Changer d'édition

Les grandes lignes du futur quartier Esch-Schifflange

  • Un projet viable
  • De l'extérieur vers l'intérieur
  • Service hub au lieu d'un parking
  • Nature et patrimoine industriel
  • Tram ou train : ça va bouger
  • Un projet viable 1/5
  • De l'extérieur vers l'intérieur 2/5
  • Service hub au lieu d'un parking 3/5
  • Nature et patrimoine industriel 4/5
  • Tram ou train : ça va bouger 5/5

Les grandes lignes du futur quartier Esch-Schifflange

Les grandes lignes du futur quartier Esch-Schifflange

Les grandes lignes du futur quartier Esch-Schifflange


30.11.2020

Photo: Agora

Après Belval, au tour des friches d'Esch-Schifflange de changer de destination. Le ministre de l'Aménagement du territoire, Claude Turmes, rappelle l'esprit de ce futur quartier d'habitat, favorisant les mobilités publiques et les espaces de vie.

(pj avec Nicolas ANEN) Si l'aménagement des friches de Belval répondait d'abord à une volonté de création de bureaux (et donc d'emplois) et à l'implantation de l'université, le devenir de la friche industrielle d'Esch-Schifflange aura un autre objectif. L'accent sera mis sur la nécessaire création de logements au Sud du pays. Et, comme pour Belval, c'est bien la société Agora (détenue à part égale par l'État et ArcelorMittal) qui sera chargée de l'aménagement de cette zone appartenant encore au groupe sidérurgique pour 91% des terrains disponibles.  

1

Un projet viable
Copier le lien

Pour le ministre de l'Aménagement du territoire, Claude Turmes (Déi Gréng), l'aménagement de cette zone est primordial. Dans un entretien accordé au Luxemburger Wort, il rassure toutefois: pas question de concentrer un maximum de logements sur les 61,2 hectares de terrains disponibles. Autrement dit, les espaces de vie seront privilégiés. L'idée étant certes de créer des logements abordables à grande échelle, au cœur d'un quartier agréable, «mais sans perdre d'argent», précise Marie-Josée Vidal, présidente de la société de développement Agora.

Illustration: Kobe

«Pour nous, ce quartier sera une sorte de laboratoire de l'urbanisme et du développement urbain du futur», poursuit le ministre.

Maintenant place à un an voire 18 mois de réflexions, à partir du concept élaboré par le cabinet d'architecture danois Cobe. «On espère que les premiers plans d'aménagement partiels (PAP) seront approuvés en 2024 et que la phase de construction pourra alors commencer», poursuit Marie-Josée Vidal.

2

De l'extérieur vers l'intérieur
Copier le lien

A priori, le nouveau quartier devrait se construire «des bords vers le centre». Soit d'abord les zones proches d'Esch ou de Schifflange. Courant 2021, les premières réunions publiques impliquant les citoyens au projet seront organisées. Qui sait, c'est peut-être à eux que reviendra le soin de trouver le nom des trois nouvelles écoles et du lycée attendus, voire même l'appellation de ce quartier pour l'heure baptisé «Quartier Alzette» (ce qui déplaît notamment au bourgmestre eschois, Georges Mischo (CSV), qui lui préfère l'appellation «Quartier Metzerschmelz»).

Le terrain de l'ancienne aciérie accueillera jusqu'à 10.000 habitants à l'avenir.
Le terrain de l'ancienne aciérie accueillera jusqu'à 10.000 habitants à l'avenir.
Photo: Pierre Matgé

Ici, jusqu'à 10.000 nouveaux habitants sont attendus. Plus qu'à Belval donc. «30% des constructions seront du logement abordable», assure Claude Turmes. Réalisées via Agora, elles seront ensuite cédées à l'État ou aux municipalités, qui pourront en reprendre la gestion.

Une façon de lutter contre la spéculation immobilière, et d'assurer au plus grand nombre un accès au logement possible sur ce territoire dont le boom démographique est attendu. Zone dont le pendant, côté Lorraine, va également sortir de terre du côté des anciennes friches de Micheville.

3

Service hub au lieu d'un parking
Copier le lien

La voiture devrait être reléguée à l'écart des secteurs de vie, avec des parkings en bordure de la zone. «Je préférerais un quartier sans voiture. Mais nous devons trouver une bonne solution conceptuelle pour cela, notamment pour le transport des achats», souligne le ministre. C'est pourquoi les parkings devraient se muer en «centres de services», avec offre de covoiturage, des vélos-cargos en libre-service, des petits magasins ou des stations de ramassage de colis. «C'est une nouvelle façon d'aborder le problème. Nous attendons maintenant les réponses que les experts nous donneront.»

