Changer d'édition

Les faillites (encore) peu impactées par le covid
Luxembourg 2 min. 15.09.2020

Les faillites (encore) peu impactées par le covid

De mars à août 2020, 89 commerces ont dû cesser leur activité au Luxembourg

Les faillites (encore) peu impactées par le covid

De mars à août 2020, 89 commerces ont dû cesser leur activité au Luxembourg
Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 2 min. 15.09.2020

Les faillites (encore) peu impactées par le covid

D'après le registre de commerce et des sociétés, le Luxembourg a connu 513 aveux de faillite de mars à août 2020. Soit 150 de moins que lors de la même période l'année dernière. Le domaine financier et des assurances se révèle le plus touché.

Le constat se révèle de prime abord surprenant. Il conduit à l'idée que les conséquences économiques de la crise sanitaire devraient davantage se produire avec un effet retard. Considérant les six mois de la période allant de mars à août, il apparaît en effet que seuls mai (174 contre 118) et juillet (139 contre 130) ont généré davantage de déclarations de faillites que pour la même période en 2019.

Sur l'ensemble du semestre, le Luxembourg a enregistré 150 faillites de moins (513 au lieu de 663) par rapport à 2019, selon des données puisées dans le Registre de commerce et des sociétés (RCS) et rapportés lundi par le ministre des Classes moyennes, Lex Delles (DP).  

Soucieux de tempérer et surtout de relativiser ces chiffres, Henri Eippers, le porte-parole de l'administration judiciaire précise qu'«ils ne sont pas toujours à jour». Le même ajoute d'ailleurs qu'«il faut souvent attendre un certain temps entre le prononcé de la faillite et sa publication». C'est pourquoi Henri Eippers estime que «le vrai impact de la crise ne se montrera très probablement que dans les prochains mois et il faudra voir dans quelle mesure des assignations/aveux en/sur faillite seront introduits devant les juridictions.»

Par ailleurs, une compilation des données tirées des tribunaux d'arrondissement de Luxembourg et Diekirch démontre que le début de l'année 2020 fut économiquement compliqué. 309 faillites sont intervenues en janvier et février - soit avant l'apparition de la pandémie - contre 213 sur les deux mêmes mois en 2019. Une hausse spectaculaire de 45%, révélatrice d'un contexte économique délicat.

S'agissant d'une analyse par secteurs d'activité, les données rapportent que le domaine financier et des assurances a le plus souffert avec 200 cessations d'activité enregistrées de mars à août. Loin derrière se retrouvent le commerce (89), puis les «activités spécialisées» (48) et la construction (47). Les domaines les moins impactés sont la santé humaine et l'action sociale (1), l'enseignement (3) et le secteur des arts et spectacles (4). Quant à l'immobilier, il a connu six faillites de mars à août. 

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La braderie apparaît comme une éclaircie timide
Débutée sous les nuages (et de sombres perspectives économiques), la braderie de Luxembourg se tient encore toute cette après-midi. Mais passé l'événement, c'est bien d'aides qu'a besoin ce secteur d'activité.
L'épidémie emporte des milliers d'emplois en Europe
La pandémie de coronavirus a fait vaciller des pans entiers de l'économie européenne, compris parmi de grands noms de l'industrie ou des services. Alors que la relance est au cœur du sommet des dirigeants des 27, vendredi à Bruxelles, le point sur cette vague de suppressions d'emplois massive.
An employee works on a truck assembly line at a factory in Fuyang in China's eastern Anhui province on July 16, 2020. - China's economy returned to growth in the second quarter, rebounding more strongly than expected from a historic contraction caused by the coronavirus outbreak, official data showed on July 16. (Photo by STR / AFP) / China OUT
La Chambre de commerce détaille son plan de relance
Renforcer la compétitivité de l'économie, miser sur les investissements publics, soutenir l'emploi, favoriser l'innovation et développer une fiscalité attractive, l'institution a dévoilé ce mercredi ses idées pour assurer une reprise durable favorable aux entreprises.
Wort.fr suivi chantier nouvelle N3, bonnevoie, CFL, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Investissements et emplois à l'abri de la crise
La Chambre de commerce a sondé 431 entreprises. Et même si la situation est loin d'être rassurante, les entrepreneurs estiment qu'ils maintiendront leurs effectifs et le choix d'investir pour le devenir de leur société. Une note d'espoir.
Heizung, Tank, Heiztank
Les commerces de la capitale sous perfusion
Déjà pris en tenaille par des chantiers qui n'en finissent plus, des loyers jugés prohibitifs et l'implantation de nouveaux centres commerciaux en périphérie, les commerces du quartier de la Gare et de la Ville-Haute apparaissent au bord de l'asphyxie suite à la crise sanitaire.
online.fr, Lokales, Geschäfte schaffen es nicht mehr nach der Krise Corona weiter bestehen zu bleiben, Bahnhofviertel, quartier de la gare, faillite, Geschäfte am Rande der Firmenpleite,  Gebäude durchgehend zur avenue de la gare avenue de la liberté  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les banques redoutent une vague de faillites
Malgré l'arsenal déployé pour lutter contre la crise liée à la pandémie de covid-19, les professionnels de la finance font appel à l'Etat pour intensifier les efforts destinés à sauver les entreprises en difficulté.
Mit neuen Hilfs-Krediten ist nicht jedem Unternehmen gedient – auch den Banken nicht, deren normales Kreditgeschäft wegen der Rezession eingebrochen ist.
L'incertitude économique reste encore de mise
Trois semaines après la présentation du programme gouvernemental de 8,8 milliards d'euros voué à soutenir le fonctionnement des entreprises, l'impact négatif du covid-19 sur le Luxembourg reste encore flou, estime mardi la Fondation Idea qui envisage des effets jusqu'en 2023.
Coronavirus - Leere Plätze - Luxemburg - Lost City - Drone  - bvd Royal -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
L'inquiétude grandit chez les assureurs
Les risques liés à la pandémie ne sont pas assurés en tant que tels. Pourtant les conséquences du confinement, notamment l'annulation de nombreux événements ou les turbulences sur les marchés financiers impactent les principaux assureurs installés au Grand-Duché.
Wi , 100 Jahre Lalux , Assurance La Luxembourgeoise , ITV Pit Hentgen , Francois Pauly , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
La grande peur des PME
La crise du coronavirus induit un manque de liquidités. A terme, la survie des petites et moyennes entreprises est en jeu. L'exemple de Claude Hausser, coiffeur indépendant depuis 37 ans à Luxembourg, mais aussi en Belgique et en France, est édifiant.