Changer d'édition

Les dépenses des ménages luxembourgeois à la loupe
Luxembourg 3 min. 26.08.2020

Les dépenses des ménages luxembourgeois à la loupe

Les dépenses mensuelles moyennes des ménages luxembourgeois pour les biens de consommation ont grimpé de 3.821 euros en 2012 à 4.190 euros par mois en 2017.

Les dépenses des ménages luxembourgeois à la loupe

Les dépenses mensuelles moyennes des ménages luxembourgeois pour les biens de consommation ont grimpé de 3.821 euros en 2012 à 4.190 euros par mois en 2017.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 3 min. 26.08.2020

Les dépenses des ménages luxembourgeois à la loupe

Maurice FICK
Maurice FICK
La part consacrée au logement, au resto ou à la voiture, celle du bio dans le chariot, voire les produits achetés à l'étranger. La nouvelle enquête sur le budget des ménages du Statec décortique les habitudes d'achats.

Réalisée bien en amont de la pandémie qui plombe les commerces, éloignera jusqu'à la fin de l'année une partie des frontaliers du Luxembourg mais ne changera rien à la TVA, l'enquête sur le budget des ménages (EBM) montre comment les dépenses des ménages ont évolué au Luxembourg jusqu'en 2017 seulement.  

Sur la période 2007-2017, les ménages ont consacré une part plus importante pour leur logement et ses dépenses énergétiques (qui représente plus du tiers des dépenses!), pour leurs communications, aller au restaurant et dans les hôtels et enfin pour leur santé. En revanche, ils ont accordé moins de place dans leur budget au transport et à leurs loisirs

Il est intéressant de relever que les familles résidentes ont vu fondre leur budget de voitures neuves de 7,2% en 2007 à 4,9% en 2017. Alors que celui alloué à l'achat de voitures d'occasion est passé de 1,3% à 2,1% sur cette période.  


Reportage horaires d'ouverture des magasins, photo : Caroline Martin
Les ventes dans le commerce s'effondrent
Conséquence directe du confinement mis en place un peu partout en Europe, l'activité enregistrée en avril au sein de l'UE recule fortement, indique jeudi Eurostat. Le Luxembourg n'échappe pas à ce marasme et affiche l'une des chutes les plus importantes, avec un recul près de 25%.

Alors que les ménages avaient consommé moins suite à la crise financière de 2008, leurs dépenses mensuelles moyennes ont grimpé de 3.821 euros en 2012 - qui a marqué la fin du phénomène - à 4.190 euros par mois en 2017. Soit 10% de plus dépensés en moyenne pour consommer sur une période relativement courte. 

Mais cet enseignement émanant de l'EBM est à nuancer en fonction des foyers. Les ménages avec enfants ont dépensé 15% pour les biens et services de consommation contre 16% pour les ménages sans enfants. Les ménages monoparentaux, a contrario que 6% de plus. En termes réels, donc sans tenir compte de l'inflation, «les dépenses de consommation des ménages monoparentaux ont donc quasiment stagné depuis 2007», note l'étude. Rappelons que plus de 45% des familles monoparentales vivent sous le seuil de pauvreté au Luxembourg.

Entre 7 et 11% du budget pour se nourrir

Alors que la part du bio dans le chariot des courses plafonne à 12% des dépenses alimentaires, la part du budget consacré à se nourrir ne représente en réalité plus que 7% pour les ménages les plus aisés et encore 11% pour les ménages défavorisés. De manière générale, plus le revenu grimpe, plus la part consacrée pour manger baisse. Les célibataires et les couples sans enfants accordent près de 10% de leur budget nourriture aux restaurants, contre 7% pour les ménages avec enfants et 6% pour les monoparentaux.  

Sur la même période 2007-2017, les foyers luxembourgeois ont dépensé en moyenne 10% hors des frontières. Seulement 8% pour les moins favorisés. L'étude du Statec montre qu'en 2017, 30% des dépenses en vêtements et chaussures, 24% des dépenses en mobilier et équipements ménagers et 18% des dépenses pour les loisirs et la culture étaient réalisées à l'étranger. Une proportion restée «quasiment stable sur dix ans».

A croire que la mode masculine proposée au Grand-Duché plaît moins aux hommes. Plus du tiers des habits (34%) sont un peu plus souvent achetés à l'étranger que les vêtements pour femmes (29%) et enfants (25%). Le même constat vaut pour les chaussures. 

Des habitudes d'achats se modifient plus nettement. En dix ans, les dépenses à l'étranger pour l'achat d'une voiture, son entretien et les services de transports en général sont passées de 8% à 11%. Pas moins de 19% des paiements pour voitures d'occasion sont effectués à l'étranger. Soit 26% pour une voiture rachetée à un garage et 14% à un autre ménage.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le boom du bio se fait attendre
Les dépenses alimentaires pour l'achat de produits biologiques plafonnent depuis bientôt dix ans au Luxembourg. L'enquête sur le budget des ménages du Statec a scruté le phénomène de près.
Cactus
Les ménages luxembourgeois s'enrichissent
Si les inégalités s'accroissent, le patrimoine des ménages luxembourgeois a progressé ces dernières années. Compris dans une période où les taux d'intérêt ont baissé.
Des ménages toujours plus endettés
Si la part des foyers débiteurs diminue au Luxembourg, le montant de leur dette s’est accrue. En une année, en 2018, le montant à rembourser a grimpé de 8% constate la Banque centrale du Luxembourg.
La Moselle remercie les consommateurs luxembourgeois
Les magasins du département français ont bénéficié à hauteur de 220 millions d'achats de ménages du Grand-Duché. A l'inverse, les frontaliers se sont montrés moins dépensiers au Luxembourg (hors tabac et carburant).
POUR ILLUSTRER LE PAPIER DE BERTILLE OSSEY-WOISARD : "HABILLEMENT: LA CHASSE AUX BONNES AFFAIRES D'ETE COMMENCE MERCREDI" 
(ARCHIVES) - Photo prise le 28 juin 2006 de personnes passant devant la devanture d'un grand magasin parisien au premier jour des soldes d'été. Les soldes d'été démarrent le 25 juin 2008, une occasion pour les magasins d'écouler des stocks très importants, dans un contexte de réduction des dépenses d'habillement liée à une météo capricieuse et à une baisse du pouvoir d'achat. Les soldes commencent le 25 juin et se terminent le 5 août dans la plupart des départements.
   AFP PHOTO FRANCOIS GUILLOT
Le logement pèse sur le portefeuille des ménages
Près d'un quart des dépenses des Luxembourgeois sont passées dans le logement et les factures de chauffage ou d'électricité l'année dernière, d'après les derniers chiffres d'Eurostat. La crise du logement ne devrait pas améliorer les choses.
Les prix de l'immobilier grimpent, la part des dépenses des ménages aussi.
Combien faut-il gagner pour vivre décemment au Luxembourg?
Au 1er janvier 2018, un couple avec deux enfants aurait besoin de 4.079 euros par mois pour vivre décemment, c’est-à-dire satisfaire ses besoins de base et participer activement à la société. C'est le montant que dresse la dernière étude du Statec, en soulignant qu'il "s'agit d’une famille hypothétique composée de deux parents, d’une fille de 14 ans et d’un garçon de 10 ans."
Le jour de libération fiscale est un raccourci dangereux