Changer d'édition

«Les élus de plus en plus sous les feux de la rampe»
Luxembourg 6 min. 11.02.2020 Cet article est archivé

«Les élus de plus en plus sous les feux de la rampe»

Pour le docteur Gilles Michaux, «faire publiquement état d'une maladie ou d'un burn-out reste avant tout une décision strictement personnelle»

«Les élus de plus en plus sous les feux de la rampe»

Pour le docteur Gilles Michaux, «faire publiquement état d'une maladie ou d'un burn-out reste avant tout une décision strictement personnelle»
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 6 min. 11.02.2020 Cet article est archivé

«Les élus de plus en plus sous les feux de la rampe»

L'épuisement psychologique guette les hommes et femmes politiques, même si le sujet demeure encore largement plus tabou que dans d'autres professions. Le psychothérapeute Gilles Michaux apporte son éclairage sur la question.

(JFC, avec jt) - «Je suis à nouveau un homme libre.» Ainsi s'exprimait la semaine dernière Etienne Schneider (LSAP), vice-Premier ministre et ministre de l'Economie démissionnaire. A elle seule, cette phrase illustre les charges énormes qui pèsent sur les épaules des personnalités politiques de haut rang. Entre les jeux de pouvoir, les semaines de 100 heures et les attaques personnelles, le burn-out guette clairement les responsables politiques de tous bords. Psychothérapeute au Centre de recherche public de la Santé à Luxembourg, le docteur Gilles Michaux explique les symptômes qui doivent déclencher la sonnette d'alarme.

Docteur Michaux, lors de l'annonce de sa démission en décembre, Etienne Schneider avait déclaré qu'après huit années de mandat, il avait «besoin de temps libre» et voulait «retrouver sa vie». Qu'en pensez-vous?

Gilles Michaux - «Si le travail commence à prendre trop de place, le besoin de repos et de détente se fait de plus en plus ressentir. A partir de ce moment, vous avez tendance à pondérer différemment les différents compartiments de votre vie, comme par exemple consacrer plus de temps avec votre famille ou s'accorder davantage de temps libre. Cela peut être considéré comme une stratégie judicieuse pour éviter le burn-out.


Politik, Rücktritt Etienne Schneider und Vereidigung Franz Fayot  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Etienne Schneider «heureux» de remettre les pieds sur terre
Vice-Premier ministre et ministre de l'Economie durant huit ans, Etienne Schneider, a «volontairement» démissionné ce mardi. Le départ de «Mister space mining» provoque un troisième remaniement gouvernemental en treize mois et propulse Franz Fayot.

Si l'ancien président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker (CSV) s'est souvent montré ouvert à cette problématique, le monde politique luxembourgeois en général évoque très rarement d'éventuelles faiblesses physiques ou psychologiques. Comment expliquez-vous ce tabou?

«Faire publiquement état d'une maladie ou d'un burn-out reste avant tout une décision strictement personnelle. Cependant, lorsque la maladie ou la déficience devient de plus en plus visible dans la fonction que l'on occupe, les spéculations commencent naturellement à se faire jour: "Est-il toujours à la hauteur?" A partir de ce moment-là, il devient sans doute opportun de faire une communication publique. Mais je reste d'avis qu'il est préférable d'en parler d'abord à son entourage immédiat et d'obtenir un feed-back, avant de rendre la chose publique.

Les hommes et femmes politiques sont-ils plus exposés au risque de burn-out ou de dépression que les autres professions?

«Le syndrome de burn-out se manifeste dans pratiquement toutes les professions. Au Luxembourg, environ 12 à 16% des employés sont concernés. Ainsi, on a parfois tendance à catégoriser le burn-out comme une "maladie de manager". Ce, alors qu'a contrario, l'indice de qualité au travail établi par la Chambre des salariés souligne que les cadres sont beaucoup moins affectés par l'épuisement professionnel que les ouvriers. Quant à savoir si la dépression ou le burn-out sont plus répandus dans le monde politique que dans d'autres secteurs d'activités, cette question n'a jamais fait l'objet de recherches suffisamment poussées.


17.08.12 Ministere d Etat,Staatsministerium,Foto:Gerry Huberty
Politiques et administrations «atteignent leurs limites»
Les récents remaniements gouvernementaux et l'intense jeu de chaise musicale à la Chambre démontrent que le Luxembourg peine à suivre le rythme de sa croissance économique. Particulièrement au niveau de son personnel politique et de son administration, estime Philippe Poirier, professeur à l'Uni.

Les politiciens sacrifient parfois des nuits entières à d'âpres négociations, avant de se retrouver le sourire aux lèvres le lendemain matin face aux objectifs. Cela peut-il affecter leur état de santé?

«La profession d'homme politique génère sans aucun doute de plus en plus de stress. Nombreux et nombreuses sont ceux et celles qui ne parviennent plus à gérer leur agenda comme ils l'entendent, et deviennent ainsi prisonniers du calendrier de leurs rendez-vous. De plus, les élus sont aujourd'hui plus que jamais exposés sous les feux de la rampe; ils doivent toujours veiller à peser consciencieusement chaque mot prononcé, sans quoi la tempête médiatique pourrait les emporter. Au cours d'une négociation ou dans un dossier délicat, il peut arriver que la personne concernée doive réprimer des émotions négatives de plus en plus puissantes, tout en continuant à donner une image positive à l'extérieur. Cette dualité ne peut pas durer longtemps, et conduit à un moment donné à l'épuisement émotionnel. Les politiciens restent aussi avant tout des êtres humains.

