Changer d'édition

Les hôpitaux luxembourgeois se partagent le travail
Luxembourg 4 min. 09.11.2020

Les hôpitaux luxembourgeois se partagent le travail

Chaque jour, les ambulances viennent chercher des patients atteints du virus pour les emmener vers d'autres hôpitaux du pays.

Les hôpitaux luxembourgeois se partagent le travail

Chaque jour, les ambulances viennent chercher des patients atteints du virus pour les emmener vers d'autres hôpitaux du pays.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 09.11.2020

Les hôpitaux luxembourgeois se partagent le travail

Alors que le nombre d'hospitalisations pour cause de covid bat des records, les centres hospitaliers du pays s'organisent, à l'image du CHEM. Des transferts de patients sont ainsi mis en place, non pour soulager les services, mais pour assurer une meilleure prise en charge des malades.

(ASdN avec Diana Hoffmann) - Entre les hôpitaux du pays, les ambulances font la navette. Au Centre hospitalier Emile Mayrisch (CHEM) à Esch-sur-Alzette, une moyenne de deux patients sont transportés chaque jour vers d'autres centres du pays. Au total, 30 malades ont ainsi été déplacés ces dernières semaines, explique le Dr Serge Meyer, chef de l'unité de crise du covid-19 au CHEM. Pour autant, malgré un pic d'hospitalisations la semaine dernière, l'hôpital de la deuxième ville du pays n'est pas encore saturé. 

Au CHEM, «30 lits supplémentaires pour les patients atteints de covid-19» resteraient encore disponibles avant que les limites ne soient atteintes, précise ainsi le Dr Meyer. Mais augmenter la capacité du service covid implique de fermer «deux autres unités». L'objectif des transferts de patients n'est donc pas tant de soulager les services, mais bien de répartir les malades à travers le pays.  

A en croire Serge Meyer, cette répartition serait en effet justifiée à la fois par le maintien de la diversité des soins proposés et à la bonne prise en charge des patients covid. L'hospitalisation de ces derniers nécessite non seulement des lits supplémentaires mais aussi un personnel plus nombreux ; leur traitement prenant jusqu'à 30% de temps supplémentaire que les autres cas d'hospitalisation. En outre, «les soignants qui  travaillent dans ces unités doivent être formés, et il y a beaucoup de types de problèmes différents à gérer», précise le chef de l'unité de crise. 


A member of the medical staff tends to a patient at an intensive care unit for patients infected with Covid-19 (novel coronavirus) at the Centre Hospitalier de l'Europe in Le Port-Marly, near Paris on November 4, 2020. - Europe passed a new bleak milestone on November 2, 2020, after reporting more than 11 million coronavirus cases, as Austria and Greece became the latest countries on the continent to impose shutdowns. (Photo by Anne-Christine POUJOULAT / AFP)
Les cas covid occupent un quart des soins intensifs
Au Luxembourg, la part prise par les malades atteints du covid-19 a doublé, d'une semaine à l'autre, dans la plus sensible des unités de soins. En sept jours, les hôpitaux ont pris en charge 192 nouveaux infectés.

Actuellement, une cinquantaine d'infectés covid sont ainsi pris en charge dans chacun des centres hospitaliers disposant de services dédiés, comme à Esch, Ettelbrück ou encore au Kirchberg. Et si lors de la première vague, l'idée d'un «hôpital covid» avait vu le jour, elle semble aujourd'hui bien enterrée. 

Pour traiter exclusivement les patients covid dans un seul et même bâtiment, il faudrait en effet «créer une structure entièrement nouvelle», explique le médecin. Et par conséquent, il serait nécessaire de recruter davantage de personnel soignant alors même que le Luxembourg en manque et apparaît, à ce niveau, très dépendant de ses voisins

D'autant plus qu'actuellement, les hôpitaux doivent faire face à un autre problème. «Les absences sont fréquentes actuellement», déplore le docteur. «Certains reviennent de quarantaine ou d'isolement, d'autres doivent rester à la maison en raison de soupçons ou d'une infection», détaille-t-il avant de préciser qu'environ 70 employés sont actuellement absents au CHEM, dont 40 du personnel médical.  


A patient infected with COVID-19 is transferred back to intensive care from an especially created Post Resuscitation Unit (Unité Post Réanimation Respiratoire) after his condition went worse on April 17, 2020 at the Emile Muller hospital in Mulhouse, eastern France, as France is on the 32nd day of a strict lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by PATRICK HERTZOG / AFP)
Le covid remet la pression sur l'hôpital
Avec des chiffres en progression préoccupante, l'épidémie de covid-19 vient à nouveau bouleverser les prises en charge hospitalières. Jusqu'à présent les services font face.

