Changer d'édition

Les étudiants luxembourgeois en appellent à l'Europe
Luxembourg 4 min. 29.09.2020

Les étudiants luxembourgeois en appellent à l'Europe

Déjà en proie à des difficultés administratives à l'étranger, les étudiants luxembourgeois doivent aussi faire face aux restrictions liées à la crise sanitaire, regrette Sven Bettendorf.

Les étudiants luxembourgeois en appellent à l'Europe

Déjà en proie à des difficultés administratives à l'étranger, les étudiants luxembourgeois doivent aussi faire face aux restrictions liées à la crise sanitaire, regrette Sven Bettendorf.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 29.09.2020

Les étudiants luxembourgeois en appellent à l'Europe

Alors que les résidents du Grand-Duché restent sujets à des restrictions de déplacement à l'étranger, le monde estudiantin dénonce une atteinte à la libre circulation. Regroupé au sein de l'ACEL, il demande «une solution au niveau européen».

(DH avec Annette Welsch) - A ce jour, le parcours d'un résident  luxembourgeois amené à travailler ou étudier à l'étranger apparaît semé d'embûches. Et ce n'est pas le placement du pays sur la liste rouge de la Belgique et la deuxième vague de restrictions imposée par l'Allemagne et la Suisse - qui ont tous deux reclassé le Grand-Duché comme pays à risque - qui va infléchir la tendance.

«L'ACEL ne se réjouit pas de voir les restrictions de voyage se multiplier. Il faudrait une solution européenne, mais les étudiants sont oubliés», s'indigne Sven Bettendorf, le président de l'Association des cercles des étudiants luxembourgeois. Une association qui représente environ 40.000 jeunes, la plupart d'entre eux impactés d'une manière ou d'une autre par la crise sanitaire.

«L'Allemagne est plus particulièrement visée. Elle émet des restrictions sans vraiment définir quelles sont les règles à respecter, notamment par les étudiants étrangers», souligne encore le président de l'ACEL. La Suisse, quant à elle, est aussi montrée du doigt puisqu'«un test négatif n'est pas suffisant», l'étudiant luxembourgeois devant ainsi respecter une quarantaine s'il se rend côté helvète. 

Par contre, lors de l'assemblée générale de l'ACEL, son président a salué le régime d'exception trouvé avec la Belgique. En effet, les étudiants y sont exemptés de toute quarantaine à condition de limiter leur déplacement au Luxembourg à moins de 48 heures et de pouvoir présenter une attestation d'inscription.

De bonnes avancées

Mais si la situation des étudiants apparaît pour le moins difficile, Sven Bettendorf a applaudi les efforts du gouvernement, notamment les aides financières accordées, la possibilité de repousser un temps la période d'examen et la distribution de bons pour passer un test covid dans les plus brefs délais. A ce propos, 270 de ces bons ont d'ores et déjà été distribués aux étudiants luxembourgeois inscrits dans une université allemande.

Par ailleurs, l'ACEL s'est aussi félicitée de la résolution de deux problèmes épineux. Le premier, en Autriche, l'association a réussi à faire en sorte que ses adhérents bénéficiant d'une bourse sociale soient exemptés de la redevance audiovisuelle locale. La deuxième, en Allemagne, où les étudiants luxembourgeois ne souhaitant pas réenregistrer leur voiture peuvent obtenir de l'aide et ne plus être accusés d'évasion fiscale.

D'autre part, si l'annulation de la Réunion européenne des étudiants luxembourgeois (REEL) est confirmée, des échanges avec le monde politique auront lieu le 10 octobre. «L'idée européenne n'est pas toujours au premier plan», a encore regretté le président de l'ACEL. 

Lors d'une table ronde, sur le thème de l'avenir de Schengen (organisée à Belval), il aura l'occasion de partager le sentiment des étudiants luxembourgeois avec le commissaire européen Nicolas Schmit (LSAP), les eurodéputés Viviane Reding (CSV) et Charles Goerens (DP) ainsi que Karin Basenach, directrice du Centre européen des consommateurs à Luxembourg.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A quoi va bien pouvoir servir «Diplôme +»?
Le ministère de l'Education offre un nouveau cycle de formation, à compter de cette rentrée. Mais cette année de cours bonus, ouverte aux jeunes diplômés de l'enseignement secondaire ressemble plus à une voie de garage qu'à une réelle opportunité.
Une rentrée universitaire en mode «hybride»
Pas d'amphithéâtre bondés, peu d'étudiants sur le campus, des cours en petits groupes et un enseignement distanciel. Pas de doute le retour sur les banc de l'Uni, le 14 septembre, sera à nulle autre pareille.
«Une licence innovante en sciences infirmières»
La crise sanitaire a placé le personnel soignant au centre de la lutte contre le covid-19. Anne-Marie Hanff, la présidente de l’Association nationale des infirmières et infirmiers du Luxembourg (ANIL), monte à nouveau au créneau pour une réforme en urgence des modalités de formation de la profession.
A l'Uni, la valeur n'attend pas le nombre des années
Le palmarès des «meilleures jeunes universités» vient d'être dévoilé et l'Université du Luxembourg y figure au 12e rang mondial, et dans le top 5 des établissements de «moins de 20 ans». Une place décrochée parmi 414 institutions d'études supérieures étudiées par le Times Higher Education.
Uni Belval, Université, Universität, Studenten, Etudiants, Uni.lu, Foto Lex Kleren
Un bonus financier pour les étudiants en médecine
L'indemnité versée aux médecins en cours de formation va être augmentée de plus de 800 euros en première année. Les maîtres de stage aussi se voient revalorisés. Par ailleurs, l'obtention du diplôme d'étude spécialisé en médecine se fera au bout de quatre ans.
Un bonus accordé pour les étudiants boursiers
Parce qu'ils sont tombés malades ou qu'ils étaient confinés et n'ont pu rejoindre leur université pour leurs examens, certains étudiants luxembourgeois devront prolonger leur inscription en faculté. Les députés envisagent donc aussi une rallonge dans les aides.
Les étudiants à la rescousse de la rentrée
A cinq jours de la reprise des écoliers du fondamental, le ministre de l'Education a passé un grand oral face aux députés ce matin. Claude Meisch a notamment présenté qui allait encadrer les jeunes "en semaine B".
ARCHIV - 07.03.2019, Niedersachsen, Gehrden: Schüler einer 5. Klasse lernen mit iPads im Englischunterricht an der Oberschule Gehrden in der Region Hannover. Niedersachsens Kultusminister Tonne (SPD) übergibt am 17.01.2020 in Helmstedt die ersten Bewilligungsbescheide aus dem Digitalpakt Schule. Foto: Julian Stratenschulte/dpa +++ dpa-Bildfunk +++