Changer d'édition

Les étudiants luxembourgeois plébiscitent l'Allemagne
Luxembourg 2 min. 19.07.2019

Les étudiants luxembourgeois plébiscitent l'Allemagne

Au Luxembourg, partir à l'étranger durant un semestre durant son bachelor est une obligation.

Les étudiants luxembourgeois plébiscitent l'Allemagne

Au Luxembourg, partir à l'étranger durant un semestre durant son bachelor est une obligation.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 19.07.2019

Les étudiants luxembourgeois plébiscitent l'Allemagne

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Le Luxembourg est le pays qui envoie le plus d'étudiants s'instruire à l'étranger. En 2017, ils étaient 47% à voyager à travers l'Europe pour compléter leur cursus universitaire. La France et la Belgique arrivent en deuxième et troisième position.

De plus en plus d'étudiants de l'Union européenne réalisent une partie de leur cursus universitaire à l'étranger et ceux de l'Université du Luxembourg sont les plus mobiles. En 2017, 46,7% des élèves luxembourgeois fréquentaient une université en dehors de leurs frontières. La moyenne européenne est quant à elle beaucoup plus faible: 8,1%.

Ce phénomène n'est toutefois pas propre au Grand-Duché. Les derniers chiffres d'Eurostat montrent que cette même année, 1,7 million d'étudiants de l'UE ou d'un pays tiers, ont étudié dans une faculté européenne. En 2013, ils étaient 22% de moins à tenter l'expérience.

Toujours d'après Eurostat, le Luxembourg caracole en tête de ce classement. Chypre, en deuxième position, envoie à l'étranger moins de la moitié des effectifs luxembourgeois. Pourquoi le Grand-Duché est-il si bon élève lorsqu'il s'agit d'envoyer les siens au loin?

Autorisation de sortie du territoire

La politique de l'Université du Luxembourg est claire sur le sujet: les étudiants inscrits en bachelor doivent obligatoirement passer un semestre à l'étranger et la faculté a mis en place des partenariats avec 120 institutions afin de faciliter les échanges. 

Parmi les 3.078 étudiants de bachelor qui fréquentaient l'université luxembourgeoise en 2017, 214 ont suivi un cursus Erasmus. C'est en Allemagne et en France qu'ils sont partis pour la plupart entre 2014 et 2017, comme le montre la carte ci-dessous.

En ce qui concerne les étudiants de master, ils étaient 1.649 étudiants en 2017 et six sont partis bûcher à l'étranger. Ce chiffre relativement bas s'explique par le fait que les masters n'incluent pas un semestre de mobilité obligatoire. Les six étudiants partis à l'étranger l'ont fait dans le cadre de projets spécifiques, d'évènements ou de conférences.

Dans l'UE, ce sont près de 114.000 diplômés de bachelor et 78.000 diplômés de master qui ont bénéficié d'un tel programme en 2017.

Ailleurs en Europe

L'Espagne et l'Allemagne sont les pays qui participent le plus à Erasmus aussi bien dans le sens des départs que des arrivées: 19% des échanges en bachelor étaient en Espagne, 16% en Allemagne, 11% au Royaume-Uni, 10% en Italie et 10% aux Pays-Bas.

Pour le master, la France a été le pays le plus choisi: 26 % du nombre total de titulaires d'un master Erasmus dans l'UE en 2017. Elle est suivie de l'Italie (19 %) et de l'Allemagne (19 %). Cette année-là, près des deux tiers de l'ensemble des titulaires d'un master Erasmus ont participé à un échange dans ces trois Etats membres.

D'après la Commission européenne, l'UE a investi 2,6 milliards d'euros dans les programmes d'échanges, ce qui correspond à une augmentation de 13% entre 2016 et 2017. L'objectif étant d'aider 3,7% des jeunes de l'UE à profiter du programme Erasmus entre 2014 et 2020.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Université de Luxembourg: Les étudiants boudent les cours en luxembourgeois
Ce lundi, le quotidien luxembourgeois Tageblatt annonçait que le master «langues, culture et médias - Lëtzebuerger Studien» donné à l'Université du Luxembourg était annulé, faute d'inscriptions. Une information démentie par l'Université du Luxembourg qui parle elle, de «report», même si ce cours peine à trouver des candidats.
«Ce cours ne ferme pas, les inscriptions sont simplement reportées afin que nous ayons un nombre suffisant d'élèves, pour des raisons pédagogiques»