Pour le docteur, la seule solution possible pour venir en aide à l'hôpital serait donc celle employée lors de la première vague. En d'autres termes, la mise en place d'un confinement. Selon lui, cela permettrait d'avoir «moins d'accidents de voiture, moins d'accidents du travail et moins de patients atteints de maladies infectieuses».

Si le gouvernement assurait la semaine dernière que de nouvelles mesures se trouvaient en préparation pour tenter de contenir la propagation de la pandémie, la mise en place d'un nouveau confinement semblait néanmoins ne pas être la solution privilégiée, mais plutôt comme «l'ultime option». La ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) affirmant même refuser d'«imiter aveuglément» ses voisins. 


Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Mundschutz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Face au covid, de nouvelles mesures en salle d'attente
Alors que le Premier ministre avait assuré que «le moment de vérité» sur la pandémie devait tomber cette semaine, aucune nouvelle annonce n'a été faite lors du Conseil de gouvernement de vendredi. Idem lors de la réunion de la commission de la Santé, organisée le même jour.

Pour autant, «le moment de vérité» promis par le Premier ministre Xavier Bettel (DP) ne devrait plus tarder. A en croire la locataire de la Villa Louvigny, la situation serait en effet «extrêmement critique», les hôpitaux se trouvant actuellement «au bord de la phase 4». Autrement dit, le dernier échelon du dispositif prévu pour la prise en charge des patients covid-19 et synonyme notamment de reports des interventions non urgentes et de hausse des lits dédiés aux nouvelles infections. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Face au covid, de nouvelles mesures en salle d'attente
Alors que le Premier ministre avait assuré que «le moment de vérité» sur la pandémie devait tomber cette semaine, aucune nouvelle annonce n'a été faite lors du Conseil de gouvernement de vendredi. Idem lors de la réunion de la commission de la Santé, organisée le même jour.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Mundschutz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le Grand Est transfère ses premiers patients
Anticiper tout risque de saturation. Voilà l'objectif de plusieurs hôpitaux de la région Grand Est qui ont procédé jeudi et vendredi à des transferts vers l'Allemagne de patients atteints du covid-19.
Healthcare workers transport a Covid-19 patient to the largest Czech hospital in Prague's Motol district, on November 6, 2020, amid the novel coronavirsu / Covid-19 pandemic. - Five patients in serious condition were transported from regional hospitals with limited capacity to the Motol Hospital. (Photo by Michal Cizek / AFP)
Les cas covid occupent un quart des soins intensifs
Au Luxembourg, la part prise par les malades atteints du covid-19 a doublé, d'une semaine à l'autre, dans la plus sensible des unités de soins. En sept jours, les hôpitaux ont pris en charge 192 nouveaux infectés.
A member of the medical staff tends to a patient at an intensive care unit for patients infected with Covid-19 (novel coronavirus) at the Centre Hospitalier de l'Europe in Le Port-Marly, near Paris on November 4, 2020. - Europe passed a new bleak milestone on November 2, 2020, after reporting more than 11 million coronavirus cases, as Austria and Greece became the latest countries on the continent to impose shutdowns. (Photo by Anne-Christine POUJOULAT / AFP)
Le covid remet la pression sur l'hôpital
Avec des chiffres en progression préoccupante, l'épidémie de covid-19 vient à nouveau bouleverser les prises en charge hospitalières. Jusqu'à présent les services font face.
A patient infected with COVID-19 is transferred back to intensive care from an especially created Post Resuscitation Unit (Unité Post Réanimation Respiratoire) after his condition went worse on April 17, 2020 at the Emile Muller hospital in Mulhouse, eastern France, as France is on the 32nd day of a strict lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by PATRICK HERTZOG / AFP)
Encore de la place dans les hôpitaux du Grand-Duché
Depuis la première infection au covid-19, le paysage hospitalier a radicalement changé. A commencer par l’augmentation des capacités d'accueil. Sur le terrain, personne ne fait preuve de triomphalisme, mais jusqu'ici le système encaisse le choc.
Lokales, Corona-Virus Covid 19, CHEM Esch Alzette, Die Kantine des CHEM wurde in eine Pflegestation umgebaut, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
La santé et les soins en état préoccupant
Face à l'évolution en nombre et en âge de la population, le Luxembourg peine à recruter ou à former suffisamment de professionnels. Aussi le ministère envisage-t-il une nouvelle politique à mener afin de rendre plus attirantes les professions en manque de personnels.
Aortenaneurysma OP lokale Betäubung, Foto Lex Kleren