Changer d'édition

Les cyclistes, ces ignorés de la route
Luxembourg 4 min. 31.07.2019 Cet article est archivé

Les cyclistes, ces ignorés de la route

Les cyclistes sont quotidiennement confrontés à des automobilistes qui passent trop près d’eux

Les cyclistes, ces ignorés de la route

Les cyclistes sont quotidiennement confrontés à des automobilistes qui passent trop près d’eux
Photo: Steve Remesch
Luxembourg 4 min. 31.07.2019 Cet article est archivé

Les cyclistes, ces ignorés de la route

Steve REMESCH
Steve REMESCH
Depuis l'introduction, il y a 14 mois, de la distance minimale d'1,5 mètre entre une voiture et un cycliste lors d'un dépassement, aucune infraction n'a été sanctionnée par la police. Pourtant, elles sont monnaie courante.

Traduction et adaptation par Sophie Wiessler

Les images de la vidéo ci-dessous sont impressionnantes. Elles montrent un incident, survenu mi-juillet dans la rue de Kiem à Strassen, du point de vue d'un cycliste. L'homme, un navetteur quotidien à bicyclette, remarque qu'une voiture s'approche de lui, dans son dos et ne semble pas vouloir réduire sa vitesse alors qu'un autre véhicule arrive en sens inverse.

Il est pourtant clair que cette rue n'est pas assez large pour accueillir en toute sécurité deux voitures et un vélo. Le cycliste reconnaît le danger et fait donc signe au conducteur de rester derrière lui, temporairement. Mais rien n'y fait. La voiture passe à vive allure, à seulement quelques centimètres du vélo.

Un deuxième cycliste, qui roule quelques mètres devant, se rabat rapidement vers la voie de stationnement, pour se mettre hors de danger ; car l'automobiliste n'a pas freiné pour le doubler également, mettant la vie des deux cyclistes présents en danger.

Ce phénomène s'appelle le «passage à proximité» et représente un danger pour les cyclistes réguliers, qui y font face quotidiennement. Pour mettre un terme à cette insouciance des automobilistes, le législateur a introduit le 1er mai 2018, l'article 125-8 comme l'une des neuf modifications au Code de la route: «La distance latérale minimale à observer par le conducteur d'un véhicule automoteur lorsqu'il dépasse un cycle est d'au moins 1,5 mètre».

En clair: toute personne qui dépasse un cycliste doit laisser une distance latérale minimale de 1,50 mètre entre le vélo et le véhicule motorisé. En toute logique, le conducteur doit donc passer sur la voie opposée pour dépasser. Si cela est impossible, le cycliste ne doit pas être dépassé.

Comme les piétons, les cyclistes font partie des usagers de la route les plus vulnérables. La situation n'a jamais été aussi mauvaise qu'en 2018 pour les cyclistes sur les routes du Grand-Duché. Selon les chiffres de la Sécurité Routière, il y a eu trois morts et quatorze blessés graves.

 Même si c'est moitié moins que les piétons, les cyclistes, en 2018, représentaient 6%  des victimes de la route au Luxembourg:

74 euros d'amende  

La violation de cette disposition du Code de la route est passible d'une amende de 74 euros. Du moins en théorie, parce qu'aucune infraction au code de la route n'a été punie à ce jour. Le service de presse de la police l'a confirmé au Luxemburger Wort

«Bien sûr, une telle infraction dans la circulation routière est également punie par une patrouille si elle est détectée», poursuit le porte-parole de la police grand-ducale. «Dans le cas contraire, les personnes concernées par une telle manœuvre de dépassement et qui veulent prendre des mesures doivent s'adresser à la police». 

Le ministre de la Mobilité, François Bausch (Déi Gréng), ne semble pas surpris de l'absence de sanctions liées aux manœuvres de dépassement à risques. Il dresse même un bilan plutôt positif, après l'introduction du nouveau règlement il y a 14 mois. «La plupart des conducteurs sont beaucoup plus sensibles qu'auparavant aux préoccupations des cyclistes», note ainsi le ministre. «Même si, bien sûr, il y a encore des gens qui ne comprennent pas et qui roulent encore trop près des vélos».


Les cinq écueils des vélotafeurs au Luxembourg
Tout salarié qui enfourche sa petite reine pour pédaler jusqu'à son travail change sa perception du déplacement. Très vite, il est confronté à des réalités pratiques et des situations dangereuses. Le 4e volet de notre série pointe cinq grands obstacles.

Les contrôles liés à cette infraction routière sont difficiles à mettre en œuvre. «Cela ne peut se faire que sur le fait», explique François Bausch.

«La police pourrait, bien sûr, se rendre dans un endroit et prendre des mesures préventives. Mais nous donnons actuellement la priorité aux contrôles de vitesse, à l'alcool et à l'utilisation du téléphone portable au volant. Et ces contrôles prioritaires ont déjà un effet. Jusqu'à présent, les statistiques d'accidents sont telles que si elles restaient ainsi jusqu'à la fin de l'année, nous ferions un grand bond en avant en termes de sécurité routière».

Sensibiliser

Mais le ministre ne cache pas son intérêt de trouver de nouveaux moyens pour sensibiliser les usagers de la route à adopter un comportement plus prévenant à l'égard des cyclistes. «Nous avons déjà un certain nombre d'idées à ce sujet», poursuit le ministre de la Mobilité.

«Andy Schleck nous a déjà contactés pour faire quelque chose à ce sujet. Nous devons travailler avec la police pour voir ce que nous pouvons faire pour nous assurer que la règle de la distance de 1,50 mètre soit respectée».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La chasse aux angles morts pour sauver des vies
La protection des usagers vulnérables a été érigée en priorité par le ministère de la Mobilité. Ce dernier propose de faire équiper certains véhicules de l’administration de systèmes d’assistance au changement de direction pour réduire le nombre d'accidents.
Les cinq écueils des vélotafeurs au Luxembourg
Tout salarié qui enfourche sa petite reine pour pédaler jusqu'à son travail change sa perception du déplacement. Très vite, il est confronté à des réalités pratiques et des situations dangereuses. Le 4e volet de notre série pointe cinq grands obstacles.