Changer d'édition

Les fichiers de la police en attente de mise à jour
Luxembourg 2 min. 20.12.2019 Cet article est archivé

Les fichiers de la police en attente de mise à jour

Le nombre d'agents ayant accès aux dizaines de fichiers en place à la police doit être fortement revu à la baisse, pour éviter les excès.

Les fichiers de la police en attente de mise à jour

Le nombre d'agents ayant accès aux dizaines de fichiers en place à la police doit être fortement revu à la baisse, pour éviter les excès.
Photo : Shutterstock
Luxembourg 2 min. 20.12.2019 Cet article est archivé

Les fichiers de la police en attente de mise à jour

Alexander ABDELILAH
Alexander ABDELILAH
Contrairement à ce qu'avait annoncé François Bausch (Déi Gréng), ministre de la Sécurité Intérieure, la nouvelle base légale pour l'utilisation des fichiers de la police et de la Justice ne verra pas le jour avant mars 2020, voire l'été prochain, a-t-il annoncé vendredi.

L'affaire des fichiers utilisés et conservés sans réel contrôle par la police continue d'occuper le gouvernement et les élus. Après avoir promis une nouvelle «base légale» à l'utilisation des 63 fichiers «avant les vacances de Noël», François Bausch (Déi Gréng) a revu son objectif à la baisse, vendredi. Soutenu par sa collègue de parti et ministre de la Justice Sam Tanson (Déi Gréng), il a pu se prévaloir d'un quasi-consensus sur la question.


Sam Tanson ne veut pas d'un texte global, mais bien «d'une loi au cas par cas, selon chaque fichier».
«Il faut vite recadrer les 74 fichiers Police-Justice»
La protection des informations personnelles contenues dans les banques de données utilisées par les forces de l'ordre et les magistrats doit être renforcée. Comme François Bausch, la ministre de la Justice plaide pour un premier texte à adopter dans les meilleurs délais.

Le diagnostic est en effet largement partagé. Le fichier central de la police, qui recense les «dossiers clôturés» doit par exemple être «revu de fond en comble», a rappelé François Bausch. L'école de police, elle, devra aborder «la protection des données» et pourra notamment se baser sur l'article dédié à ce thème dans son nouveau code de déontologie. Quant aux données personnelles enregistrées, elles devront faire l'objet de «délais de conservation différents selon leur nature». 

Alors que tous les acteurs politiques sont d'accord sur les chantiers à mener, c'est sur le calendrier que les avis divergent. «C'est un work in progress», a glissé le ministre en charge de la police. Avant d'annoncer que les premières mesures législatives n'arriveront pas avant «mars 2020». En attendant le projet de loi introduisant «une réduction des personnes ayant accès aux bases de données», François Bausch a promis «des quick wins jusqu'à l'été prochain». Sans préciser sur quels points ces progrès sont prévus. 


20.5. Extrait du Casier Judiciaire / Strafregister Foto: Guy Jallay
De nouvelles questions dans «l'affaire du casier bis»
L'affaire des fichiers de la police et de la justice avait créé du remous avant les vacances estivales dans la politique luxembourgeoise. Ce mardi, deux députés CSV sont remontés au créneau, après la découverte de trois autres bases de données utilisées par les forces de l'ordre.

Ce retard du gouvernement ne ravit pas l'opposition. Gilles Roth (CSV) a assuré que sa fraction «veut de premières avancées d'ici février ou mars», rappelant le «long chemin» déjà parcouru. Une allusion aux six mois écoulés depuis la naissance de la polémique, en juin dernier. La principale revendication de l'opposant : «la création d'une infraction pénale pour tout accès illégal à un fichier ou la transmission d'informations à une tierce personne».

Une piste jugée «absolument légitime» par Sam Tanson, venue «écouter les doléances des députés» aux côtés de son collègue de la Sécurité Intérieure. Enumérant les progrès réalisés, comme l'archivage des données et la possibilité de savoir qui les a consultées au cours des trois dernières années, la ministre de la Justice n'a pas non plus avancé de délais législatifs. La prochaine commission parlementaire qui traitera des fichiers de la Justice, estimés à onze, se réunira «à la rentrée prochaine».


Sur le même sujet

Une loi sur les fichiers de la police pour fin juillet
«Un équilibre entre un encadrement légal plus strict» pour répondre aux principes de la protection des données et «l’efficacité du travail policier» pour responsabiliser les services, François Bausch a présenté les grandes lignes de la future législation.
Le fichage pour simple avertissement taxé se poursuit
La police continue de stocker les données des automobilistes coupables d'un petit excès de vitesse ou qui se sont simplement mal garés. Chargé d'y mettre fin au plus vite, le ministre de la Sécurité intérieure se heurte à des problèmes tant structurels que circonstanciels.
Aujourd'hui encore, avec une simple amende pour infraction au code de la route, un automobiliste voit toujours et encore ses données personnelles stockées dans le fichier de la police
Fichés pour un simple avertissement taxé
La police continue de stocker les données des automobilistes qui ont fait un petit excès de vitesse ou se sont simplement mal garés. Confronté à la question jeudi, le ministre de la Sécurité intérieure a assuré qu'il va demander que ce fichage s'arrête immédiatement.
Opération européenne contre les excès de vitessse,Polizei,Verkehrskontrolle,Radar. Foto:Gerry Huberty
«Il faut vite recadrer les 74 fichiers Police-Justice»
La protection des informations personnelles contenues dans les banques de données utilisées par les forces de l'ordre et les magistrats doit être renforcée. Comme François Bausch, la ministre de la Justice plaide pour un premier texte à adopter dans les meilleurs délais.
Sam Tanson ne veut pas d'un texte global, mais bien «d'une loi au cas par cas, selon chaque fichier».
Révision totale pour les fichiers de la police
Délai de conservation des données à revoir, accès plus restreint, nature des informations conservées reprécisée: les députés travaillent à remettre l'archivage policier dans le droit chemin. Un texte sera voté avant la fin d'année.
Lokale,CdP. Campagne médiatique de recrutement de la Police & Inauguration nouveau commissariat de Police à Limpertsberg.Foto:Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Dans l'affaire du casier «le Parquet a fait une erreur»
Dans l'affaire du «casier judiciaire bis», Me Fränk Rollinger, avocat de l'intéressé, parle de «dysfonctionnement». Au cours de l'entretien d'embauche, le ministère public a utilisé illégalement la base de données de la justice.
IPO.PK Me Rollinger Casier M.Fürst. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.