Pour le ministre Claude Turmes, la voiture n'a pas forcément sa place au milieu de ce nouveau quartier.
Pour le ministre Claude Turmes, la voiture n'a pas forcément sa place au milieu de ce nouveau quartier.
Photo: Anouk Antony

 Ces parkings ne seront pas construits en sous-sol, mais bien en hauteur. Un choix lié à la fois à la nature du sol (affecté par des années d'activité industrielle) mais aussi par la nécessité de plus en plus forte de ne plus produire de volumes de terre dont le stockage, dans des décharges de débris inertes, n'est pas sans poser de problèmes. 

4

Nature et patrimoine industriel
Copier le lien

Sur cette zone où la sidérurgie fut reine, certains bâtiments industriels devront être préservés. La tour de refroidissement, par exemple. Originalité : le plan directeur prévoit d'y installer un café panoramique sur le toit et de construire des appartements à l'intérieur. Les longues halles de laminage, elles, serviront certainement d'entrepôts pour les matériaux pendant toute la phase de construction. «Elles resteront donc dans leur forme actuelle pendant encore dix à douze ans avant d'être intégrées dans un projet de réaffectation», explique Claude Turmes.

Mais la nature ne sera pas oubliée, au contraire. La zone pouvant se muer en un écoquartier à grande échelle. Solaire, géothermie devraient être des sources d'énergie exploitées ici. Et de larges espaces verts seront créés au milieu des habitations, y compris avec des cours d'eau. L'Alzette bénéficiera ainsi d'un réaménagement de ses berges et de son lit. Sans oublier la plantation, en nombre d'arbres sur ce quartier. 

5

Tram ou train : ça va bouger
Copier le lien

En ce qui concerne le raccordement aux transports publics, les futurs habitants de ce quartier Esch-Schifflange ne devraient pas avoir à se plaindre. En effet, à partir de 2028, le quartier sera relié à la capitale via le tracé du tram rapide. Un mode de déplacement qui, aux heures de pointe, pourrait prendre des passagers toutes les sept minutes et rejoindre Luxembourg en un quart d'heure

Le tram passera par le quartier Esch-Schifflange, puis direction Belval via le boulevard Grande-Duchesse Charlotte.
Le tram passera par le quartier Esch-Schifflange, puis direction Belval via le boulevard Grande-Duchesse Charlotte.
Illustration : Ministère de la Mobilité

Il faudra aussi compter sur un nouvel arrêt de train CFL, sur la ligne reliant Esch et Bettembourg. Une passerelle piétons est prévue à cet arrêt pour assurer une liaison avec la réserve naturelle du Lallénger Bierg. En outre, un «bus à haut niveau de service» desservira également le futur quartier, tout en assurant la  liaison Dudelange/Pétange. «Les résidents devraient  donc bien avoir la possibilité d'être extrêmement mobiles sans posséder de voiture», conclut Claude Turmes. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Situés en bordure de la frontière française, les 10,5 hectares de l'ancienne friche industrielle doivent se transformer en nouveau quartier écologique. Les premiers des 3.000 habitants attendus à deux pas du centre-ville d'Esch-sur-Alzette, doivent emménager d'ici 2024-2025.
La future liaison en tram rapide entre Luxembourg et Esch-sur-Alzette sera prolongée par une connexion en autocar vers Audun-le-Tiche et le futur quartier de Micheville. Oui, mais quand?
16.10. Esch / Alzette / Gare , Bahnhof , CFL / TICE  Foto:Guy Jallay
Le projet de développement urbain de l’ancien site d’Esch-Schifflange a été officiellement acté vendredi. Le concept retenu, mené par Agora, mettra notamment l'accent sur la mobilité douce et le logement abordable.
Ehemaliges Stahlwerksgeländes Esch/Schifflange - ARBED - Esch-Schifflange - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les détails du couloir multimodal qui reliera, à l'horizon 2030, les deux principales agglomérations du Luxembourg ont été dévoilés mercredi. Rejoindre l'Uni depuis la Cloche d'Or devrait alors prendre 26 minutes.
Les futurs aménagements des friches industrielles vont transformer le paysage avec pour conséquence une forte croissance de la population. Mais la création de ces nouvelles zones d'habitat devra aller de pair avec une diversification du marché de l'emploi.
Ehemaliges Stahlwerksgeländes Esch/Schifflange - ARBED - Esch-Schifflange - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort