Changer d'édition

Les députés dénoncent unanimement la violence
Luxembourg 4 min. 07.12.2021
Opinion

Les députés dénoncent unanimement la violence

La députée Martine Hansen a été particulièrement choquée par les comparaisons des QR-codes à l'''étoile juive''.
Opinion

Les députés dénoncent unanimement la violence

La députée Martine Hansen a été particulièrement choquée par les comparaisons des QR-codes à l'''étoile juive''.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 07.12.2021
Opinion

Les députés dénoncent unanimement la violence

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Suite au discours de Xavier Bettel devant la Chambre, les différentes familles politiques se sont à leur tour exprimées par rapport aux incidents de samedi. Tous, condamnent les agissements de certains manifestants.

Le Premier ministre l'a qualifié «le virus de la haine», les députés n'ont pas été plus tendres. Le rendez-vous était donné à 14h30, ce mardi, à la Chambre des députés, suite aux débordements qui ont été constatés lors de la manifestation du 4 décembre contre les mesures sanitaires décidées par le gouvernement. Après la prise de parole de Xavier Bettel, les députés ont pris position en condamnant la violence de certains manifestants.


IPO.Chamber Regierungserklàrung Anti-Covid Proteste&Debatte.Xavier Bettel. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Bettel réagit face «au virus de la haine»
Après les incidents qui ont émaillé la journée de samedi dans la capitale, le Premier ministre est intervenu à la Chambre. Face à la radicalisation des "anti", il souhaite que les élus adoptent un plan d'action.

Martine Hansen (CSV), a qualifié les événements d'«effrayants». «Ici, au Luxembourg, nous ne nous comportons pas les uns envers les autres de cette manière, en cassant des choses ou en prenant d'assaut des marchés de Noël où se trouvent des familles et leurs enfants», a notamment souligné la cheffe de fraction. 

A l'image du Premier ministre, Martine Hansen s'est fendue d'une critique à l'égard de Roy Reding. Le député ADR est vivement opposé à la vaccination, ainsi qu'aux mesures barrières. Des prises de position «inacceptables», selon elle. «Un représentant du peuple ne doit pas jeter de l'huile supplémentaire sur le feu», a ainsi estimé la cheffe du CSV. 

Gilles Baum (DP), est de son côté allé jusqu'à suggérer que Roy Reding devrait démissionner. Pour lui, le député ADR est politiquement coresponsable du climat de la manifestation de samedi. «Si j'étais vous, j'aurais honte et je saurais exactement ce que j'aurais à faire», a ainsi déclaré le chef de fraction du parti démocratique. 


Zum Abschluss der Demonstration versammelten sich die Protestierer vor der Chamber.
Cette émeute qui pourrait tout changer
Les 2.000 contestataires qui ont chahuté la capitale, samedi, ont surtout réussi à rassembler un front commun. A être trop radicaux et violents, pas sûr que les manifestants aient rallié beaucoup de soutiens à leur cause.

Le député a par ailleurs comparé ces émeutes aux «heures les plus sombres de notre histoire luxembourgeoise et européenne», regrettant également des comparaisons qui «ne sont pas acceptables».

Un leitmotiv réitéré par Georges Engel (LSAP). Il a réaffirmé que la liberté d'expression et la démocratie étaient les fondements de la société.  «La Constitution prévoit également le droit de manifester. Mais il y a des limites, précisément lorsque la liberté d'autrui est entravée», a affirmé le chef de fraction du LSAP . 

Annoncée, mais non déclarée, la manifestation du 4 décembre aurait pu bénéficier d'une meilleure préparation policière, selon Georges Engel. «J'espère que la police aura appris de ses erreurs lors de la prochaine manifestation», a ainsi déclaré l'élu. Et ce dernier d'ajouter: «la justice fera son travail, la police aussi».


La contestation a déjà fixé ses rendez-vous
Samedi 11 mais aussi dimanche 12 décembre, au moins deux rassemblements déclarés d'opposants aux mesures anti-covid doivent avoir lieu dans la capitale. Mais «trois actions» flottent aussi dans l'air.

De son côté, Josée Lorsché (Déi Gréng) a estimé que des limites ont clairement été dépassées. La femme politique s'est dite particulièrement inquiétée par la montée d'opinions homophobes et antisémites. «Nous craignons que la minorité dure des casseurs, des déformateurs de faits et des croyants en la conspiration ne prenne de plus en plus d'assurance», a affirmé la députée. Josée Lorsché a par la suite exigé une «réponse claire de l'Etat de droit». 

Frank Kartheiser (ADR) a, pour sa part, profité de cette intervention pour reprocher sa gestion de crise au LSAP. «L'une des erreurs les plus graves de ce parti a été de réduire les lits d'hôpitaux au cours des dernières années», a ainsi affirmé le député ADR. Il estime que le système de santé manque de réserves, au-delà du problème de place constaté dans les unités de soins intensifs. 

Le député ADR Roy Reding a été particulièrement critiqué par ses collègues parlementaires.
Le député ADR Roy Reding a été particulièrement critiqué par ses collègues parlementaires.
Photo : Gerry Huberty

L'élu en a profité pour défendre son collègue Roy Reding, qui, à ses yeux «ne veut rien d'autre que de laisser les gens libres de décider de se faire vacciner ou non».

Nathalie Oberweis (Déi Lénk) a par ailleurs souligné la gestion de la police. «L'intervention s'est déroulée de manière plutôt réactive que proactive», estime la députée. La femme politique s'interroge cependant sur la naissance de telles théories du complot. «Depuis septembre, les accusations contre les personnes non vaccinées se multiplient. C'est en grande partie ce qui a conduit à ce climat. Les vaccinés doivent aussi se remettre davantage en question.» 

Sven Clement (Pirate), a pour sa part été plus virulent que ses collègues. Pour le député, les opposants à la vaccination méritent d'être écoutés, et de ne pas être traités «comme des malades et des lépreux». Or, le parlementaire a par la suite affirmé que «les manifestants qui sont restés dans la manifestation, malgré des messages visibles d'extrême droite ou antisémites, ne devraient pas s'étonner d'être maintenant mis dans le même sac que ces mêmes personnes».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pas de crainte de licenciement, tests offerts dans certains cas, rétention de jours sur le compte épargne-temps : le syndicat CGFP est ressorti des négociations sur le CovidCheck obligatoire sur le lieu de travail avec diverses avancées.
Illustration Fonction Publique -  Staatsbeamten - Photo : Pierre Matge