Changer d'édition

«Les écoles seront sollicitées pour intégrer les enfants réfugiés»
Luxembourg 3 min. 14.09.2015 Cet article est archivé
Rentrée scolaire

«Les écoles seront sollicitées pour intégrer les enfants réfugiés»

Rentrée scolaire

«Les écoles seront sollicitées pour intégrer les enfants réfugiés»

Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 14.09.2015 Cet article est archivé
Rentrée scolaire

«Les écoles seront sollicitées pour intégrer les enfants réfugiés»

Alors que l'école de Weilerbach accueillera dès cette rentrée 14 réfugiés, le ministère de l'Education nationale a mis en place une Task force pour préparer l'arrivée d'enfants réfugiés dans les écoles luxembourgeoises.

Par Maurice Fick et Virginie Orlandi

Alors que l'école de Weilerbach accueillera dès cette rentrée 14 réfugiés, le ministère de l'Education nationale a mis en place une Task force pour préparer l'arrivée d'enfants réfugiés dans les écoles luxembourgeoises, tout au long de l'année.

«La crise des réfugiés marquera sous doute cette rentrée et toute l'année scolaire», a prévenu le ministre de l'Education nationale, Claude Meisch, en faisant le point sur sa politique éducative et les changements à venir dans les écoles.

Alors qu'en moyenne «30 réfugiés arrivent au Luxembourg chaque jour» et que le gouvernement Bettel a identifié, vendredi, trois sites d'accueil d'urgence pour pouvoir accueillir 640 réfugiés si besoin, il est d'ores et déjà prévisible que «les écoles seront sollicitées pour intégrer chez nous, des enfants qui viennent d'autres pays, parlent d'autres langues et pratiquent une autre écriture», a annoncé lundi Claude Meisch.

Pour répondre à ce nouveau défi de taille, le ministère de l'Education nationale a «créé une Task force pour prendre à bras le corps ce défi et s'y préparer, sans que nous sachions précisément, pour l'heure, quelle sera l'ampleur du phénomène et ce qu'on attend de nous exactement. le gouvernement, a décidé, et ça compte aussi pour l'école, que nous mettions à disposition toutes les ressources nécessaires pour faire face à cette situation», a encore expliqué le ministre.

Ils sont arrivés la semaine dernière et rentrent ce mardi

L'école de Weilerbach accueille pour cette rentrée 57 enfants au sein de ses classes allant du précoce à la fin de l'école élémentaire avec, cette année, la particularité d'avoir dans ses effectifs des écoliers fort médiatisés puisque parmi les 42 personnes recueillies la semaine dernière, 14 enfants vont intégrer les classes de Weilerbach.

«Ces enfants vont surtout entrer en classe de précoce», explique la directrice de l'école, Manon Trombini, «Cependant, à chaque niveau, il y aura au moins un de ces enfants arrivés la semaine dernière au Luxembourg. Weilerbach est une école et un centre d'hébergement qui permet aux familles de réfugiés d'attendre que leurs papiers officiels leur soient donnés. Ensuite, les familles partent dans une autre commune et les enfants fréquentent alors d'autres écoles.»

Parmi les 42 réfugiés, on comptait 21 enfants et 14 vont faire leur rentrée ce 15 septembre, les 7 autres sont soit trop jeunes pour l'école, soit en âge de rentrer au lycée.

«Ils parlent arabe»

Ces enfants syriens ne parlent pour l'instant que l'arabe et vont pourtant intégrer des classes où la langue véhiculaire n'est pas leur langue maternelle comme l'explique la directrice de l'établissement.

«Les enfants vont suivre les cours en fonction du niveau qu'ils intègrent: au précoce, c'est le luxembourgeois, en cycle 2: l'allemand et en cycles 3 et 4: le français. Au départ, il y aura un médiateur parlant l'arabe qui sera présent pour les sécuriser mais nous nous sommes rendus compte que les enfants apprennent très vite les langues étrangères et deviennent ainsi rapidement autonomes».



Sur le même sujet

Afflux de 400 réfugiés en septembre
Depuis le 1er septembre, «nous avons accueilli 400 personnes mais toutes ne vont pas rester», assure la ministre de l'Intégration. Pour l'heure le Luxembourg parvient à «digérer» l'afflux de réfugiés mais les structures d'hébergement actuelles «risquent d'arriver à saturation» très vite. Trois ministres font le point sur le Plan d'urgence d'accueil qui se met en place.
Corinne Cahen, ministre de la Famille et de l'Intégration: «Tout demandeur de protection internationale a le droit d'être accueilli».
Plus d'autonomie pour les écoles, un lycée MINT dédié aux sciences, un Centre pour le développement scolaire,... le ministère de l'Education nationale déborde de projets de réforme. Juste avant la rentrée de 135.900 élèves, Claude Meisch, fait le point et réaffirme sa politique éducative axée sur le multilinguisme, une prise en charge différenciée et centrée sur l'élève.
Claude Meisch lors de la conference de presse au Lyc�e de gar�ons a LuxembourG, le 14 Septembre 2015. Photo: Chris Karaba
Comme l'a expliqué Corinne Cahen, ministre de l'Intégration, «chaque jour, 30 réfugiés arrivent au Luxembourg». Face à l'afflux de réfugiés, le Conseil de gouvernement a décidé vendredi de mobiliser trois sites pour pouvoir les accueillir dans l'urgence.
Corine Cahen, ministre de l'Intégration, a révélé les trois sites d'accueil d'urgence qui permettront dorénavant d'accueillir les réfugiés affluant au Luxembourg.
Ils ont fui un pays ravagé par une guerre sans merci. Piégés entre la dictature du président Bachar el Assad et l'épouvantable barbarie répandue par Daech, ces familles syriennes ont dû fuir, tout laisser derrière eux, laisser leur vie en suspens. Survivre et protéger leurs enfants.
Tous nos articles sur la crise des réfugiés en Europe et l'arrivée de familles de réfugiés au Luxembourg.
Migrant girl with a teddy bear waits with other migrants for their transport at the police collection point close to the Hungarian-Serbian border near Roszke village on September 6, 2015. Europe is deeply divided over how to handle the continent's biggest refugee crisis since the end of World War II. AFP PHOTO / CSABA SEGESVARI