Changer d'édition

Les enseignants habillent Meisch pour la rentrée
Luxembourg 13.09.2016 Cet article est archivé
SEW/OGBL

Les enseignants habillent Meisch pour la rentrée

Les enseignants se sentent complètement écartés de la politique éducative de Claude Meisch
SEW/OGBL

Les enseignants habillent Meisch pour la rentrée

Les enseignants se sentent complètement écartés de la politique éducative de Claude Meisch
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 13.09.2016 Cet article est archivé
SEW/OGBL

Les enseignants habillent Meisch pour la rentrée

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
A deux jours de la rentrée scolaire luxembourgeoise, le syndicat des enseignants SEW/OGBL ne mâche pas ses mots quant aux méthodes du ministre de l'Education.

(mig / CR) - Le syndicat SEW/OGBL accuse le ministre de l'Éducation nationale, Claude Meisch, de délibérément tenir les enseignants à l'écart de la conception des politiques éducatives. 

La politique libérale de Claude Meisch menace le développement de l'éducation publique et de la cohésion sociale dans la société, a déclaré Patrick Arendt, le président du syndicat. Selon lui, cette politique favorise l'égoïsme et la rivalité dans les écoles, laissant au passage de nombreux enfants sur le carreau.

Le SEW/OGBL déplore le fait que Claude Meisch n'écoute pas les enseignants et parle d'un dialogue factice: au lieu d'impliquer les enseignants dans l'élaboration des réformes, il se contenterait de les informer sur des décisions déjà prises.

Patrick Arendt, président du SEW-OGBL
Patrick Arendt, président du SEW-OGBL
Photo: archives / Anouk Antony

Des problèmes urgents sans solution

Patrick Arendt accuse Claude Meisch de briller en public avec de grandes annonces qui ne sont pas suivies d'actes, car les mesures sont mal préparées ou tout simplement non réalisables. 

Le syndicat dénonce des ressources financières qui seraient mal investies dans le système d'éducation, et des écoles de plus en plus placées en compétition les unes avec les autres, renforçant les inégalités sociales.

En ce qui concerne l'enseignement secondaire, l'opinion du SEW/OGBL n'est pas meilleure. Là encore, Claude Meisch est accusé de multiplier les annonces spectaculaires sans que, dans les écoles, des changements fondamentaux n'interviennent, selon le vice-président du SEW/OGBL, Jules Barthel.

A titre d'exemple, Barthel cite la nouvelle école internationale de Differdange: une demande bien supérieure aux places disponibles, mais difficile d'avoir des réponses quant aux critères de sélection des élèves. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bien que le ministère de l'Education nationale et la CGFP aient conclu, mardi, un accord sur l'accès des non-fonctionnaires aux postes de direction des lycées, le SEW/OGBL et l'Apess entendent poursuivre leur lutte contre «la privatisation sournoise de l'enseignement public».
Politik-SEW Manifestation - Fir e sënnvolle Stage foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Dans la foulée du ministre de l'Éducation, l'OGBL a commenté ce vendredi la rentrée scolaire. Dans la ligne de mire du syndicat : le retard scolaire, le manque de clarté des dispositions anti-covid et le coding cher au ministre DP.
Lokales, Rentrée in Bettemburg (Schoul am Duerf), Schule, Maske, Maskenpflicht, Corona, Covid-19, Schoulrentrée, Grundschule, Fondamental, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
L'inspection de l'enseignement fondamental sera entièrement remodelée comme l'a expliqué Claude Meisch mardi: 15 régions gérées par des équipes de direction remplaceront les 20 arrondissements d'inspection en place jusqu'ici.
Claude Meisch: «Nous ne remplaçons pas l'inspecteur par un directeur isolé mais par des équipes de direction qui travailleront de façon collégiale».
Le SEW critique l'accord pour l'enseignement fondamental
Patrick Arendt, le président du SEW, se sent mis à l'écart. Le ministre de l'Education nationale et le SNE ont signé l'accord portant sur la politique éducative dans le fondamental sans tenir compte de son syndicat.
Patrick Arendt, le président du SEW-OGBL, se sent mis à l'écart.
Le ministre de l'Education nationale et le Syndicat national des enseignants ont signé lundi un accord fixant la politique éducative pour le restant de la législature. Il n'y aura plus de mesures d'économies, un meilleur encadrement des enfants en difficultés et l'embauche de 150 instituteurs spécialisés.
Plus d'autonomie pour les écoles, un lycée MINT dédié aux sciences, un Centre pour le développement scolaire,... le ministère de l'Education nationale déborde de projets de réforme. Juste avant la rentrée de 135.900 élèves, Claude Meisch, fait le point et réaffirme sa politique éducative axée sur le multilinguisme, une prise en charge différenciée et centrée sur l'élève.
Claude Meisch lors de la conference de presse au Lyc�e de gar�ons a LuxembourG, le 14 Septembre 2015. Photo: Chris Karaba