Changer d'édition

«Les habitants ne sont pas encore prêts pour les Give-Box»
Luxembourg 2 6 min. 02.12.2022
Des déchets au lieu de dons à Esch

«Les habitants ne sont pas encore prêts pour les Give-Box»

Tous les efforts déployés ont été vains: la Give-Box de la rue Nothomb a été définitivement retirée vendredi dernier. Peu de temps après, celle de la rue Boltgen a suivi.
Des déchets au lieu de dons à Esch

«Les habitants ne sont pas encore prêts pour les Give-Box»

Tous les efforts déployés ont été vains: la Give-Box de la rue Nothomb a été définitivement retirée vendredi dernier. Peu de temps après, celle de la rue Boltgen a suivi.
Photo: Franziska Jäger
Luxembourg 2 6 min. 02.12.2022
Des déchets au lieu de dons à Esch

«Les habitants ne sont pas encore prêts pour les Give-Box»

Franziska JÄGER
Franziska JÄGER
La semaine dernière, les dernières Give-Box du centre-ville d'Esch ont été démolies. Les auteurs du concept sont frustrés. Dans d'autres communes, les choses se passent mieux.

C'est terminé! Après tout juste trois ans, la Give-Box de la rue Nothomb sera démolie. Elle avait été installée en novembre 2019, une cabine téléphonique transformée et peinte de toutes les couleurs, non loin de la rue de l'Alzette. Il s'agissait là de l'une des trois Give-Box connues, puisqu’une deuxième avait été inaugurée sur la place de la Résistance, ainsi qu’une troisième rue Boltgen. Ces dernières n’ont d’ailleurs pas plus tenu le choc. La commune regrette l'échec de cette initiative bien intentionnée, tandis que les auteurs de l'idée sont pour leur part très frustrés.


7.5.2016 Luxembourg, Esch, nuit de la culture , Esch belval ,hauts fourneaux  photo Anouk Antony
Esch-sur-Alzette allume à nouveau ses lampadaires plus tôt
Des citoyens se sont plaints auprès de la ville sur cette décision concernant l'éclairage public. La commune a décidé de réagir.

Le principe était pourtant noble: les objets dont les gens n’ont plus besoin et qu'il serait dommage de jeter étaient simplement à déposer dans une des box, pour qu’une autre personne puisse gratuitement en bénéficier. Le procédé n'avait pas d'autre ambition que de redonner vie à des objets usagés en changeant de propriétaire, dans une logique de seconde main. Les cabines téléphoniques utilisées avaient d’ailleurs été mises au rebut avant d’avoir une deuxième vie grâce au sponsoring de la commune. Des organisations d'utilité publique s'étaient occupées de leur remise en état et de la vérification régulière de leur état.

De box de récupération à décharge sauvage

Une ombre est cependant très vite venue planer sur le concept: des riverains se sont rapidement mis à utiliser les cabines d'échange comme des décharges illégales. Au lieu de jouets ou de livres, des canettes de bière vides, des bouteilles de champagne cassées et des vêtements sales s'entassaient régulièrement dans les boxes. On y trouvait aussi régulièrement de l'urine, des excréments et des seringues vides. Les collaborateurs du Centre d'Initiative et de Gestion Local (CIGL) d'Esch ont enlevé le premier box de la Brillplatz durant l'été 2021, car ils n'arrivaient plus à suivre le nettoyage. Aux dernières nouvelles, les employés devaient intervenir deux fois par jour pour venir à bout du chaos.

Le box de la rue Nothomb, géré par Inter-Actions, devenait lui aussi de plus en plus un lieu de dépôt pour les déchets encombrants. Les collaborateurs avaient essayé d'y mettre des pictogrammes barrant ce qui n'était pas souhaité: nourriture, médicaments, serviettes hygiéniques. A un moment donné, la cabine n'était plus ouverte que pendant la journée, lorsque les collaborateurs - juste à côté - étaient au bureau et avaient un œil sur la boîte. L'équipe du service jeunesse de la commune d'Esch a également eu plus de soucis que de plaisir avec sa Give Box de la rue Boltgen.

