Changer d'édition

Les droits si fragiles des enfants
Luxembourg 3 min. 20.11.2019

Les droits si fragiles des enfants

Maltraitance, abus, problème de garde, d'accès aux soins, à la sécurité : même au Luxembourg, les enfants restent sous pression.

Les droits si fragiles des enfants

Maltraitance, abus, problème de garde, d'accès aux soins, à la sécurité : même au Luxembourg, les enfants restent sous pression.
Luxembourg 3 min. 20.11.2019

Les droits si fragiles des enfants

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'Ombudscomité fir d’Rechter vum Kand s'est penché sur 129 nouveaux cas d'enfants vivant au Luxembourg et dont les droits ne sont pas respectés. Parmi les dossiers traités, un quart concernent de jeunes étrangers en situation précaire.

Chaque enfant a le droit à la vie, à la survie et au bon développement. Ces trois règles tiennent presque lieu d'évidence. Et pourtant. Même ici, au Grand-Duché, au cœur de l'Occident, il est des enfants ou des adolescents de moins de 18 ans pour qui le respect de ces droits fondamentaux ne relève pas du quotidien. «Et il est clair que les petits migrants accueillis au Luxembourg constituent une de nos préoccupations», souligne René Schlechter.

Et le président de l'Ombuds-Comité pour les droits de l'enfant, de relever :«Ces petits vivent sous une pression que l'on n'imagine pas. Il n'est pas ici seulement question de pauvreté, mais de tensions psychologiques. Imaginez ce que c'est pour un gamin d'aller à l'école sans savoir s'il reverra ses copains le lendemain parce que le sort de sa famille reste incertain.» Ce cas et d'autres, le Comité en a rempli son rapport annuel. Un document où l'on apprend qu'en un an, pas moins de 129 nouveaux dossiers (concernant 247 mineurs) ont été ouverts par cette structure. 

En 2019, une trentaine de signalements portaient ainsi sur des enfants migrants dont onze mineurs sans famille. «Un autre quart de notre travail concernait des situations en lien avec un divorce ou une séparation quand ce n'était pas une question de droit de visite», relève René Schlechter. Là encore, au milieu des disputes parentales, les petits sont parfois négligés.

Comme si l'enfance n'était qu'une question scolaire

Ces dossiers, ces histoires, le premier ministre Xavier Bettel (DP) en a pris connaissance. Ce 19ème rapport lui a été remis. «Et j'ai dit au chef du gouvernement que j'étais satisfait de voir que c'était lui qui prenait en main ce document. Il y a quelques années encore, je devais remettre mon rapport au ministre de l'Éducation, comme si l'enfance n'était qu'une question scolaire. Là, le Luxembourg montre qu'il saisit la dimension exacte des progrès à faire pour cette jeunesse en souffrance.»


La maltraitance des mineurs surveillée à l'école
Pour que les enfants aient le moins possible à subir de violences physiques ou psychologiques, le système scolaire s'est doté de nombreux dispositifs. Des moyens à la portée des enseignants, des parents comme des jeunes victimes.

Le président du Comité a aussi glissé quelques mots sur la crainte de nombreuses familles d'accueil luxembourgeoises. Un prochain changement dans la loi va en effet revoir la notion d'autorité parentale. Du coup, celles et ceux qui veillent sur des enfants placés craignent des frictions plus fréquentes avec les parents. «Nous pensons qu'il faudra accompagner toutes les parties pour que la situation se passe au mieux entre adultes pour la tranquillité d'esprit de l'enfant», insiste René Schlechter.

Mais au-delà de la situation nationale, le rapport remis par l'Ombuds formule aussi quelques observations sur la position du Luxembourg à l'égard des Droits définis par les Nations Unies. Là encore, il semblerait comme évident que le Luxembourg y souscrive pleinement, mais ce n'est pas tout à fait le cas. «L'Etat a ratifié les textes mais, paradoxalement, pas encore levé certaines réserves. Ce n'est pas qu'un oubli.» 

Cinq dispositions restent ainsi à valider aussi bien sur la filiation naturelle que la prohibition absolue du mariage des mineurs, l’avortement, l’accouchement anonyme et le droit de s’associer. 


Sur le même sujet

Le sexting expliqué aux ados et parents par une BD
«Envoie-moi une photo...» et, sous-entendu, ta vie va devenir un enfer. C'est le titre de la bande dessinée imaginée par les jeunes ECPAT Youth Together et le dessinateur Andy Genen pour aborder le difficile sujet du sexting. Une BD qui propose de vraies solutions.
Douze porte-parole pour tous les parents d'élèves
Pour renforcer leur rôle de partenaires incontournables de l'école, les parents des écoliers et lycéens seront représentés par un groupe de 12 représentants nationaux dès février. Ils seront désignés parmi les représentants locaux élus au courant de cet automne.
Charlemagne: première école francophone à enseigner le luxembourgeois dès le primaire.Foto:Gerry Huberty
Les crèches en plein baby-boom
Une vingtaine de nouvelles structures d'accueil pour tout-petits se voient, chaque année, délivrer le précieux agrément du ministère de l'Enfance et de la Jeunesse. Et si le chiffre ne fait qu'augmenter, le mérite en revient plus à des initiatives privées qu'aux communes ou asbl.
Stichwörter: Kind, Kinder, Betreuung, Kinderbetreuung, Crèche, Maison relais, Kindertagesstätte Chèques-Service, Sprachförderung / Foto: © Getty Images