Changer d'édition

Les drôles de mœurs de l'Unité spéciale de la police
Luxembourg 2 min. 31.07.2020

Les drôles de mœurs de l'Unité spéciale de la police

Les quelque 70 policiers de l'USP doivent être «aptes du point de vue psychique et physique» et avoir moins de 35 ans.

Les drôles de mœurs de l'Unité spéciale de la police

Les quelque 70 policiers de l'USP doivent être «aptes du point de vue psychique et physique» et avoir moins de 35 ans.
Photo: Guy Wolf
Luxembourg 2 min. 31.07.2020

Les drôles de mœurs de l'Unité spéciale de la police

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Alors que trois policiers avaient dénoncé des exercices subis en formation, l'enquête de l'inspection générale de la police a conclu à des faits «inadmissibles». Pour autant, aucune sanction pénale ne vient sanctionner des méthodes d'entraînement peu usuelles.

Entraînement ou harcèlement ? Lors d'une formation de l'Unité spéciale de la police (USP), des participants ont eu l'ordre de traverser un étang à la nage. Jusque-là, rien de surprenant pour des policiers amenés à gérer prises d'otage, mener des actions antiterroristes ou s'engager dans des arrestations délicates. Oui, mais voilà. Les candidats ont dû réaliser l'exercice nus et partiellement filmés. 

Selon le SNPGL, syndicat majoritaire dans la police, les exercices seraient même allés plus loin. Avec notamment «des coups de pied aux parties génitales tout en n’ayant pas le droit de broncher ou de se protéger» ou l'obligation de «se tirer dessus à tour de rôle, torse nu, avec des munitions d'exercice non létales». 

L'Unité spéciale de la police a été mis en place en 1979.
L'Unité spéciale de la police a été mis en place en 1979.
Photo : Guy Wolff

Si les faits remontent à 2015, ils n'ont cependant été dénoncés que deux ans plus tard par trois participants. Le commandant de l'USP n'en a été informé qu'en janvier 2019, précise le ministre de l'intérieur Henri Kox (Déi Gréng) dans une réponse parlementaire publiée vendredi. De son côté, le Parquet de Luxembourg a lui jugé que les faits ne constituaient «pas une infraction». Aussi, a-t-il décidé de «ne pas donner de suites pénales» au dossier, révèle le ministre.

Absence de sanction  

L'Inspection générale de la police (IGP) s'est toutefois saisie de l'affaire. L'enquête, achevée le 31 mars dernier, a bel et bien confirmé le déroulement de telles scènes. Mais elle a également mis en évidence des «contradictions», tant dans les déclarations des plaignants que dans les rapports internes. L'IGP a toutefois conclu que les procédés des instructeurs étaient «inadmissibles» et constituaient «un manquement certes unique, mais grave». 

Pour autant, aucune sanction administrative n'a pour l'heure été prononcée, la charge étant laissée au directeur de l'USP de «donner les suites nécessaires» découlant des conclusions de l'enquête. 


Razzia Perigord Verhaftung Festnahme Drogen Srec Police Polizei
La police améliore son efficacité en 2019
En 2019, agents et enquêteurs luxembourgeois ont réussi à résoudre 53,9% des faits de délinquance dont ils ont eu connaissance. Dans le même temps, le pays voit le nombre d'infractions commises progresser aussi (+4%)

Contacté, le ministère de la Sécurité intérieure ne s'est pas exprimé sur le sujet. En conclusion de son enquête, l'IGP a toutefois rappelé que le programme de formation devait «faire l'objet d'un concept clair et structuré», mettant l'accent sur le dialogue afin notamment d'expliquer «les raisons d'être des exercices». 

De son côté, Henri Kox précise que la formation a été «repensée et adaptée». Toute modification doit par ailleurs dorénavant être validée préalablement par le directeur de l'USP. Avant ces faits, en 41 ans, la discrète unité n'avait jamais suscité de vagues. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'AET derrière chaque accident mortel
L'Administration des enquêtes techniques étudie les circonstances de chaque accident ayant entraîné la mort sur les routes du Luxembourg. Son but : déterminer les améliorations d'infrastructures à apporter au réseau pour qu'il soit le moins risqué possible.
Zwei PKW stiessen frontal zusammen
Trois ans pour gonfler les effectifs de la police
Pour contrer la pénurie actuelle de personnel, la police passe à l'offensive. Elle prévoit ainsi un plan de recrutement massif avec la création de 847 nouveaux postes d'ici 2023. Avec aussi, une toute nouvelle procédure d'admission, «adaptée aux défis sociétaux».
Blitzer-Marathon der Police, Polizei, Grand-Ducale, N13, Frisange, le 18 avril 2018. Photo: Chris Karaba
31 enquêteurs traquent les abus sexuels sur mineurs
A la section «Protection de la jeunesse et Infractions à caractère sexuel» de la police judiciaire, une trentaine d'agents spécialement formés mènent la chasse contre ce type de criminalité. Un travail dont la qualité «n'a pas pâti» de la réforme de la police opérée en 2018, selon Henri Kox.
Henri Kox propulsé ministre de la Sécurité intérieure
Déjà ministre du Logement depuis le remaniement gouvernemental d'octobre 2019, celui qui était également sous la tutelle de François Bausch (Déi Gréng) pour ce volet, devient ce jeudi le seul titulaire de ce portefeuille. Il hérite donc de tous les dossiers concernant la police.
Contacto, Interview Henri Kox, Foto: Lex Kleren/Contacto