L'opération de sauvetage d'avril tombe à l'eau

Pour remédier à l’ensemble des désagréments listés, les collaborateurs d'Inter-Actions avait même lancé une opération de sauvetage en avril dernier. La Give-Box de la rue Nothomb a ainsi été réaménagée, intégrée dans un jardin éphémère et décorée de fleurs et de plantes. L'objectif était de dissuader les gens de déposer des déchets.

La tentative a hélas été vaine. Aucun nettoyage quotidien n'a pu résoudre le véritable problème, qui survenait la nuit, lorsque les gens profitaient de la faveur de l'obscurité pour y jeter leurs déchets, en espérant que personne ne remarquerait rien. «Une fois, un riverain a interpellé une personne qui avait déposé ses ordures ménagères à côté de la cabine vers 23 heures. La personne a même réagi de manière agressive et a disparu», raconte Christian Jung, qui travaille chez Inter-Actions dans la rue Nothomb.

«À un moment donné, la commune nous a encouragés à enlever la boîte», explique ce dernier, déçu, au téléphone. «C'est compréhensible, mais très regrettable pour nous qui avons eu des idées, nos espoirs n'ont pas été satisfaits». Vendredi dernier, la cabine de la rue Nothomb a été démontée, suivie peu de temps après par celle de la rue Boltgen. 

«Malheureusement, cela n'a pas fonctionné pour les trois places du centre d'Esch», déplore l'échevin des affaires sociales Christian Weis. En revanche, les deux boxes restants connaîtraient un destin plus favorable: celui de la rue Berwart, géré par Abrisud, et celui de la Kulturfabrik. En raison de la proximité avec les exploitants respectifs, le concept fonctionnerait mieux ici que du côté de la place du Brill.

Le travail d'intérêt général en danger

«Il est possible qu'une Give-Box puisse également fonctionner dans le futur quartier résidentiel Rout Lëns», ajoute Weis. Lui aussi regrette l'issue de cette idée «bien pensée» et parle dans ce contexte d'une «mort du travail d'intérêt général».

«Au début, ça marchait bien», confirme Christian Jung, «mais ensuite, les déchets ont pris le dessus, c'est vraiment désolant». À la place des box, il est désormais prévu de créer un espace vert avec des fleurs et des petits arbres. «Ici, ça a toujours été plutôt un coin sale», concède Christian Jung par rapport à la rue Nothomb. «Peut-être que les Eschois ne sont pas encore prêts pour les Give-Boxes».

Comment cela se passe-t-il dans d'autres communes?

Les choses semblent mieux se passer dans d'autres communes. Dudelange a deux Give-Boxes depuis 2020: une dans le quartier de la Fonderie et une dans le «Quartier Italie». Selon Cédric Czaika, il n'est pas question de les démolir. «Ça marche plus ou moins bien», assure le travailleur social d'Inter-Actions du quartier. «Parfois, les gens mettent des choses cassées dans les boxes», mais il ne peut pas parler de sacs poubelles jetés illégalement devant les boxes. «Ils se retrouvent plutôt devant d'autres poubelles».

Pendant les mois d'hiver, les deux boxes de Dudelange sont fermés, «parce qu'à cette période, on sort moins de déchets», explique Czaika. On y dépose aussi parfois des vêtements qui risquent de moisir pendant la saison froide et humide.

La Give-Box de Leudelange a été déplacée ce printemps de la place du Lavoir au chemin des Sports, juste derrière la maison communale, en raison de travaux de voirie. Il ne semble pas y avoir de problèmes à cet endroit. «La box est régulièrement contrôlée et nettoyée», explique Olivier Nassimbeni de la commune, interrogé sur le sujet. «Ce concept fonctionne chez nous». Selon un collaborateur de la commune, il n'y a pas encore de dispositif de ce genre à Differdange.

Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.