Certains semblent pourtant mieux dompter le stress que d'autres. Pourquoi?

«Chaque personne possède sa propre résistance au stress. Les facteurs génétiques jouent notamment un rôle à cet égard. Mais, à l'aide de certaines techniques de relaxation ou par la définition d'un bon équilibre entre vies professionnelle et privée, il est possible d'affermir sa résistance au stress. Mais quand le vase commence doucement à déborder, il devient clair que les ressources disponibles pour la gestion du stress ne sont plus suffisantes pour faire face à une éventuelle nouvelle vague de surcharge.


IPO , Vereidigung neue Regierung DP-LSAP-Dei Greng , Xavier Bettel , warten auf Etienne Schneider , Kulturministerium , vor dem Fototermin Foto:Guy Jallay/ Luxemburger Wort
Comment les ministres gèrent-ils leur stress ?
Pression, journées à rallonge, décalage horaire... les ministres assument tous avoir «choisi» cette vie. Mais la défaillance cardiaque de leur collègue Félix Braz repose pour chacun le rapport travail/santé. Ils dévoilent comment ils gardent l'équilibre.

Existe-t-il une explication pour laquelle les personnes exerçant des responsabilités de direction semblent être mieux armées face au stress?

«Une des raisons pourrait être que les cadres possèdent généralement un niveau d'autonomie assez élevé. Ainsi, ils ont le loisir d'organiser leur propre horaire quotidien, ou à tout le moins dans une plus large mesure que les simples employés ou les ouvriers.

Quelle est la différence entre la dépression et le burn-out?

«Le burn-out renvoie souvent une connotation plus positive dans le public. Pour certains, il est "plus chic" de parler de burn-out que de dépression. En fait, il s'agit bien de deux syndromes différents, qui doivent être traités différemment, même s'il existe des liens entre les deux. Une dépression est une maladie qui se manifeste notamment par une humeur dépressive et un manque de joie et de dynamisme. Le burn-out, en revanche, n'est pas une maladie, mais un état causé par un stress chronique et des demandes excessives continuelles. On continue à faire preuve d'un engagement fort pour son travail, même si la fatigue mentale se fait déjà sentir.


«Nous sommes tous en situation de stress»
François Bausch est revenu, ce lundi matin, sur les dossiers chauds du gouvernement. A savoir: le remplacement de Félix Braz par Sam Tanson au ministère de la Justice, le fichier central de la police grand-ducale et les questions concernant les transports.

Quels sont les symptômes d'un burn-out?

«Les personnes qui en souffrent peuvent sembler cyniques, agressives et facilement irritables pour leur entourage. Les signaux d'alarme sont des maux de tête, des acouphènes, de l'hypertension artérielle, des troubles du sommeil ou des problèmes digestifs.

La numérisation galopante de la société nous soumet-elle à un stress supplémentaire?

«Les maladies mentales liées au travail étaient déjà diagnostiquées lors de l'industrialisation au XIXe siècle. À cette époque, la société était confrontée à une accélération sans précédent, semblable à celle que nous connaissons aujourd'hui. Grâce à la numérisation et aux médias sociaux, l'information se répand désormais très rapidement. Cette accélération peut également être un facteur de stress.»


Sur le même sujet

Etienne Schneider «heureux» de remettre les pieds sur terre
Vice-Premier ministre et ministre de l'Economie durant huit ans, Etienne Schneider, a «volontairement» démissionné ce mardi. Le départ de «Mister space mining» provoque un troisième remaniement gouvernemental en treize mois et propulse Franz Fayot.
Politik, Rücktritt Etienne Schneider und Vereidigung Franz Fayot  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Politiques et administrations «atteignent leurs limites»
Les récents remaniements gouvernementaux et l'intense jeu de chaise musicale à la Chambre démontrent que le Luxembourg peine à suivre le rythme de sa croissance économique. Particulièrement au niveau de son personnel politique et de son administration, estime Philippe Poirier, professeur à l'Uni.
17.08.12 Ministere d Etat,Staatsministerium,Foto:Gerry Huberty
Eugène Berger n'est plus
Le chef de fraction DP est décédé ce mardi a annoncé officiellement Mars Di Bartolomeo (LSAP) lors de la séance plénière. Cette dernière a été ajournée jusqu'à mercredi. Il avait 59 ans.
Débat Etat de la nation - Eugène Berger - DP - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Comment les ministres gèrent-ils leur stress ?
Pression, journées à rallonge, décalage horaire... les ministres assument tous avoir «choisi» cette vie. Mais la défaillance cardiaque de leur collègue Félix Braz repose pour chacun le rapport travail/santé. Ils dévoilent comment ils gardent l'équilibre.
IPO , Vereidigung neue Regierung DP-LSAP-Dei Greng , Xavier Bettel , warten auf Etienne Schneider , Kulturministerium , vor dem Fototermin Foto:Guy Jallay/ Luxemburger Wort
«Nous sommes tous en situation de stress»
François Bausch est revenu, ce lundi matin, sur les dossiers chauds du gouvernement. A savoir: le remplacement de Félix Braz par Sam Tanson au ministère de la Justice, le fichier central de la police grand-ducale et les questions concernant les transports.
L'état de santé de Félix Braz «s'est stabilisé»
Toujours hospitalisé en Belgique suite à un malaise cardiaque en août, le ministre de la Justice «n'est plus en danger de mort» a assuré Xavier Bettel ce vendredi. Mais le Premier ministre indique qu'il est toujours dans un «état de conscience minimal».