Changer d'édition

Les hôpitaux recrutent pour affronter la deuxième vague
Luxembourg 3 min. 30.07.2020

Les hôpitaux recrutent pour affronter la deuxième vague

Contrairement au premier épisode de mars, les lits covid seront restaurés par palier pour la deuxième vague afin de conserver des lits et du personnel pour les activités hospitalières normales.

Les hôpitaux recrutent pour affronter la deuxième vague

Contrairement au premier épisode de mars, les lits covid seront restaurés par palier pour la deuxième vague afin de conserver des lits et du personnel pour les activités hospitalières normales.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 3 min. 30.07.2020

Les hôpitaux recrutent pour affronter la deuxième vague

Maurice FICK
Maurice FICK
Cellule de crise réactivée, nombre de lits occupés surveillé de près et glissement vers une nouvelle phase dans l'organisation hospitalière. Face à la hausse attendue de nouveaux patients covid-19, les principaux acteurs s'organisent et cherchent à se renforcer avec une «cinquantaine de personnes».

Alors qu'arrive la deuxième vague de la pandémie de covid-19 avec une moyenne de 95 nouveaux cas par jour depuis une semaine, les professionnels de la santé sont sur le pied de guerre. Objectif principal: ne pas surcharger un système hospitalier largement sous pression au cours des derniers mois et anticiper au mieux la suite des événements. C'est la raison pour laquelle une attention toute particulière est portée au nombre de lits occupés dans les quatre grands centres hospitaliers du pays. 

«Fin juin, nous étions parvenus à dix patients hospitalisés. Nous sommes à nouveau aux alentours de 50-60 patients», indique Paul Junck, président de la Fédération des hôpitaux luxembourgeois (FHL) qui note que même si le pic d'avril «avec 240 lits occupés, dont 45 patients covid en soins intensifs» est loin d'être en vue, le nombre augmente de manière spectaculaire. «Nous avons quintuplé l'occupation de lits depuis huit jours», note le spécialiste.

La situation se trouve à nouveau suffisamment préoccupante pour que le groupe de travail «Hôpitaux» - au sein duquel siègent FHL et CGDIS - soit réactivé. Depuis dix jours, les experts se réunissent à nouveau deux à trois fois par semaine. Et parmi les décisions prises figurent notamment la mise en place d'«une organisation destinée à restaurer les lits covid par palier», rapporte Paul Junck.

Autrement dit, une approche différente de celle qui avait été mise en oeuvre au début de la pandémie. Si entre mars et mai dernier, le CHL, le CHEM, les Hôpitaux Robert Schuman (HRS) et le Centre hospitalier du Nord cherchaient à libérer un maximum de lits, cette fois-ci «le but est de ne pas réduire les activités hospitalières non covid dans les hôpitaux, tant qu'on peut le faire», avance Paul Junck. Car les conséquences de cette décision lors de la première vague restent lourdes. 


IPO , PK Regierungsrat , Xavier Bettel und Paulette Lenert  , Sars-Cov-2 , Covid-19 , Coronakrise , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
«On a pris un miroir et on se l'est mis devant le visage»
Alors que le Luxembourg enregistre, jeudi, 143 nouveaux cas d'infection au covid-19, Xavier Bettel assure dans les colonnes du Soir ne pas comprendre le classement en zone orange du Grand-Duché par les autorités belges. Pour le Premier ministre, la stratégie sanitaire reste la bonne.

«Nous avons dû reporter 3.000 interventions chirurgicales et 10.000 examens radiologiques», confirme le Dr Claude Braun, directeur médical des Hôpitaux Robert Schuman qui estime que «si le même phénomène devait se reproduire, il y aura un vrai risque pour les patients». Pour éviter un tel scénario, les principaux hôpitaux du pays cherchent donc à mettre en place une nouvelle organisation destinée à maintenir l'activité liée au flux de patients non covid.

Concrètement, cela se traduira par la coexistence de deux filières d'admission, destinées à permettre la prise en charge des principales pathologies. Conséquence directe de cette nouvelle approche, le besoin de se renforcer apparaît comme prégnant. Pas tant au niveau des équipements -  masques, combinaisons ou respirateurs - qu'en personnel, présenté par le président de la FHL comme «le seul point faible qui subsiste». Ce qui explique la récente décision de la CNS de valider le recrutement d'«une cinquantaine de personnels additionnels pour les besoins covid, dans les jours à venir».  


CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren
Le Luxembourg, véritable aimant pour les infirmiers
Si les besoins en matière de soins ne cessent de croître dans le pays, cette demande touche directement les pays voisins, puisque plus de la moitié du personnel soignant n'est pas luxembourgeois. Ce qui n'est pas sans conséquence pour les hôpitaux de l'autre côté des frontières.

 Si ce soutien humain est attendu «le plus tôt possible», les professionnels de santé ne se voilent pas la face. Dans un pays qui attire à lui les personnels médicaux des pays voisins, «la saturation du marché» rend difficile l'arrivée rapide des soutiens attendus. Que ces derniers soient formés comme assistants techniques médicaux ou infirmières spécialisées. Un vrai casse-tête pour les autorités luxembourgeoises dont le projet de lycée franco-luxembourgeois dédié aux métiers de santé vient de prendre six mois de retard. A cause... du covid.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Les chiffres se stabilisent, mais à un niveau élevé»
Pour Ulf Nehrbass, directeur du Luxembourg Institute of Health (LIH), la hausse du nombre de nouvelles infections covid-19 ralentit. Et ce dernier d'estimer que le Luxembourg se trouve «sur la bonne voie» malgré la présence évidente de la deuxième vague.
Prof. Dr. Ulf Nehrbass, directeur du LIH et représentant de la Task Force COVID-19 Research Luxembourg
Le virus reprend sa course dans la Grande Région
Alors que le nombre de cas détectés augmente au Luxembourg, la situation ne va pas en s'améliorant non plus de l'autre côté des frontières. Selon les autorités françaises, le covid-19 recommence à circuler plus activement à l'Est de la France notamment, tandis des mesures sont prises pour endiguer la pandémie.
A31 Metz Thionville Luxembourg, Peage, Foto Lex Kleren
Dans la crainte des 8.000 cas positifs
Selon le Research Luxembourg, la deuxième vague pourrait surcharger les unités de soins intensifs du Grand-Duché pour fin août. En l'état actuel, les scientifiques partent sur un scénario noir avec un nombre de dépistés ayant quasi doublé d'ici une semaine...
TOPSHOT - A health worker is seen at the COVID-19 area of the 32nd Zone General Hospital of the Mexican Social Security Institute (IMSS) in Mexico City, on July 20, 2020, amid the new coronavirus pandemic. (Photo by PEDRO PARDO / AFP)
Un système sanitaire très dépendant des frontaliers
L'annonce, faite lundi de demander aux hôteliers de proposer des solutions de logements pour certains salariés du secteur sanitaire afin qu'ils puissent «s'installer avec leur famille au Grand-Duché» démontre la dépendance du système sanitaire luxembourgeois.
Lokales, Coronavirus, Covid-19, Paulette Lenert, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le Luxembourg, véritable aimant pour les infirmiers
Si les besoins en matière de soins ne cessent de croître dans le pays, cette demande touche directement les pays voisins, puisque plus de la moitié du personnel soignant n'est pas luxembourgeois. Ce qui n'est pas sans conséquence pour les hôpitaux de l'autre côté des frontières.
CHEM, Centre Hospitalier Emile Mayrisch, Foto Lex Kleren