Changer d'édition

Les frontaliers belges pourront télétravailler en 2022
Luxembourg 10.12.2021 Cet article est archivé
Social

Les frontaliers belges pourront télétravailler en 2022

L'accord sur le télétravail qui lie la Belgique au Luxembourg pourrait même être prolongé jusqu'en juin 2022.
Social

Les frontaliers belges pourront télétravailler en 2022

L'accord sur le télétravail qui lie la Belgique au Luxembourg pourrait même être prolongé jusqu'en juin 2022.
Photo : Marc Wilwert
Luxembourg 10.12.2021 Cet article est archivé
Social

Les frontaliers belges pourront télétravailler en 2022

La Belgique et le Luxembourg sont tombés d'accord pour prolonger leur accord fiscal sur le télétravail. Ce dernier devait prendre fin en décembre, il a été étendu jusqu'au 31 mars 2022.

Après les Allemands, les Belges emboîtent le pas. Les travailleurs frontaliers de ces deux pays sont désormais fixés : le télétravail pourra être prolongé sans changement fiscal, une fois le 31 décembre passé. Signé en mai 2020 par la Belgique et le Luxembourg, l'accord sur le home-office vient d'être reconduit jusqu'au 31 mars 2022, annonce l'exécutif luxembourgeois. 


Le télétravail des frontaliers allemands prolongé
Sans changement fiscal, les navetteurs venus d'Outre-Moselle pourront travailler à domicile jusqu'en mars 2022 aussi longtemps que la situation covid pourrait le nécessiter.

Les salariés belges employés au Grand-Duché vont donc pouvoir continuer de travailler depuis chez eux, sans perdre, non plus, leur affiliation à la sécurité sociale luxembourgeoise. Fixé à 34 jours par an à partir de 2022 pour les travailleurs venus de Belgique, le distanciel est l'une des mesures encouragées afin de lutter contre la propagation du covid-19. 

Cette prolongation pourrait même ne prendre fin qu'à la fin du mois de juin. En effet, «si l'accord n'est pas dénoncé par l’une des autorités compétentes au moins deux semaines avant le 31 mars 2022, il sera prolongé par tacite reconduction jusqu’au 30 juin 2022», indique le gouvernement luxembourgeois dans un communiqué.

Une entente saluée par le ministre des Finances. Pierre Gramegna, qui sera bientôt remplacé par Yuriko Backes, a ainsi souligné une «excellente collaboration tout au long de cette pandémie», entre les autorités belges et luxembourgeoises. 

Les Français, eux, sont pour le moment dans l'incertitude quant à une possible prolongation de l'accord qui lie les deux pays. Ce dernier doit prendre fin le 31 décembre 2021.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le syndicat majoritaire du secteur financier luxembourgeois n'a pas été invité aux négociations sur l'extension du CovidCheck. Ce qui ne l'empêche pas de fournir, mardi, des recommandations quant à son application dans le monde du travail.
05.12.2021, Niedersachsen, Oldenburg: Eine Mitarbeiterin einer Teststation in der Innenstadt hält ein Stäbchen für einen tiefen Rachenabstrich in der Hand. In Niedersachsen gelten in vielen Bereichen verschärfte Corona-Regeln. Foto: Hauke-Christian Dittrich/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Face au rebond épidémique, le travail à distance risque de revenir à l'ordre du jour. Une organisation à laquelle sociétés et salariés sont désormais bien rodés, indique le docteur en psychologie Philipp Sischka.
Philipp Sischka - Uni.Lu - Belval - Université de Luxembourg - Uni.Lu - 26/11/2021 - photo: claude piscitelli
Cette fois, c'est entériné : Paris et Luxembourg se sont entendus pour relever le seuil de tolérance fiscale des frontaliers à 34 jours. De quoi aligner la France sur l'accord trouvé avec la Belgique.
Quelques mois après que les frontaliers belges du Luxembourg ont obtenu une hausse du seuil légal du nombre de jours travaillés à leur domicile, une demande identique émane de l'Hexagone. Et ce, à quelques jours de la tenue d'une réunion intergouvernementale franco-luxembourgeoise.