Changer d'édition

Les dirigeants syndicaux réagissent après les élections sociales
Luxembourg 14 5 min. 13.03.2019

Les dirigeants syndicaux réagissent après les élections sociales

Patrick Dury, président national du LCGB: «Le LCGB s'est renforcé de façon substantielle dans le secteur privé. C'était l'objectif de toute notre action!»

Les dirigeants syndicaux réagissent après les élections sociales

Patrick Dury, président national du LCGB: «Le LCGB s'est renforcé de façon substantielle dans le secteur privé. C'était l'objectif de toute notre action!»
Photo: Martin Caroline
Luxembourg 14 5 min. 13.03.2019

Les dirigeants syndicaux réagissent après les élections sociales

Maurice FICK
Maurice FICK
Un «excellent» résultat pour le président du LCGB. Un président de l'OGBL «satisfait». Et un secrétaire général de l'ALEBA «plutôt satisfait». Le décompte des élections sociales dans les entreprises se poursuit et les premiers gros résultats permettent aux responsables syndicaux d'afficher le terrain conquis.

«Excellent» résultat global pour le LCGB, pose Patrick Dury au vu du dépouillement réalisé un peu avant midi dans les entreprises. «Le LCGB s'est renforcé de façon substantielle dans le secteur privé. C'était l'objectif de toute notre action!» s'enthousiasme le président national du syndicat chrétien.

Les résultats des élections sociales 2019, qui se sont déroulées mardi dans les 3.800 entreprises de plus de 15 salariés du Luxembourg, sont dévoilés au compte-gouttes, entreprise après entreprise, sur le site dédié de l'Inspection du Travail et des Mines (ITM). Dans leur siège, les équipes dirigeantes des différents syndicats n'ont pas lâché les écrans des yeux ce mercredi matin pour noter les progressions réalisées par leurs délégués du personnel dans les grandes entreprises du pays.



Les enjeux des élections sociales
Ce 12 mars marque une double élection au Luxembourg. Plus de 520.000 salariés et retraités sont appelés à élire leurs représentants en entreprises, mais aussi à la Chambre des salariés. Explications.

Comme le LCGB l'a fait savoir dès mardi soir, sa percée la plus symbolique a été réalisée sur les terres ouvrières du Sud du pays dans les usines et bureaux d'ArcelorMittal: «Nous avons la majorité dans la sidérurgie : c'est une journée historique!», appuie Patrick Dury. 

Le LCGB remporte la majorité des mandats chez ArcelorMittal à Dudelange en obtenant 4 mandats effectifs sur 6 à pourvoir. «Ce gain reflète l'engagement du LCGB dans l'intérêt des salariés au niveau de la vente du site (toujours en cours) et la dernière négociation pour la convention collective», relève le LCGB qui avait organisé sa soirée électorale à la Maison du peuple à Esch-sur-Alzette.

Alors qu'à 11 heures ce mercredi, le LCGB cumulait déjà 1.070 mandats de délégués du personnel pour 3.750 candidats à l'échelle nationale, Patrick Dury retenait principalement les bonnes performances réalisées dans les secteurs de l'industrie, de la construction, des finances et des assurances, des garages, des transports par bus et par avion. «Chez Luxair, notre syndicat est majoritaire avec 14 mandats sur 20 et chez Cargolux, nous avons obtenu 10 des sièges à pourvoir».

Le syndicat chrétien sort majoritaire dans de grandes entreprises comme Goodyear, Dupont de Nemours, Ceratizit, Husky Injection Molding Systems, Euro-Composites ou Vossloh Cogifer Kihn.

Le LCGB «se voit confirmé» dans le secteur bancaire et devient le syndicat majoritaire dans de grandes banques comme JP Morgan (5 mandats sur 7) , Cardif Lux Vie (6 mandats sur 6), la Banque Raiffeisen (8 mandats sur 8) ou encore HSBC (4 mandats sur 6).

André Roeltgen est «satisfait»

«De manière générale je suis satisfait, vu que nous sommes en nette progression dans certains domaines comme celui de la santé, des soins et du social où nous connaissons, encore une fois, une évolution très importante, comme c'est aussi le cas du côté de l'Université, de l'enseignement supérieur et de la recherche, sans oublier les services publics en général», retient pour l'heure André Roeltgen. A l'Administration des Ponts et Chaussées, 9 délégués effectifs sur 10portent la casquette du syndicat.

Dans son «fief» des soins et de la santé, l'OGBL sera l'unique interlocuteur à la table des négociations au Centre hospitalier du Nord dans les cinq ans à venir. Y siègent 14 délégués de l'OGBL pour 14 sièges. A la Stëftung Hellef Doheem 14 délégués effectifs sur 16 sont issus de ses rangs. L'OGBL a pris un siège au LCGB.

L'OGBL a fait un carton plein à l'Université du Luxembourg avec 16 délégués effectifs sur les 16 sièges libres.

Même s'il concède qu' «au niveau de la sidérurgie on aurait pu faire mieux, c'est vrai», le président de l'OGBL, souligne encore les bons résultats obtenus dans le secteur de l'industrie en général et du commerce». Chez Cactus, l'OGBL dispose de 16 délégués effectifs sur 20 et chez Auchan, de 12 délégués sur 13.

André Roeltgen a surtout été marqué par la percée de ses délégués chez «Encevo, la plus grande entreprise dans le secteur de l'énergie au Luxembourg. Nous y avons désormais 9 délégués effectifs sur 14». L'OGBL a raflé la majorité au LCGB qui détenait 5 sièges jusqu'ici.

L'OGBL affichait 1.565 candidats déjà élus à 11 heures et 1.630 à 14 heures sur les 5.120 candidats présentés au niveau national.

«La Bérézina annoncée n'a pas eu lieu» à l'ALEBA

Laurent Mertz, secrétaire général de l'ALEBA, plus grand syndicat du secteur financier au Luxembourg, est plutôt satisfait des chiffres qui tombent: «Certains nous prédisaient une catastrophe dans les grandes entreprises mais au final, l'Aleba se maintient. La Bérézina annoncée n'a pas eu lieu. On conserve même notre majorité, partout où c'était le cas en 2013». Rappelons que le président de l'Aleba, Roberto Scolati, avait démissionné peu avant la fin janvier.

Laurent Mertz cite l'exemple de la banque ING où l'Aleba décroche 9 des 13 mandats et souligne la «progression extraordinaire» de l'ALEBA chez KBL où les effectifs ont fondu depuis les dernières élections: «Nous avons 9 sièges, contre 2 pour l'OGBL. En 2013, nous en avions 9 et l'OGBL 5».

L'ALEBA fait quasiment un carton plein à la Société générale Bank & Trust avec 28 sièges conquis sur les 30 disponibles. Idem chez State Street en prenant 80% des sièges. Chez Clearstream où l'ALEBA a présenté de nombreux candidats, «nous avons aujourd'hui 13 élus sur 22».

Depuis novembre 2013, date des dernières élections des délégations du personnel, l'ALEBA dispose de plus de 700 représentants de salariés dans plus de 150 entreprises du secteur financier au Luxembourg. 

Photo: Guy Jallay

Ces derniers jours 526.476 salariés et pensionnés étaient appelés à envoyer leur enveloppe brune pour participer aux élections de leurs 60 représentants à la Chambre des salariés.

Ce décompte est assuré par le ministère du Travail. Etant réalisé manuellement, il pourrait prendre entre deux et trois semaines avant que ne tombent les résultats.


Sur le même sujet

L'Aleba perd ses pouvoirs d'un chouïa
Il manque 0,78% des voix au premier syndicat du secteur bancaire pour conserver son sceptre de la «représentativité sectorielle». Une situation inédite après des élections sociales que devra trancher le ministre de l'Intérieur.
Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba: «Il y a des lois que nous considérons comme discriminantes».
La Chambre des salariés dévoilée en «fin de semaine»
Deux semaines après les élections sociales, les bulletins de vote de six des neuf groupes sectoriels sont dépouillés. L'OGBL obtient 19 sièges, le LCGB 10 sièges. Les noms des 60 nouveaux délégués de la Chambre des salariés seront divulgués d'ici ce week-end.
Lokales , Neubau / Renovierung Casino Syndical , Chambre des Salariés , Bonneweg , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Les enjeux des élections sociales
Ce 12 mars marque une double élection au Luxembourg. Plus de 520.000 salariés et retraités sont appelés à élire leurs représentants en entreprises, mais aussi à la Chambre des salariés. Explications.
Aleba et OGBL: le duel que tout oppose
L'OGBL veut devenir le syndicat numéro 1 dans le secteur financier tandis que l'Aleba souhaite conserver sa majorité dans le groupe des services et intermédiation financiers.
Wirtschaft- Face à Face Véronique Eischen (OGBL) et Laurent Mertz (Aleba) foto: Chris Karaba