Changer d'édition

Les dépôts sauvages ne cessent pas avec l'état de crise
Luxembourg 3 29.03.2020 Cet article est archivé

Les dépôts sauvages ne cessent pas avec l'état de crise

Les dépôts sauvages ne cessent pas avec l'état de crise

Photo: administration de la nature et des forêts
Luxembourg 3 29.03.2020 Cet article est archivé

Les dépôts sauvages ne cessent pas avec l'état de crise

Face à la fermeture des centres de recyclage en raison de l'état de crise décrété au Luxembourg, les dépôts illégaux de déchets se poursuivent. Le ou les auteurs encourent une amende pouvant aller jusqu'à 1.000 euros.

(Jmh) - Vieux matelas, parties de lit ou d'armoires ou bien encore couettes et coussins font partie des objets encombrants découverts samedi par des agents de l'administration de la nature et des forêts, dans un bois situé entre Bettembourg et Abweiler. 

Contrairement aux découvertes récentes, ce dépôt illégal pourrait être une conséquence indirecte des mesures de confinement en vigueur depuis la mi-mars au Luxembourg et dans le reste de la Grande Région. A savoir la fermeture des centres de recyclage du pays. 

 A en croire la nature des objets découverts, la ou les personnes à l'origine de ce dépôt sauvage pourraient être un particulier, impatient de se débarrasser de ces encombrants. Un cas de figure qui devrait être amené à se multiplier dans les semaines à venir, en cas de prolongation des mesures strictes de confinement. A noter toutefois que ne figure dans cet amas aucun déchet de chantier, source importante de pollution dans et en dehors des frontières luxembourgeoises. 

Selon la loi sur la protection de l'environnement de 2018, le ou les auteurs encourent une amende pouvant aller jusqu'à 1.000 euros. Selon les dernières données du ministère de l'Environnement, les coûts de nettoyage des déchets abandonnés, entre 2008 et 2015, a été multiplié par deux. Une source de pollution en hausse à laquelle il faut ajouter le «littering», ces déchets déposés à proximité immédiate des poubelles dont le volume annuel est estimé à 1,6 kg par résident.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La face cachée des chantiers luxembourgeois
Alors que la croissance du pays booste les secteurs du bâtiment et des travaux publics, plusieurs dépôts sauvages de déchets apparaissent et font l'objet de plaintes en France. Le phénomène inquiète des deux côtés de la frontière et coûte cher aux contribuables.
Le BTP du Grand-Duché produit plusieurs millions de tonnes de déchets par an, dont une partie atterrissent dans la nature.