Changer d'édition

Les grandes lignes du budget 2019
Luxembourg 3 min. 05.03.2019 Cet article est archivé

Les grandes lignes du budget 2019

Les grandes lignes du budget 2019

Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 05.03.2019 Cet article est archivé

Les grandes lignes du budget 2019

Grand oral ce matin à la Chambre des députés pour Pierre Gramegna qui a exposé les chiffres clés des finances du pays: «Investissements records et mesures sociales» sont au programme des quatre années à venir selon le ministre.

En raison des élections législatives de 2018, Pierre Gramegna a présenté, ce mardi, le budget 2019 à la Chambre des députés, quatre mois après le délai habituel. Parmi les mesures phares: l'augmentation du salaire social minimum de 100 euros nets par mois, l'augmentation globale des investissements, mais aussi une hausse des taxes sur l'essence et le diesel. 


Tout comprendre sur la présentation du budget 2019
Ce mardi matin,Pierre Gramegna (DP), ministre des Finances, dévoile les orientations budgétaires du gouvernement à la Chambre des députés. Pourquoi cette présentation intervient-elle si tard? Quelles annonces sont très attendues? Quel chiffre est dans le collimateur?

Qualifié de budget marqué par «la prévoyance, la durabilité, l’équité, la cohésion sociale et la compétitivité», le projet de loi prévoit un solde de l'administration publique positif de 632 millions d’euros, soit 1% du PIB. «Ce surplus devrait encore progresser jusqu'en 2022 pour atteindre 1,4 milliard d’euros, soit 2% du PIB», selon le ministère des Finances. En revanche, ce constat globalement positif est à nuancer par le solde de l'administration centrale qui elle, enregistre une perte à hauteur de 650 millions d'euros prévue pour 2019.

Largement dans les clous européens

A en croire le ministère des Finances, ce déficit s'explique par la hausse des dépenses (19,6 milliards d’euros, +5,8%), non compensée par la hausse des recettes (18,9 milliards d’euros, +1,6%). Selon Pierre Gramegna, les finances de l'administration centrale retrouveront «un niveau proche de l'équilibre en 2022». 

Au dos de ces petites cartes, un QR code à flasher pour accéder au site internet dédié au budget
Au dos de ces petites cartes, un QR code à flasher pour accéder au site internet dédié au budget
Anouk Antony

Sans surprise, ces bons résultats permettent au Luxembourg de respecter ses engagements budgétaires au niveau européen. Sur la période 2019-2022, le gouvernement annonce que le solde structurel variera entre 0,8 et 1,8%, soit bien en deçà des 3% du PIB de déficit autorisé par les traités. Le ministère se vantant même de bénéficier d'une «marge de sécurité». Même optimisme envers la dette publique, puisque cette dernière figurera «parmi les plus faibles de l'Union européenne» et s'affichera à 20,2% du PIB en 2019 pour atteindre 18,4% du PIB en 2022, selon les prévisions présentées mardi par Pierre Gramegna.

«Des efforts pour augmenter la qualité de vie»

Cette maîtrise des déficits va de pair avec des investissements publics qui dépassent, «pour la première fois, le niveau de 2,5 milliards ou 4,4% du PIB», selon le ministre qui évoque «des efforts nécessaires pour mettre les infrastructures de notre pays à jour et augmenter la qualité de vie des citoyens.»  Concrètement, cela passera notamment par:

  • la TVA à 3% sur les produits hygiéniques féminins, les livres électroniques, la presse en ligne et autres publications électroniques,
  • l'abaissement de l’impôt sur le revenu des collectivités (IRC) de 18% à 17%, 
  • la taxation à hauteur de 15% pour les jeunes entreprises réalisant 175.000 euros de bénéfices, contre 25.000 euros auparavant.

Hausse des taxes sur les carburants

Dans la lutte contre le réchauffement climatique, pour lequel les jeunes du pays prévoient de manifester le 15 mars, les accises seront augmentées d'un centime par litre sur l'essence et de deux centimes par litre sur le diesel. Ces nouvelles recettes seront affectées au fonds Climat et Energie et aux politiques prévues au programme gouvernemental.


Sur le même sujet

Pas question pour le ministre des Finances de jouer défensif. Face à la crise sanitaire et économique, Pierre Gramegna a déposé, mercredi, un projet de budget 2021, volontariste en matière d'investissements mais aussi de soutien.
Plus de 10,4 milliards d'euros ont été investis par l'Etat pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de covid-19. Un engagement qui aura des conséquences sur les finances de l'Etat avance Pierre Gramegna (DP).
Lok , Coronavirus , Baustellene wieder offen , Post Gare Jallay/Luxemburger Wort
Jamais le Grand-Duché n'aura pu s'appuyer sur une pareille somme. Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, a même annoncé ce lundi matin des investissements records pour le pays, à hauteur de 2,8 milliards d'euros.
Le ministre des Finances Pierre Gramegna a présenté les orientations budgétaires ce lundi.
Les députés planchent ces mercredi et jeudi sur ce projet, qui sera adopté cette semaine. Cette année, il est placé sous le signe de la justice sociale, de la compétitivité économique et de la durabilité.
POL - Débats Budget 2019,  André Bauler, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le ministre des Finances, Pierre Gramegna a présenté ce mercredi le dernier projet de budget de la coalition gouvernementale DP-LSAP-Les Verts devant la Chambre des députés. Dans un contexte économique favorable, le budget de l'Etat 2018 prévoit de «maintenir les investissements à un niveau élevé» et a été caractérisé par 3 maîtres-mots par le ministre: «qualité de vie, compétitivité et continuité».
Pierre Gramegna: «Sans renoncer à l’objectif d’assainissement des finances publiques, nous avons réussi à maintenir les investissements à un niveau élevé».
Le ministre des Finances Pierre Gramegna a déposé mercredi au Parlement le projet de loi concernant le budget de l'État pour 2017. Un budget qui sera sous le signe de la réforme fiscale qui, d'après le gouvernement, devrait coûter 373 millions d'euros au fil des années à venir.
Dépôt du projet de loi concernant le budget des recettes et dépenses de l’Etat pour 2017 - Pierre Gramegna  - Photo : Pierre Matgé