Changer d'édition

Les députés des Pirates et de l'ADR décident de coopérer
Luxembourg 16.11.2018 Cet article est archivé

Les députés des Pirates et de l'ADR décident de coopérer

Sven Clément (Pirates) et Gast Gybérien (ADR)

Les députés des Pirates et de l'ADR décident de coopérer

Sven Clément (Pirates) et Gast Gybérien (ADR)
Lex Kleren
Luxembourg 16.11.2018 Cet article est archivé

Les députés des Pirates et de l'ADR décident de coopérer

L'ADR et les Pirates travailleront désormais ensemble en tant que groupe technique au Parlement. Les deux partis garderont tout de même leur propre agenda politique.

L’ADR et les Pirates annoncent ce vendredi dans un communiqué que leurs députés travailleront ensemble pendant les cinq prochaines années de la législature en tant que "groupe technique" à la Chambre des députés.

Les deux partis en ont décidé ainsi le 15 novembre. Le règlement du Parlement autorise en effet les députés à s'unir au sein de "groupes politiques". Pour être officiellement reconnu comme tel, le groupe doit comprendre au moins cinq membres.

Chaque membre peut théoriquement rejoindre n'importe quel groupe, à condition que le groupe l'y autorise. Si plusieurs députés ne trouvent pas de groupe politique, ils peuvent unir leurs forces et former un "groupe technique", qui doit également comprendre au moins cinq députés.

Une question de moyens

Cette union des députés devrait améliorer le processus de travail: le Parlement fournit par exemple aux différents groupes les locaux nécessaires à proximité de la Chambre et les moyens financiers pour engager du personnel.

De plus, les présidents des groupes politiques sont automatiquement représentés à la "Conférence des présidents". Les groupes disposent aussi de plus de temps de parole au Parlement.

L'ADR se chargera de l'organisation du groupe pendant les 40 premiers mois, après quoi la tâche incombera aux Pirates pendant 20 mois. Cependant, la réunion des deux parties ne signifie pas un rapprochement politique, précise le communiqué de l'ADR.