Changer d'édition

Les communes bâtissent, l'Etat soutient
Luxembourg 4 min. 30.07.2020

Les communes bâtissent, l'Etat soutient

Pour les futurs PAP, la place réservée aux logements abordables pourrait aller jusqu'à 30% de la surface à bâtir.

Les communes bâtissent, l'Etat soutient

Pour les futurs PAP, la place réservée aux logements abordables pourrait aller jusqu'à 30% de la surface à bâtir.
Luxembourg 4 min. 30.07.2020

Les communes bâtissent, l'Etat soutient

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Si le Luxembourg veut voir se construire plus de logements à prix accessible, les 102 bourgmestres ont une part à jouer. Tout l'enjeu du prochain Pacte Logement consistera à les encourager financièrement mais aussi techniquement.

Trois ans que le Pacte Logement 2.0 est en préparation. Trois années qui en ont assuré les fondations pour que ce programme, destiné à stimuler l'offre en logements abordables, soit mis en oeuvre au 1er janvier 2021. L'avant-projet a été adopté mercredi en conseil de gouvernement, et le ministre du Logement Henri Kox (Déi Gréng) estime que l'automne sera suffisant pour que les députés apportent la dernière pierre à cet édifice.

Les fondations ont aussi été confortées ces derniers mois par bien des discussions, et surtout six ateliers régionaux où les représentants communaux ont pu s'exprimer sur le projet. Car, il est clair que l'objectif ne pourra être atteint sans la participation des communes. Celles-ci sont encore plus encouragées à bâtir appartements et maisons unifamiliales à tarif accessible mais aussi se montrer plus entreprenantes dans la mobilisation pour cette cause du potentiel foncier disponible sur leur territoire. Au vu de la flambée des prix de l'immobilier et du poids de cette dépense dans le budget de nombreux ménages, il y a urgence à (ré)agir.


Lokales, Illustration, Immo, Immobilien, Wunnengsbau, Wohnungen, soziale Wohnungen, nachhaltig bauen, Mietwohnungen, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les résidents toujours préoccupés par le logement
Le dernier sondage de l'opinion publique de l'Union européenne, réalisé en novembre 2019, reflète un certain optimisme des résidents luxembourgeois envers les institutions. Mais comme les années précédentes, le problème de l'habitat arrive largement en tête de leurs préoccupations.

Mais la mission pourrait s'avérer dépasser les moyens techniques et financiers à disposition des 102 communes, aussi Henri Kox et la ministre de l'intérieur Taina Bofferding (LSAP) ont-ils tenu, jeudi, à rassurer tout le monde. L'Etat mise beaucoup sur les collectivités mais il ne les laissera pas seules. Ainsi, pour définir leur stratégie en termes d'habitat, l'ensemble des administrations communales et des élus bénéficieront de l'assistance d'un conseiller logement.

La mission de cet agent, externe ou interne, pourra bénéficier d'un financement d'Etat afin de couvrir 380 heures d'expertise par an. A charge pour lui d'aider à préparer le Plan d'action local Logement (PAL). Puis à veiller, sitôt les axes en faveur du logement abordable validés par le conseil communal, à la mise en oeuvre de ce PAL au fil des années. «Car le Pacte Logement 2.0 s'inscrit dans le temps; il s'étendra jusqu'en 2032», rappellent les ministres.

Et les communes ont tout intérêt à jouer le jeu, car de leur implication dépendra désormais une partie des aides que l'Etat leur accordera. Fini les soutiens versés uniquement selon la croissance de la population. Auparavant, toute augmentation du nombre d'habitants de 15% sur dix années était saluée par un coup de pouce plus conséquent. A l'avenir, l'enveloppe financière dépendra du nombre de logements abordables effectivement créés. 

D'ailleurs, il n'est plus question de répéter certaines erreurs du passé dans la version 2.0 du Pacte Logement. Ainsi, le ministère de tutelle reconnait que la première version du Pacte a certes fait sortir nombre de constructions à prix accessible (45.000 selon les dernières estimations), mais trop de ces logements ont ensuite été revendus au prix du marché... perdant du coup leur caractère social initial. Les nouvelles dispositions feront de ce type de revente des «cas exceptionnels». 

De plus, le taux de logements à coût modéré dans les futurs PAP (plan d'aménagement particulier) va être sensiblement augmenté. Actuellement, la mesure ne concerne que les PAP de plus de 25 unités. Demain, l'ensemble des PAP seront impliqués dans cette démarche, du plus petit au plus grand selon des ratios différents. Ainsi, un PAP compris entre 5 et 9 logements devra réserver 10% de surface pour de l'habitat abordable; 20% pour les PAP entre 10 et 25 logements et 30% pour les PAP de plus de 25 bâtiments. De quoi assurer, selon Henri Kox, une «bonne mixité sociale dans les futurs quartiers».

Avec le nouveau dispositif, Etat et communes devront se voir céder prioritairement les terrains susceptibles de recevoir de futurs logements à tarif accessible. Et cela Henri Kox y tient tout particulièrement lui qui insiste pour que «la main publique» soit non seulement davantage bâtisseuse, mais développe aussi son propre parc de maisons et de logements à mettre à disposition des ménages en peine de trouver un toit. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La colocation enfin reconnue
Jusqu'à présent aucun texte n'encadrait spécifiquement cette forme d'habitat pourtant de plus en plus prisée. Le ministre du Logement compte introduire des règles dans une nouvelle loi.
Vers plus de protections pour le locataire
Mieux encadrer les frais d'agence, abaisser le montant de la garantie locative, préciser dans le bail le montant du plafond légal du loyer figurent parmi les mesures que souhaite appliquer au marché locatif le ministre du Logement.
«En fin de compte, c’est toujours une question de prix»
Alors que le gouvernement entend mettre l'accent sur la création de logements voués à la location subventionnée, le Fonds du logement annonce avoir planifié quelque 4.600 logements de ce type d'ici à l'horizon 2030. Pas de quoi cependant combler l'écart entre l'offre et la demande...
Wort.fr, Fonds du logement, Neues Projekt, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La location solidaire en plein boom
Début 2020, près d'un millier de logements, vides à la base, étaient occupés par des ménages à faible revenu. Ce, grâce au système de la gestion locative sociale (GLS), fruit de la collaboration entre le ministère du Logement et ses 29 partenaires conventionnés.
immo location
shutterstock
La première pierre du Pacte Logement 2.0
L'Etat veut mieux soutenir les communes dans la construction de logements. Le ministre du Logement, Henri Kox, a présenté son plan pour l'habitat pour les années à venir. Premier but: encourager les communes à bâtir plus.
L'Etat souhaite apporter aux communes un soutien plus fort et plus ciblé dans la construction de logements.
Les plans du nouveau ministre du Logement
Le remplaçant de Sam Tanson au gouvernement a prêté serment devant le Grand-Duc ce vendredi matin. L'ex-député Déi Gréng fait de la construction de logements sociaux sa priorité, avec le souci de veiller à la sobriété énergétique de l'immobilier de demain.
IPO.CP Déi Greng présentation remaniement gouvernemental + parlementaire.Henri Kox.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort