Changer d'édition

«Les familles ne sont pas préparées à ce diagnostic»
Luxembourg 2 min. 15.02.2022
Cancer de l'enfant

«Les familles ne sont pas préparées à ce diagnostic»

Een Häerz fir kriibskrank Kanner apporte un soutien psychologique et adminsitratif aux familles.
Cancer de l'enfant

«Les familles ne sont pas préparées à ce diagnostic»

Een Häerz fir kriibskrank Kanner apporte un soutien psychologique et adminsitratif aux familles.
Photo: Anouk Anthony
Luxembourg 2 min. 15.02.2022
Cancer de l'enfant

«Les familles ne sont pas préparées à ce diagnostic»

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
A l'occasion de la journée mondiale du cancer de l'enfant, la Dr Sophie Huybrechts fait le point sur la situation de la prise en charge de ces jeunes patients atteints de la maladie à la Kannerklinik.

Le nombre d'enfants atteints du cancer a augmenté ces dernières années, constate la Dr Sophie Huybrechts, responsable du Service National d'Onco-Hématologie Pédiatrique de la Kannerklinik. L'hématologie traite tout ce qui concerne le sang, l'oncologie et les tumeurs, précise Sophie Huybrechts.


Lokales, Lucienne Thommes Direktorin, Fondation Cancer, Weltkrebstag, Krebspatienten währen der Corona-Krise, Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
«Le cancer est en train de devenir une maladie chronique»
A l'occasion de la 22e Journée mondiale de lutte contre le cancer, Lucienne Thommes, directrice de la Fondation Cancer, fait le point sur les actions de l'établissement, et de leur évolution en raison de la pandémie de covid-19.

En 2021, 25 jeunes patients atteints du cancer étaient pris en charge par le service contre 20 l'année précédente. Cette augmentation pourrait s'expliquer par un renforcement du service avec deux hémato-oncopédiatres qui permet aux familles d'éviter de faire soigner leur enfant à l'étranger.

Mais certains traitements doivent encore se faire dans les pays voisins faute d'infrastructure adéquate, souligne Sophie Huybrechts: «Il manque encore des chambres,  un service propre dédié à l'Onco-Hématologie Pédiatrique comme on retrouve dans d'autres centres. Mais l'équipe se renforce. Un nouveau collègue vient aussi de nous rejoindre.» Elle espère que le projet d'infrastructure actuellement «en cours» verra le jour. La pandémie a aussi compliqué les prises en charge, selon la docteure : «Il y a eu plus de stress et certains parents ne pouvaient pas accompagner leur enfant. Mais toutes les prises en charge ont été assurées en temps et en heure.»

Un soutien psychologique et administratif

Les enfants soupçonnés d'être touchés par le cancer sont orientés par le pédiatre ou le médecin traitant vers la Kannerklinik. Le moment du diagnostic de la maladie est «un choc énorme» pour la famille, indique Martine Wirtz. La psychologue travaille pour l'association Een Häerz fir kriibskrank Kanner qui vient en aide aux familles qui ont un enfant cancéreux: «C'est important d'être là, de les accompagner dès le départ et de les soutenir le mieux possible. Les familles ne sont pas préparées à tel diagnostic.» 

L'association apporte un soutien psychologique et administratif lors de la demande de congé pour raisons familiales. Elle prend également en charge les frais en lien avec la maladie qui ne sont pas gérés par la caisse de maladie pour «éviter de faire peser un poids de plus» aux familles, explique Martine Wirtz. Même après la phase de traitement, l'association reste à l'écoute des jeunes patients et leur propose des activités en famille.

C'est important de soutenir les familles dès le départ.

Martine Wirtz

Een Häerz fir kriibskrank Kanner, intégralement financé par des dons, soutient également la recherche dans l'oncologie pédiatrique. «Nous avons une collaboration avec les laboratoires de biologie moléculaire et cellulaire du cancer au Kirchberg. 10% des dons que nous recevons sont versés à ce laboratoire», rappelle la psychologue.  Si un traitement adapté à tous les enfants n'existe pas encore pour guérir tous les enfants à 100%, Martine Wirtz assure qu'un diagnostic réalisé le plus tôt possible permet d'augmenter les chances de guérison. En Europe, près de 6.000 enfants meurent chaque année du cancer.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L’implantation du Plan national cancer avance à grands pas. Le ministère de la Santé prévoit d'établir un réseau national d'hématologie et d'oncologie pédiatrique, pour aider encore un peu plus ces enfants et leurs familles.