Changer d'édition

«Les fonctionnaires feront aussi preuve de solidarité»
Luxembourg 2 min. 14.09.2020

«Les fonctionnaires feront aussi preuve de solidarité»

Conscient de «la situation liée à la pandémie», Romain Wolff, président de la CGFP, indique vouloir revoir à la baisse les exigences pour le secteur public. Pour un temps du moins.

«Les fonctionnaires feront aussi preuve de solidarité»

Conscient de «la situation liée à la pandémie», Romain Wolff, président de la CGFP, indique vouloir revoir à la baisse les exigences pour le secteur public. Pour un temps du moins.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 14.09.2020

«Les fonctionnaires feront aussi preuve de solidarité»

Interrogé lundi matin sur les ondes de RTL, Romain Wolff, président de la CGFP, a assuré que tous les éléments présents dans le nouvel accord salarial de la fonction publique ne seraient pas exigés d'ici la fin de l'année, comme initialement prévu.

(Jmh) - «Nous voyons que la situation liée à la pandémie a fait évoluer la donne, c'est pourquoi nous devons être réalistes et tenter de trouver une solution. C'est la raison pour laquelle les fonctionnaires de l'Etat feront aussi preuve de solidarité». Invité lundi matin sur les ondes de nos confrères de RTL Radio Lëtzebuerg, Romain Wolff, président de la CGFP, a fait un pas en direction du gouvernement en évoquant une révision à la baisse des exigences des représentants de la fonction publique.

Interrogé sur les demandes quant à un éventuel nouvel accord salarial pour les fonctionnaires d'Etat, le président de la CGFP assure que «les exigences d'avant la crise ne seront probablement pas toutes mises sur la table». Une annonce réalisée sans autre forme de détail. Une annonce d'ailleurs réalisée «à titre personnel» mais qui devra être confirmée au sein des différents syndicats de la confédération.


50 Jahre CGFP, Itw Romain Wolff / Präsident, Foto Lex Kleren
«Le travail est surtaxé par rapport au capital»
Sur les ondes de RTL, Romain Wolff a livré ses sentiments au sujet des difficiles rapports entre les syndicats et le patronat. Le président de la Confédération générale de la fonction publique (CGFP) a aussi donné son avis sur la prochaine réforme fiscale.

Fidèle à sa ligne politique, Romain Wolff est également revenu à la charge face à ce qu'il considère comme «un déséquilibre fiscal», à savoir le mode de financement de l'Etat, jugé trop favorable aux entreprises. Et donc, au détriment des ménages et notamment des 53.000 affilés à la Chambre des fonctionnaires et employés publics qu'il préside. Raison pour laquelle Romain Wolff se prononce une nouvelle fois pour une taxation des FIS, ces fonds d'investissement spécialisés qui échappent à l'impôt sur le revenu, à l'impôt sur les plus-values et à l'impôt commercial.

Car même si la fonction publique figure dans la partie supérieure des rémunérations perçues au Grand-Duché, selon le Statec, pas question de faire porter une éventuelle charge fiscale sur ses membres. Et sur les personnes physiques de manière générale. Le président de la CGFP en appelle donc à une réforme fiscale plus large, «conformément à ce qu'avait annoncé le gouvernement». Sauf que, pandémie oblige, cette dernière semble repoussée de facto.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quand le FIS passera à la caisse
Alors que la crise covid malmène les finances publiques, la CGFP et la Fondation Robert-Krieps plaident pour une taxation plus forte des fonds d'investissement spécialisés. Des entités de placement qui gèrent plus de 596 milliards d'actifs mais ne génèrent que (très) peu de recettes pour l'Etat.
Avant l'été, la CGFP voit rouge
La Confédération générale de la Fonction publique craint que nombre de dossiers sociaux ne finissent sous le tapis, avec l'excuse de la gestion de crise sanitaire. Aussi, le président du syndicat Romain Wolff entend remettre en avant les sujets chauds du moment.
IPO , PK CGFP , Forderungen an die Regierung , Romain Wolff und Steve Heiliger , Coronakrise , Covid-19 , Sars-CoV-2 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le devenir du chômage partiel inquiète les syndicats
Avec la fin de l'état de crise, c'est aussi le régime transitoire du chômage partiel qui expire. Une situation qui préoccupe l'OGBL, le LCGB et la CGFP. Ces derniers vont adopter une position commune ce lundi avant de retrouver la table des négociations avec le gouvernement.
IPO , Adem , Arbeitslosenzahlen , Arbeitsamt , Konjunktur , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
La CGFP attend «plus d'équité fiscale»
Avant la nouvelle réforme fiscale, qui doit voir le jour en 2020, la Confédération générale de la fonction publique plaide pour une imposition allégée en faveur des ménages.
Illustration: Déclaration d’impôts, Foto Lex Kleren