Changer d'édition

Les habitants du quartier Gare soutiennent la Ville
Luxembourg 2 min. 26.02.2021 Cet article est archivé

Les habitants du quartier Gare soutiennent la Ville

En plus de la prolongation du contrat de la société de gardiennage et son extension à Bonnevoie, les autorités municipales prolongent également l'action des médiateurs d'«A vos côtés».

Les habitants du quartier Gare soutiennent la Ville

En plus de la prolongation du contrat de la société de gardiennage et son extension à Bonnevoie, les autorités municipales prolongent également l'action des médiateurs d'«A vos côtés».
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 26.02.2021 Cet article est archivé

Les habitants du quartier Gare soutiennent la Ville

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Avec 68% d'opinions favorables, l'initiative du conseil échevinal d'avoir recours à une société privée pour lutter contre le sentiment d'insécurité séduit. Ce qui devrait se traduire par l'extension de la mesure à Bonnevoie.

Devenu au fil des mois un enjeu de politique nationale, le recours à une société privée pour lutter contre le sentiment d'insécurité dans le quartier Gare continue de se retrouver au centre du jeu politique. Lassée de «la polémique stérile» en cours depuis quatre mois avec Henri Kox (Déi Gréng), ministre de la Sécurité intérieure, Lydie Polfer (DP), bourgmestre de la capitale, a choisi de donner la parole aux principaux concernés. 


Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Polfer lassée de «la polémique stérile» du quartier Gare
Alors que la mission de la société privée chargée de faire des patrouilles dans une partie du centre-ville de la capitale a été prolongée de deux mois, la bourgmestre fait part mardi de son exaspération quant aux réticences sur son initiative. Et renvoie la balle au gouvernement.

Puisque les réunions publiques de plus de 100 personnes sont interdites, le conseil échevinal a fait commanditer un sondage aux résultats flatteurs pour la Ville. Réalisée entre le 15 et le 19 février auprès d'un échantillon voulu représentatif de résidents, de salariés du quartier et de commerçants, l'enquête met en avant deux constats principaux. Qu'une écrasante majorité de la population (83%) juge qu'il était «nécessaire d'améliorer la sécurité» dans le quartier et que près de sept personnes sur dix (68%) estiment que la solution mise en oeuvre «renforce le sentiment de sécurité». 

«Rarement nous avons eu un résultat aussi positif par rapport à nos actions», commente Serge Wilmes (CSV), premier échevin de la capitale, qui estime que «cela montre que le gouvernement n'a pas agi suffisamment en donnant les moyens suffisants à la police pour qu'elle mène à bien ses missions». Un constat contesté par Henri Kox qui indiquait, mi-février, que depuis le début de l'année, la cinquantaine de policiers en poste dans le secteur, soutenus par 30 autres agents qui ont été détachés en renfort, ont réalisé 460 contrôles. Soit en moyenne cinq par jour.


Illustration, CFL, Zugschienen, Rotondes, Bonnevoie, Fussgängerbrücke zwischen Bahnhof und Bonnevoie, CFL   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Apaisement recherché pour le secteur Gare-Bonnevoie
La mort tragique d'un jeune homme de 18 ans, fin janvier, a remis le quartier et ses abords sous les feux des projecteurs. L'insécurité grandissante mobilise les initiatives. Autant de la part des élus, des équipes sociales que des forces de police.

Trop peu pour les autorités municipales qui indiquent que les résultats du sondage «illustrent la nécessité de mesures déjà mises en place et qu'elles s'évertueront à continuer à travailler dans ce sens». Ce qui se traduira concrètement par la prolongation du contrat des agents de surveillance au-delà de la fin du mois de mars «mais aussi très probablement l'extension de leur action à Bonnevoie», précise Serge Wilmes. Une action visible à laquelle viendra s'ajouter également celle des médiateurs de l'action «A vos côtés», dont la mission principale consiste notamment à rassurer les habitants du quartier en les accompagnant sur leurs trajets quotidiens. 

Interrogé sur la proposition émise en début de semaine par Taina Bofferding (LSAP), ministre de l'Intérieur, de renforcer les missions des agents municipaux pour seconder la police dans des missions de lutte contre l'insécurité, Serge Wilmes a balayé l'idée d'un revers de la main, faisant état d'«une idée loin d'être concrétisée».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour Taina Bofferding, le recours à des sociétés privées pour assurer des missions de sécurité devrait prochainement ne plus être d'actualité, la ministre de l'Intérieur plaidant pour que des fonctionnaires déjà en place, dotés de nouvelles compétences, assurent ce travail.
FRAU BERUF agent municipal paechert PHOTO ANOUK ANTONY
La mort tragique d'un jeune homme de 18 ans, fin janvier, a remis le quartier et ses abords sous les feux des projecteurs. L'insécurité grandissante mobilise les initiatives. Autant de la part des élus, des équipes sociales que des forces de police.
Illustration, CFL, Zugschienen, Rotondes, Bonnevoie, Fussgängerbrücke zwischen Bahnhof und Bonnevoie, CFL   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Alors que la mission de la société privée chargée de faire des patrouilles dans une partie du centre-ville de la capitale a été prolongée de deux mois, la bourgmestre fait part mardi de son exaspération quant aux réticences sur son initiative. Et renvoie la balle au gouvernement.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
L'expérience ne devait durer que neuf semaines, mais la Ville de Luxembourg a choisi de prolonger jusque fin mars les rondes d'agents de sécurité autour de la gare et en ville haute. De quoi irriter l'opposition.