Changer d'édition

Les Eschois échangent sur la «Lentille Terres Rouges»
Luxembourg 4 4 min. 16.08.2019

Les Eschois échangent sur la «Lentille Terres Rouges»

Les anciennes friches d'Esch/Alzette «Lentille Terres Rouges» inoccupées depuis 1977.

Les Eschois échangent sur la «Lentille Terres Rouges»

Les anciennes friches d'Esch/Alzette «Lentille Terres Rouges» inoccupées depuis 1977.
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 4 4 min. 16.08.2019

Les Eschois échangent sur la «Lentille Terres Rouges»

Marc AUXENFANTS
Marc AUXENFANTS
Des workshops de réflexion organisés sur le projet d'urbanisation de l'ancienne friche industrielle proche de la frontière française devraient alimenter les développements du futur quartier qui accueillera 3.000 habitants à l'horizon 2035.

Le projet d'urbanisation «Rout Lëns» («Lentille Terres Rouges») avance. Ce samedi s'est tenu le premier des deux ateliers de réflexion sur le développement de la friche industrielle d'Esch/Alzette. Le second workshop aura lieu le 11 mai prochain. L'objectif est de convier les Eschois et de collecter leurs doléances sur le quartier en gestation jouxtant la frontière française: notamment sur la qualité de vie, l’environnement, la mixité, ou encore sur la réhabilitation du patrimoine industriel. 

Eric Lux, le directeur de l'entreprise de développement immobilier Iko Real Estate compte redonner vie au site de 10,5 hectares inoccupé depuis 1977, qu'il avait racheté en 2004 à l'aciériste ArcelorMittal, pour un montant non communiqué par l'expert immobilier.

Nouvel espace urbain

Le nouvel espace d'urbanisation neutre en CO2 devrait inclure des logements, des équipements publics (centres scolaires, médicaux, sportifs…), des bureaux, des commerces et des services de proximité. «C'est un emplacement exceptionnel, avec une grande zone urbaine et une vraie vie, où coexistent des vieux bâtiments, le tout entouré de nature… Tous les ingrédients sont réunis pour en faire un bon projet», explique-t-il dans une interview au Luxemburger Wort

Environ 3.000 habitants devraient à terme y emménager. Interrogé sur les prochaines étapes du projet lancé il y a 18 mois, Eric Lux dit attendre d'avoir collecté les commentaires et réflexions des gens, avant d'entamer la phase suivante de planification.


Eric Lux (Iko Real Estate), le promoteur du projet «Lentille Terres Rouges»
Eric Lux (Iko Real Estate), le promoteur du projet «Lentille Terres Rouges»
Photo: Guy Wolff

 

«Nous avons conçu des plans directeurs, mais nous les avons déjà améliorés trois ou quatre fois depuis,» explique-t-il. «Aujourd'hui, près de 250 personnes ont déjà rempli un questionnaire en ligne sur le projet, et nous incorporons ces retours au fur et à mesure. Une fois les deux ateliers terminés, le projet sera à nouveau amélioré». La commune d'Esch a elle aussi son mot à dire. Inutile donc pour le développeur de préparer des plans trop tôt à l'avance: «Nous nous concentrons tout d'abord sur la première phase. Il y a une école à créer le plus tôt possible, car elle répond aux besoins de la municipalité,» justifie-t-il.

Selon lui, le programme d'urbanisme devrait cependant durer entre dix et douze ans. «C'est un chantier en développement continu, et c'est tant mieux, car les projets statiques sont ennuyeux,» note-t-il.

  «Le sud ne sera pas une cité dortoir de la capitale» (Claude Turmes, ministre de l'Aménagement du territoire (Déi Gréng) 

Le nouveau quartier sera organisé autour des anciens bâtiments industriels. Seuls, quatre d'entre eux seront conservés. Selon les vœux des gens, ils devraient être accessibles. Le long mur qui court jusqu'à Audun-le-Tiche sera aussi préservé.

«Clairement, il ne s'agit pas d'une décision financière. Parce que rénover de vieux édifices, cela coûte beaucoup d'argent,» précise Eric Lux. «Cela coûte beaucoup plus cher que d'en construire de nouveaux. Mais un tel endroit a une histoire et une âme…». Pour des raisons de pollution essentiellement, les silos seront eux toutefois démolis.

Enjeu démographique

La «Lentille Terres Rouges» participera-t-elle en 2022 aux festivités commémorant la capitale européenne de la culture? «La Ville d'Esch nous a posé la question. Nous sommes heureux d'y prendre part. Cependant, nous sommes une entreprise, et notre objectif n'est pas d'être une organisation caritative,» répond Eric Lux.  «L'argent gagné doit être investi dans d'autres projets. Mais l'essentiel n'est pas une rentabilité fixe à atteindre. Sinon, vous vous limitez tellement que vous ne pouvez pas aller de l'avant».

Tout comme à Schifflange et à Dudelange, le projet «Lentille Terres Rouges» fait partie des programmes de réhabilitation des anciennes friches lancés par le Luxembourg.

À la fois partie intégrante de l'histoire du pays, celles-ci en symbolisent le futur. Un enjeu démographique pour le Grand-Duché, qui enregistre à l'heure actuelle une arrivée de quelque 11.000 nouveaux habitants chaque année. Soit l'équivalent de la population de la commune de Bettembourg.

Enjeu économique pour Claude Turmes (Déi Gréng) également. Le ministre de l'Aménagement du territoire compte sur ces chantiers pour «renforcer la création d'emplois dans cette partie du pays» et en faire autre chose que des «cités dortoirs de la capitale».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le nouveau quartier Alzette s'expose
Le résultat de l'atelier de conception du projet d'urbanisation des anciennes friches industrielles de l'Arbed entre Esch et Schifflange, baptisé provisoirement «Uelzecht», a été présenté jeudi soir.
A la découverte des friches industrielles
Nombreux ont été ceux qui ont suivi l'appel, samedi, à participer au processus de participation citoyenne pour la revitalisation des 62 hectares situés entre Esch-sur-Alzette et Schifflange.
Quartier Alzette - Workshop - porte ouverte - Esch/Alzette - Quartier Alzette - 30/03/2019 - photo: claude piscitelli
«Le sud ne sera pas une cité dortoir de la capitale»
Alors que le processus de réhabilitation des anciennes friches de Schifflange et des Lentilles Terres Rouges a été lancé, Claude Turmes (Déi Gréng), ministre de l'Aménagement du territoire détaille le futur de ces sites.
Ehemaliges Stahlwerksgeländes Esch/Schifflange - ARBED - Esch-Schifflange - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
1.000 logements sur la friche industrielle de Dudelange
Lorsqu'un nouveau quartier doit être construit dans une commune, il est habituellement déjà planifié de A à Z au moment de la présentation du projet au grand public. Mais pour le quartier «Neischmelz», à la sortie de Dudelange en direction de la France, il a été décidé de procéder différemment.
quartier Nei Schmelz Dudelange - Photo : Pierre Matgé