Changer d'édition

Les fakes news sur le virus gangrènent la toile
Luxembourg 2 min. 17.04.2020

Les fakes news sur le virus gangrènent la toile

Le phénomène n'est pas nouveau, mais contamine la toile en ces temps de crise sanitaire.

Les fakes news sur le virus gangrènent la toile

Le phénomène n'est pas nouveau, mais contamine la toile en ces temps de crise sanitaire.
Photo: Licence CC
Luxembourg 2 min. 17.04.2020

Les fakes news sur le virus gangrènent la toile

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Face à l'afflux de fausses informations sur les réseaux sociaux, le Zentrum fir politesch Bildung agit pour aider les internautes à démêler le vrai du faux. Des initiatives qui se multiplient au Luxembourg, comme ailleurs.

Un virus qui se serait échappé d'un laboratoire proche de la ville de Wuhan, une pandémie liée à l'apparition de la 5G ou encore une capacité à s'autotester en retenant sa respiration dix secondes. Voici quelques exemples d'informations qui circulent ces derniers jours sur le web en lien avec le covid-19. Mais «il ne faut pas croire tout ce qui est dit», alerte vendredi Marc Schoentgen, le directeur du Zentrum fir politesch Bildung (ZpB), au micro de la radio 100,7.  

La fondation, dont la mission est éduquer à la citoyenneté, précise qu'il ne faut pas pour autant tomber dans l'extrême inverse et «ne plus croire à rien». En d'autres termes, le ZpB appelle à la méfiance plutôt qu'à la défiance. Marc Schoentgen conseille ainsi de trouver des «sources de confiance», qu'il s'agisse de contacts ou de médias reconnus pour leur fiabilité.  

Alors pour aider les internautes, le ZpB a mis en ligne un guide destiné à mieux s'y retrouver face à l'infobésité présente sur internet. A la différence du décodeur du journal Le Monde ou le blog de l'AFP, l'outil proposé par la fondation luxembourgeoise se veut interactif. Les internautes doivent ainsi répondre à dix questions, sur le contenu, la tonalité ou la présentation du message. «Si ce n'était pas clair, la probabilité qu'il s'agisse d'une fake news est grande», explique Marc Schoentgen.


Ne brûlez pas vos billets de banque !
S'il est recommandé de régler ses achats en carte bancaire, la Banque centrale de Luxembourg veut tordre le coup à une «fake news : non, la monnaie papier n'est pas significativement porteuse du covid-19.

Ce combat contre les infox est également déclaré de l'autre côté de l'Atlantique par Facebook. Depuis jeudi, le géant des réseaux sociaux propose ainsi à ses quelque 2,5 milliards d'utilisateurs à travers le monde une nouvelle fonctionnalité permettant d'alerter les internautes lors de la consultation d'une information non fiable. Cette fonctionnalité a été élaborée en partenariat avec 60 organisations de vérifications des faits, et ce,  dans plus de 50 langues. 

De son côté, Mark Zuckerberg, le cofondateur du site web, affirme que «des centaines de milliers» de contenus liés au covid-19 qui pouvaient «représenter un danger imminent pour la santé» ont d'ores et déjà été supprimés au mois de mars, tels que le pouvoir de l'eau de javel pour guérir le virus.   

Pour autant, ces outils technologiques semblent être une parade limitée. Pour Marc Schoentgen, la seule véritable solution se trouve dans l'éducation. Dans cette optique, le centre d'éducation politique met à disposition «du matériel supplémentaire». Concrètement, il s'agit de jeux, vidéos et fiches de travail ludiques visant à sensibiliser les enfants et adolescents au danger des fausses informations, alors qu'internet, par exemple, représente la première source d'informations médicales pour 62% des jeunes filles. Le ZpB espère ainsi que parents et enseignants prennent le relais pour développer de bons réflexes, dès le plus jeune âge.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Scepticisme face à une éventuelle «application corona»
Soucieux de la protection des données personnelles, le gouvernement pose un regard critique sur les programmes destinés au traçage et à la surveillance du covid-19. Quand bien même ce genre d'outil pourrait s'avérer très utile dans une stratégie de sortie de crise graduelle.
Première phase du déconfinement dès le 20 avril
Le gouvernement a présenté, ce mercredi, sa stratégie de sortie de crise. Dans un premier temps, les chantiers reprendront et le port d'une protection des voies respiratoires sera rendu obligatoire partout où le maintien d'une distance de deux mètres n'est pas possible.
(de g. à d) Paulette Lenert, ministre de la Santé ; Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d'État
«Erdogan fait clairement du chantage»
La Turquie a agité lundi la menace de l'arrivée de «millions» de migrants en Europe après l'ouverture de ses frontières. Jean Asselborn dénonce un inacceptable «chantage» et une «instrumentalisation» des migrants de la part du président turc.
TOPSHOT - This picture taken from the Greek side of the Greece-Turkey border near Kastanies, shows migrants waiting on the Turkish side on March 2, 2020. - Greece was on a state of alert on March 1, 2020 as it faced an influx of thousands of migrants seeking to cross the border from Turkey, with locals fearing a new immigration crisis. More than 13,000 migrants have gathered on the Turkish side of the river which runs 200 kilometres (125 miles) along the frontier and separates them from Greece and therefore the European Union. The flow of migrants from Turkey has triggered EU fears of a re-run of the 2015 migrant emergency when Greece became the main EU entry point for a million migrants, most of them refugees fleeing the Syrian civil war. (Photo by Sakis MITROLIDIS / AFP)