Changer d'édition

Les douaniers flairent le diesel rouge
Luxembourg 2 min. 06.03.2020 Cet article est archivé

Les douaniers flairent le diesel rouge

Pour réduire leurs dépenses de carburant, certains routiers font leur plein avec du mazout de chauffage.

Les douaniers flairent le diesel rouge

Pour réduire leurs dépenses de carburant, certains routiers font leur plein avec du mazout de chauffage.
Photo : Shutterstock
Luxembourg 2 min. 06.03.2020 Cet article est archivé

Les douaniers flairent le diesel rouge

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La pratique n'est pas nouvelle mais avec l'augmentation du prix des carburants, certains routiers préfèrent remplir le réservoir de leur camion avec du mazout de chauffage plutôt que du diesel. Les douanes luxembourgeoises s'équipent pour détecter les fraudeurs.

«Dans le temps, c'était surtout une pratique constatée dans le nord du pays, en zone rurale. Certains fermiers remplaçant le diesel de leur automobile par le "diesel rouge". Mais c'était juste pour aller à la messe.» Aujourd'hui, Norbert Welu reconnaît que ceux qui osent ce changement de carburant sont plus nombreux sur les autoroutes que sur les chemins ruraux. Et le chef du service inspection des opérations sécuritaires à l'administration des douanes d'avouer que la traque aux contrevenants prend une place de plus en plus grande dans les missions de ses agents.

Le phénomène s'étant généralisé dans l'ensemble des pays limitrophes, dernièrement Norbert Welu était en mission en Belgique et en Allemagne. Histoire de constater comment ses homologues procédaient pour dépister les contrevenants. «Nous allons d'ailleurs changer notre mode de contrôle», prévient le fonctionnaire. D'ici l'été, les douaniers grand-ducaux disposeront d'un nouvel additif, le liquide chargé de leur indiquer en quelques secondes la véritable nature du carburant embarqué dans les réservoirs de poids lourds, engins agricoles. 

«Nous avons besoin de cet additif dans notre équipement car certains fraudeurs emploient un produit masquant qui retire l'aspect rougeâtre du mazout de chauffage. Avec ce liquide spécifique, il sera possible d'aller au-delà du constat visuel», notent les contrôleurs. 


Pour l'heure, la Police verbalise les transporteurs internationaux quittant les autoroutes pour faire le plein.
La timide chasse aux camions avides de gazole
Les poids lourds ne doivent pas prendre le Luxembourg pour une pompe à essence, il en va de la tenue des engagements climatiques du pays. Reste que pour dissuader les transporteurs internationaux de faire un crochet par le pays, le ministère de l'Energie agit prudemment.

Car si côté composition, le mazout de chauffage et le diesel de roulage se ressemblent, un colorant rouge vient distinguer le premier. Pourquoi? Simplement pour une question de taxation et donc de repérage à l'occasion de vérification. Le "diesel rouge" coûtant moins cher, la tentation est parfois irrésistible d'en remplir ses réservoirs. «Et comme l'opération se fait au détriment des recettes de l'Etat, il est normal que nous veillons à ce que chacun utilise le carburant adéquat pour son véhicule», rappelle Norbert Welu.

Les autorités luxembourgeoises restent discrètes sur le nombre de contrôles effectués et le montant des pénalités infligées. Par contre, de l'autre côté de la frontière, le SPF Finances belge se veut transparent sur la question. En 2019, sur tout le pays, le service public fédéral aura verbalisé 1.209 conducteurs pour avoir roulé au diesel rouge, contre 1.090 un an plus tôt. De quoi rapporter tout de même 652.840 euros de recettes dans les caisses du royaume voisin.

Mais, contrairement à d'autres infractions, il n'est pas question d'amendes forfaitaires dans ce type d'entorse à la loi, au Luxembourg. «Les douaniers doivent non seulement constater le flagrant délit mais aussi procéder à toute une série d'analyses du moteur pour évaluer combien de litres ont pu être détournés de leur usage, depuis combien de temps et ainsi établir le montant à payer par le fautif.» Et gare aussi aux automobilistes tentés par l'opération: la même sévérité s'appliquera.


Sur le même sujet

Ces pétroliers qui «vivent sur une autre planète»
Le torchon brûle entre le Groupement pétrolier luxembourgeois et le gouvernement Bettel à cause de sa nouvelle politique climatique, officiellement sur papier. Le ministre de l'Energie, Claude Turmes répond sans mâcher ses mots.
Tanktourismus,Tanken,Tankstelle,Aire de Berchem. Foto:Gerry Huberty
Ne tirez plus sur les pompistes!
Même si les prix des carburants ont enregistré une petite baisse ce mardi, le président du Groupement pétrolier luxembourgeois, est las des différentes taxes affectant essence et diesel. Pas question pour Romain Hoffmann que les 234 stations-service du pays servent de vaches à lait pour la politique environnementale.
16.10.2018 Luxembourg, ville, Tanken, Tanktourismus, Benzin, Diesel, pollution, Umwelt, Neue Aufkleber, Bezeichnung B7 et E5, Auto, Autos, Schmutz, Verbot   photo Anouk Antony
Sortie de route salariale pour Magetralux
L'entreprise d'Huldange aurait sous-payé certains de ses personnels roulants. Le syndicat LCGB dénonce cette situation ainsi que des intimidations et des licenciements abusifs.
La société de transports a fait l'objet de plusieurs signalement auprès de l'ITM.