Changer d'édition

Les étrangers pourront intégrer la police
Luxembourg 3 min. 19.05.2020

Les étrangers pourront intégrer la police

Les besoins en hommes de la police ne parviennent pas à être comblés dans un pays en constante évolution démographique.

Les étrangers pourront intégrer la police

Les besoins en hommes de la police ne parviennent pas à être comblés dans un pays en constante évolution démographique.
Photo: Steve Remesch
Luxembourg 3 min. 19.05.2020

Les étrangers pourront intégrer la police

Le manque de personnel au sein du corps grand-ducal reste un frein à la concrétisation de la réforme de la police lancée en 2018. L'idée d'incorporer des citoyens issus de toute l'Union européenne fait un pas en avant à la Chambre des députés.

(MF avec Morgan Kunzmann) – Il y a presque un an, François Bausch (Déi Gréng), ministre de la Sécurité Intérieure, avait annoncé un renforcement substantiel des effectifs policiers «comme jamais jusqu'ici». C'est la seule voie pour atteindre les trois principaux objectifs de la réforme de la police de 2018. A savoir la modernisation de la police, la multiplication des unités sur le terrain et une plus grande proximité avec les citoyens.


Bausch promet un recrutement «substantiel» de policiers
De 2020 à 2022 inclus, les effectifs de la police grand-ducale seront étoffés «comme jamais jusqu'ici», a promis vendredi le ministre de la Sécurité intérieure. A partir de ce samedi et durant un mois les inscriptions sont ouvertes pour la carrière C1 d'inspecteur.

Le manque chronique de personnel a d'emblée été abordé par François Bausch, mardi à la Chambre, dans le cadre d'un débat de consultation portant sur la réforme de la police. Les nouveaux défis auxquels sont confrontés la société mais aussi la police, tels que la numérisation des processus de travail et les nouvelles formes de criminalité, comme la cybercriminalité ou la criminalité financière, nécessitent le recrutement de spécialistes hautement qualifiés.

Et «la police n'est pas la seule administration de l'Etat à être confrontée à cette difficulté. Si un appareil d'État ne peut recruter que dans un vivier formé de 50 % de la population, cela conduit nécessairement, à un moment donné, à une impasse», a relevé le député Marc Baum (Déi Lénk). 

Croissance démographique et des frontaliers «sous-estimée»

«Le pays a connu une croissance de 220.000 habitants au cours des 25 dernières années, et pas seulement en termes de population», souligne François Bausch, faisant référence à la croissance exponentielle des frontaliers ces dernières années. En clair, le pays peut compter jusqu'à 850.000 citoyens dans le pays les jours ouvrables, une «situation  de fait qui a été sous-estimée par la politique», confesse le ministre. Les conséquences en cascade se répercutent directement sur le travail de la police car «plus il y a de gens dans le pays, plus il y a d'accidents de voiture et de crimes commis», explique François Bausch.


Contacto.Daniel da Silva Pinto. Polizist.Gefangenentransport,Police. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Recruter des non-Luxembourgeois pour étoffer la police
Dans la police, comme dans l'armée, le recrutement pose problème. Le ministre François Bausch veut se donner de nouveaux moyens et n'exclut pas de recruter des personnels ne possédant pas la nationalité. Sous certaines conditions. La toute première étant de parler la langue nationale.

Pour pallier l'inextricable situation, le recrutement d'étrangers issus de pays de l'Union européenne, avait déjà été envisagé il y a un an, précisément, par le même François Bausch. Il s'était alors heurté à une résistance en interne. Le  Syndicat national de la police grand-ducale (SNPGL), principal syndicat de police, sortant son veto pour s'opposer au recrutement de cadres policiers non luxembourgeois. Avec l'argument que «les candidats ne manquent pas», devenu caduc aujourd'hui.

Autant dire que la proposition de loi qui permettrait aux étrangers de rejoindre les forces de l'ordre, déposée par le député Léon Gloden (CSV) arrive comme une planche de salut pour François Bausch. «Bien sûr, comme pour les autres administrations, il faut vérifier que les policiers maîtrisent les trois langues du pays», précise bien le député de l'opposition. 

Il préconise aussi d'examiner, «comme c'est le cas dans l'armée, si l'engagement dans la police pourrait entraîner une réduction du délai de cinq ans pour l'obtention de la nationalité luxembourgeoise». Tous les partis, à l'exception de l'adr, ont soutenu la proposition de loi. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Cité policière va doubler de surface au Findel
Déjà installée tout près de l'aéroport, la police pourrait rapidement disposer d'une cité deux fois plus grande si l'Etat rachète le complexe voisin. «Une occasion à ne pas rater», explique André Bauler qui présentera sous peu le projet de loi à la Chambre.
12.9. Police Grand ducale , Kalchesbreck / Visite Grand duc Henri foto: Guy Jallay
847 nouvelles embauches dans la police
Syndicats de policiers et ministère de la Sécurité intérieure se sont mis d'accord sur les recrutements à venir d'ici 2022. Dès l'an prochain, 207 fonctionnaires et 80 civils viendront grossir les rangs.
Bausch promet un recrutement «substantiel» de policiers
De 2020 à 2022 inclus, les effectifs de la police grand-ducale seront étoffés «comme jamais jusqu'ici», a promis vendredi le ministre de la Sécurité intérieure. A partir de ce samedi et durant un mois les inscriptions sont ouvertes pour la carrière C1 d'inspecteur.
La police et le gouvernement trouvent un accord
Après dix jours de négociation, les syndicats de la police ont enfin trouvé un accord réglementant le paiement des heures supplémentaires et l'aménagement du temps de travail. Les effectifs seront également revus à la hausse.
600 candidats pour le concours de la police
«Il n'y a aucun problème à trouver des candidats de nationalité luxembourgeoise en nombre suffisant pour combler les manques d'effectifs» dans la police, affirme le SNPGL qui pousse le ministre Bausch à recruter. Mais la «finalisation des accords» n'est pas pour demain.
Lors de la cérémonie d'assermentation de la 15e promotion inspecteurs de la police grand-ducale.
Le SNGPL refuse les cadres policiers non luxembourgeois
Le principal syndicat de la police indique jeudi que les emplois de la force publique doivent être «réservés aux citoyens de nationalité luxembourgeoise». Et s'oppose à l'idée de leur ministre de tutelle, estimant que «les candidats ne manquent pas».
Cérémonie d'assermentation de la 15e promotion inspecteurs de la police grand-ducale.
Recruter des non-Luxembourgeois pour étoffer la police
Dans la police, comme dans l'armée, le recrutement pose problème. Le ministre François Bausch veut se donner de nouveaux moyens et n'exclut pas de recruter des personnels ne possédant pas la nationalité. Sous certaines conditions. La toute première étant de parler la langue nationale.
Contacto.Daniel da Silva Pinto. Polizist.Gefangenentransport,Police. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort