Changer d'édition

Les détenus téléphoneront plus longtemps
Luxembourg 3 min. 27.03.2020

Les détenus téléphoneront plus longtemps

Les détenus téléphoneront plus longtemps

Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 3 min. 27.03.2020

Les détenus téléphoneront plus longtemps

Maurice FICK
Maurice FICK
Des détails sur la révolte derrière les barreaux de Schrassig ont été révélés ce vendredi devant la commission de la Justice. Le ministère répond partiellement aux revendications de prisonniers touchés par les conséquences du coronavirus.

La révolte de détenus au sein de la prison de Schrassig, dans la nuit de mercredi à jeudi, a été au centre d'une discussion ce vendredi matin en commission de la Justice à la Chambre. Réunion à laquelle Sam Tanson (Déi Gréng) a assisté physiquement. La ministre de la Justice posant d'emblée: «Les prisonniers sont une population très vulnérable et nous avons l'obligation de les protéger».


Gegen 1 Uhr in der Nacht auf Donnerstag hatte die Lage sich beruhigt.
Du grabuge dans les prisons de Schrassig et d'Arlon
Des émeutes ont éclaté mercredi soir dans les deux établissements pénitentiaires suite au refus de détenus de regagner leur cellule. Une attitude commune qui pourrait être en lien avec le durcissement des conditions d'incarcération en cette période de confinement.

Population d'autant plus vulnérable que la crise du coronavirus au Luxembourg a eu pour conséquence directe de restreindre davantage les contacts des 600 prisonniers avec le monde extérieur. Depuis le 18 mars 2020, ils sont privés de visites de leurs familles et amis et de colis pour éviter toute transmission du virus. Tout comme ont été supprimés le travail, les ateliers et le sport, activités qui impliquent un contact physique. 

Si le ministère de la Justice assure que «l'incident n'a pas de lien étroit avec l'imposition des mesures de crise prises», force est de constater que les revendications des détenus s'inscrivent pourtant bien dans ce contexte. Les détenus ont demandé du matériel de protection contre la propagation du virus (masques, gants, désinfectant). 

La prison fabrique ses propres masques

Le ministère ne précise pas s'il a accédé à cette demande mais souligne que le personnel «est équipé de matériel de protection par la cellule de crise du ministère de la Santé, la protection de la santé des détenus relevant des plus hautes priorités du ministère de la Justice». Précisant au passage que le centre pénitentiaire confectionnera désormais ses propres masques


19.10 Luftaufnahmen / Schrassig , Centre Penitentiaire , Gefaengnis Foto: Guy Jallay
Une ville derrière les barreaux
600 criminels purgent leur peine derrière les barbelés de la prison de Schrassig, dans laquelle des dizaines de métiers cohabitent dans un ballet sans fin. Fatigués, les gardiens de la prison attendent impatiemment une livraison d'armes.

Quant aux contacts extérieurs que demandent les détenus, le ministère précise que les visites ont été remplacées par un «recours accru au téléphone ainsi qu’au format visioconférence». Une priorité est accordée au contact avec la famille via Skype. Les conditions à Skype ont été temporairement modifiées «de manière à ce que tous les détenus aient la possibilité de communiquer avec leurs proches». 

Le centre pénitentiaire fait d'ailleurs «des efforts d’optimisation de ce mode alternatif de contact avec l’extérieur, notamment à travers l’extension prévue de la plage horaire y dédiée», précise le ministère, sans préciser la durée de la plage horaire.

Sept jours d'isolement

En ce qui concerne l'attente des détenus de disposer de matériel de loisir afin de compenser les restrictions actuelles, le ministère de la Justice répond qu'une concertation «est en cours afin d'apporter rapidement une réponse à cette demande».

A noter que la prise en charge médicale des détenus dans le contexte Covid-19 est assurée à tout moment, comme pour le reste de la population. Les nouveaux venus sont placés pendant sept jours dans une section spéciale où ils sont observés (prise de température, etc.) pour éviter une propagation du virus.    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Du grabuge dans les prisons de Schrassig et d'Arlon
Des émeutes ont éclaté mercredi soir dans les deux établissements pénitentiaires suite au refus de détenus de regagner leur cellule. Une attitude commune qui pourrait être en lien avec le durcissement des conditions d'incarcération en cette période de confinement.
Gegen 1 Uhr in der Nacht auf Donnerstag hatte die Lage sich beruhigt.
Les détenus privés de visite
Vu la propagation du covid-19 au Luxembourg, l'administration pénitentiaire a pris la décision de suspendre tous les contacts entre les prisonniers et leurs visiteurs jusqu'à nouvel ordre. A Givenich, les sorties et les congés pénaux ont même été suspendus temporairement.
Lokales,Centre penitentiaire,Prison, Schrassig, Gefängnis. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les prisons réduisent la voilure
Diminution en nombre des visites, mesures restrictives à l'entrée des établissements ou encore des services suspendus, l'administration pénitentiaire tente de protéger son personnel mais aussi les prisonniers de l'épidémie de covid-19.
Lokales,Centre penitentiaire,Prison, Schrassig, Gefängnis. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort