère de la Santé stipule que les membres du conseil d'administration ne doivent être vaccinés qu'à la fin de la deuxième phase. Soit dans plusieurs semaines. Face à ce camouflet, les HRS tentent de limiter les dégâts. Notamment via les déclarations de Claude Schummer, directeur général, qui justifie les faits par «une convention assez vague».


Lokales, Impfzentrum Esch Belval, maison des matériaux, Gebäude Nord Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
La campagne de vaccination monte encore d'un cran
Alors que la deuxième phase de la campagne s'apprête à démarrer, le gouvernement annonce mercredi l'ouverture de deux centres de vaccination supplémentaires, à Mondorf et Ettelbruck.

Sauf que ce cafouillage commence à avoir des répercussions politiques. Si Paulette Lenert (LSAP), ministre de la Santé, évoquait mardi «des divergences d'interprétation», plusieurs députés entendent ne pas passer l'éponge aussi facilement. «Les instructions doivent être suivies à la lettre», assure Martine Hansen (CSV) qui estime que «tout comme les hommes politiques ou les athlètes, les membres des conseils de surveillance doivent montrer l'exemple». Pour Mars Di Bartolomeo (LSAP), président de la commission Santé, les HRS «ont agi de manière imprudente» et auraient dû «demander à nouveau s'ils avaient des doutes sur les consignes».

Même incompréhension du côté de José Lorschée (Déi Gréng) qui indique que ce cas de figure «ne correspond pas à ce qui a été décidé par le gouvernement», estimant que «quelque chose a mal tourné». Mais cette dernière de ne pas s'avancer à porter un jugement hâtif sur les responsabilités. Une approche également adoptée par Mars Di Bartolomeo qui estime que «cet incident ne doit pas remettre en cause l'ensemble de la stratégie de vaccination».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Doutes sur la campagne de vaccination interne au CHdN
Le conseil d'administration du Centre hospitalier du nord annonce lundi avoir déposé plainte contre X après les déclarations de Paulette Lenert évoquant, ce week-end, des «rumeurs» quant à de mauvaises utilisations des vaccins dans les hôpitaux du pays.
A medical worker prepares a dose of the Covid-19 vaccine in a makeshift-vaccination center at Tiranaís main soccer stadium on January 11, 2021. - Albanian PM said Albania had received the first 975 doses of Covid 19 by an undisclosed EU country, and that the first doses will go to frontline health workers in Covid hospitals. He took the first jab himself to show vaccine-sceptics that it was safe and advisable to get vaccinated. (Photo by Gent SHKULLAKU / AFP)
Les hôpitaux Robert-Schuman contre-attaquent
Objet de vives critiques depuis une semaine pour avoir vacciné de manière précoce trois membres de leur conseil d'administration, l'institution réaffirme son bon droit. Et n'entend pas présenter ses excuses pour ce qu'elle considère comme nécessaire pour éviter «un cluster».
PK Hôpitaux Robert Schuman im Alvisse Parc Hôtel in Dommeldingen: Jean-Louis Schiltz (Präsident des Aufsichtsrates. Foto: Alain Piron
Le pays face au défi de la vaccination
Le ministère de la Santé s'est engagé à vacciner 71.355 personnes d'ici fin mars. Un pari qui dépendra des arrivages des laboratoires, des capacités organisationnelles et du volontariat de la population.
Syringes are loaded with the AstraZeneca Covid-19 Vaccine at the Skane University Hospital vaccination centre in Malmo, Sweden, on February 17, 2021. (Photo by Johan NILSSON / TT NEWS AGENCY / AFP) / Sweden OUT
Robert-Schuman (trop) généreux sur ses vaccins
Le centre hospitalier a-t-il eu raison d'administrer des doses anti-covid à certains membres de son conseil d'administration? La question peut se poser, même si l'éventuelle entorse aux règles est loin d'être scandaleuse.